Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

FRANCE

L'ex-secrétaire d'État Georges Tron mis en examen pour viols

©

Vidéo par Alice DARFEUILLE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/06/2011

Ex-secrétaire d'État à la Fonction publique, Georges Tron a été mis en examen pour viols sur trois de ses anciennes employées. Laissé en liberté sous contrôle judiciaire, il nie avoir eu des relations sexuelles avec les plaignantes.

REUTERS - L'ancien secrétaire d'Etat Georges Tron a été mis en examen mercredi pour viols et a été laissé en liberté sous contrôle judiciaire, a annoncé son avocat, Maître Olivier Schnerb.

George Tron a également été placé sous le statut de témoin assisté pour une affaire d'agression sexuelle, a-t-il précisé.

L'une de ses adjointes de la mairie de Draveil (Essonne) a été mise en examen pour "certains faits" et placé sous le statut de témoin asssisté pour d'autres, a déclaré son défenseur, Franck Natali.

Les faits sont passibles de la cour d'assises.

Les deux juges d'instruction désignés ont suivi en grande partie les réquisitions du procureur d'Evry, Marie-Suzanne Le Quéau, qui demandait que Georges Tron ne puisse rencontrer ni les victimes présumées, ni les témoins déjà entendus, dont des employés de sa mairie de Draveil.

"La seule obligation c'est de ne pas rencontrer les protagonistes", a précisé Maître Olivier Schnerb, pour qui "le fait d'être mis en examen n'a jamais fait le moindre coupable."

L'élu UMP était en garde à vue depuis lundi à Versailles sur la base des accusations de deux anciennes employées de sa mairie.

Marie-Suzanne Le Quéau a souligné que les victimes ont "confirmé la mise en cause de Georges Tron et Brigitte Gruel" mais que certains témoins avaient déposé "à charge" et d'autres "à décharge".

Une information avait été auparavant ouverte pour "agressions sexuelles et viols en réunion et par personne ayant autorité" dans le cas de Georges Tron.

L'ancien membre du gouvernement a jusqu'à présent contesté les accusations portées contre lui. "C'était sa position pendant sa garde à vue. Il dément toute relation de nature sexuelle, même consentie", a expliqué Marie-Suzanne Le Quéau.

Vengeance

L'avocat de Georges Tron, Me Olivier Schnerb, a confirmé que son client avait rejeté toutes les accusations.

Il les a imputées publiquement, avant son passage à l'hôtel de police, à une volonté de vengeance des employées en question, sanctionnées selon lui pour malversations ou insuffisances.

Après son départ du gouvernement, Georges Tron reviendra automatiquement à l'Assemblée à son ancien poste de député le 29 juin, avec une immunité parlementaire qui empêche toute mesure coercitive telle que contrôle judiciaire ou détention, sauf autorisation du bureau de l'Assemblée.

S'il est sous contrôle judiciaire ou en prison quand il reviendra à l'Assemblée, cette immunité ne sera plus valable.

Georges Tron a présenté le 29 mai sa démission du gouvernement français, qui avait agi rapidement pour en finir avec une affaire embarrassante après l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn pour tentative de viol aux Etats-Unis.

Les deux anciennes employées municipales expliquent avoir subi des abus sexuels commencés avec des séances de massage.

L'adjointe de Georges Tron aurait participé selon les accusatrices à ces séances. Une troisième femme a raconté des faits similaires mais sans porter plainte.

Première publication : 23/06/2011

  • FRANCE

    Mise en examen requise pour Georges Tron

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un ex-collaborateur de Georges Tron confirme le témoignage d'une plaignante

    En savoir plus

  • FRANCE

    Accusé de harcèlement sexuel, Georges Tron quitte le gouvernement

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)