Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

FRANCE

Le tribunal administratif invalide l'élection de Bernadette Chirac

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/06/2011

Suivant l'avis du rapporteur public - qui considère le scrutin comme irrégulier - le tribunal administratif de Limoges a invalidé l'élection, au premier tour, de Bernadette Chirac comme conseiller général du canton de Corrèze.

AFP - Le tribunal administratif de Limoges a annulé jeudi l'élection au premier tour le 20 mars de Bernadette Chirac comme conseiller général du canton de Corrèze (Corrèze), suivant ainsi les préconisations du rapporteur public, a-t-on appris auprès de cette juridiction.

Mme Chirac avait été élue à une voix de majorité absolue. Elle avait recueilli en effet 1.114 voix sur 2.226 suffrages exprimés.

Mais dans deux communes, il est apparu que le nombre de votants excédait d'une voix le nombre de signatures d'électeurs.

Le tribunal administratif a donc retenu "le nombre le moins élevé, c'est-à-dire celui des émargements, et a retiré deux unités au nombre de voix obtenu par" Mme Chirac.

"Après cette rectification le nombre des suffrages exprimés devait être fixé à 2.224, de sorte que la majorité absolue se situait à 1.113. Le nombre de voix obtenu par Mme Chirac, réduit à 1.112, se trouvait donc inférieur à la majorité absolue", explique le tribunal, et "cette simple constatation l'a conduit à annuler l'élection malgré l'écart de voix important entre Mme Chirac et ses adversaires".

Mme Chirac avait en effet battu le socialiste François Barbazange, maire de la ville de Corrèze, qui avait 1.004 suffrages, soit 45,10%, tandis que la candidate Europe Ecologie-Les Verts Murriel Padovani-Lorioux avait emporté 108 voix, soit 4,85% des suffrages.
 

Première publication : 23/06/2011

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Le procès de Jacques Chirac se déroulera du 5 au 23 septembre

    En savoir plus

  • FRANCE

    La "plaisanterie" de Chirac inspire des éditoriaux acérés dans la presse française

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)