Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

EUROPE

Poursuivi pour incitation à la haine raciale, le député Geert Wilders a été relaxé

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/06/2011

La justice a finalement relaxé le dirigeant d'extrême-droite. Poursuivi pour ses propos appelant les musulmans à se conformer à la "culture dominante", le tribunal a estimé que ses critiques visaient des "croyances", non des "individus".

AFP - Le chef de file de l'extrême droite néerlandaise Geert Wilders, poursuivi pour incitation à la haine et à la discrimination raciale et religieuse, a été relaxé jeudi par le tribunal d'Amsterdam.

"Vous êtes relaxé de tous les chefs d'accusation pour lesquels vous étiez poursuivi", a déclaré le juge Marcel van Oosten lors d'une audience publique, suivant les réquisitions du parquet qui avait demandé la relaxe le 25 mai.

Le chef de file du Parti pour la Liberté (PVV), qui soutient au parlement le gouvernement du Premier ministre libéral Mark Rutte, était poursuivi pour avoir notamment comparé le Coran à "Mein Kampf" d'Adolf Hitler.

La justice lui reprochait également d'avoir appelé les musulmans à se conformer à la "culture dominante" ou à s'en aller, dans des propos tenus entre octobre 2006 et mars 2008 dans des journaux néerlandais, sur des forums internet et dans son film de 17 minutes "Fitna" ("Discorde" en arabe), diffusé sur internet en 2008.

M. Wilders, 47 ans, a été déclaré non coupable d'outrage à un groupe de personnes et de quatre chefs d'incitation à la haine et à la discrimination raciale et religieuse. Le député encourait jusqu'à un an de prison ou 7.600 euros d'amende.

"Les déclarations de M. Wilders ne constituaient pas une critique des individus eux-mêmes mais une critique de leurs croyances", a déclaré le juge, selon lequel "le tribunal juge ces déclarations acceptables en raison du contexte et du débat de société".

"Le tribunal estime que ces déclarations sont grossières et dénigrantes", a-t-il toutefois dit avant d'ajouter : "mais elles ne constituent pas une incitation à la haine" notamment.

Nul ne pourra faire appel de la décision des juges : le parquet avait requis la relaxe le 25 mai et les plaignants, en tant que partie civile, n'ont pas le droit d'interjeter appel, selon Polly van Dijk, une porte-parole du tribunal d'Amsterdam.

Le ministère public néerlandais avait décidé le 30 juin 2008 de ne pas engager de poursuites contre le député à la suite de plaintes déposées contre lui, avant d'y être contraint, le 21 janvier 2009, par la cour d'appel d'Amsterdam.

Ouvert le 4 octobre 2010, le procès de M. Wilders avait été suspendu le 22 octobre 2010 à la suite de la récusation des juges, demandée par le prévenu. Les nouveaux juges avaient ordonné le 30 mars la reprise du procès.

Le PVV de Geert Wilders, qui affirme lutter contre l'islamisation des Pays-Bas, était arrivé troisième aux élections législatives anticipées du 9 juin 2010 avec 24 sièges de députés sur 150.


 

 

Première publication : 23/06/2011

  • PAYS-BAS

    Le procès du député d'extrême-droite Geert Wilders ajourné

    En savoir plus

  • PAYS-BAS

    "Geert Wilders sait très bien quoi faire pour attirer la lumière sur lui"

    En savoir plus

  • PAYS-BAS

    Le député d'extrême droite Geert Wilders devant la justice pour son film "Fitna"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)