Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls défend sa ligne à l'université d'été du PS

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE pose un ultimatum à la Russie avant de nouvelles sanctions

    En savoir plus

  • La contestation anti-gouvernementale vire au chaos à Islamabad

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Offensive irakienne et frappes américaines contre l'État islamique à Amerli

    En savoir plus

  • UE : Tusk président du Conseil, Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

Afrique

La seule femme poursuivie pour génocide fixée sur son sort dans la journée

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/06/2011

Le Tribunal pénal international pour le Rwanda doit rendre son verdict à l'encontre de l'ex-ministre de la Famille Pauline Nyiramasuhuko, accusée d'être impliquée dans les viols et les massacres survenus à Butare lors du génocide de 1994.

AFP - La seule femme poursuivie devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), l'ex-ministre de la Famille Pauline Nyiramasuhuko, sera fixée sur son sort vendredi, ainsi que cinq co-accusés, tous poursuivis pour génocide en 1994 à Butare (sud du Rwanda).

Mme Nyiramasuhuko, qui est par ailleurs la première femme poursuivie pour génocide devant un tribunal international, a comparu depuis juin 2001 avec son fils Arsène Shalom Ntahobali, deux anciens préfets de Butare ainsi que deux anciens maires.

Poursuivis pour crimes de génocide et crimes contre l’humanité, les six accusés font partie, selon le procureur, des principaux responsables des massacres de Tutsi à Butare en 1994.

Sans eux, "le génocide n’aurait pas été possible à Butare", a déclaré Holo Makwaia, à l’ouverture d’un long réquisitoire, le 20 avril 2009. La magistrate tanzanienne avait ensuite particulièrement accablé l'ex-ministre.

"Pauline Nyiramasuhuko n’était pas seulement une grande figure; elle a été impliquée dans les massacres et les viols qui ont été commis (en 1994) à Butare", avait soutenu Mme Makwaia.

"Au lieu de protéger les familles comme le stipulait le mandat de son ministère, elle a décidé d’exterminer les familles", avait-elle poursuivi. "Shalom Ntahobali n’était pas loin de sa mère; il a tué et violé", avait également accusé la représentante du procureur.

Prenant le relais, la Canadienne Madeleine Schwarz avait abondé dans le même sens, accusant l’ex-ministre d’avoir ordonné à son fils, aux miliciens et aux soldats de tuer les hommes tutsi, de séquestrer, violer et mettre à mort les filles et les femmes tutsi.

Deux jours plus tard, la défense de l’ex-ministre contre-attaquait. "C’est une abomination que de prétendre que Pauline Nyiramasuhuko est allée jusqu’à ordonner à son fils de violer des jeunes femmes tutsi", s’était indignée Me Nicole Bergevin, l’avocate principale de l’ex-ministre.

"Nyiramasuhuko n’est pas coupable de ces allégations abominables portées contre elle", avait ajouté l’avocate québécoise, appelant la chambre présidée par le Tanzanien William Hussein Sekule à acquitter l’ex-ministre.

Le deuxième avocat de Nyiramasuhuko, Guy Poupart, également du barreau du Québec, avait dénoncé une campagne visant à diaboliser les membres du gouvernement en place pendant le génocide.

Plaidant également l’acquittement, l'avocat de Shalom Ntahobali avait fait état de graves contradictions dans les témoignages à charge et souligné que plusieurs accusateurs n’étaient même pas parvenus, lors de leur comparution, à reconnaître l’accusée dans le prétoire.

Les avocats des autres accusés ont également demandé l'acquittement.

Née dans une modeste famille du sud du Rwanda, Mme Nyiramasuhuko, qui paraît plus jeune que ses 65 ans, entre, après ses études primaires, à l'Ecole sociale de Karubanda dans sa région.

En 1986, alors quadragénaire, elle reprend des études sanctionnées par une licence en droit en 1990.

En avril 1992, elle est nommée ministre de la Famille et de la promotion féminine dans le premier gouvernement multipartite.

Elle sera reconduite à ses fonctions en 1993, puis en 1994, pendant le génocide.

Après la victoire militaire du Front patriotique rwandais (FPR - actuellement au pouvoir), elle se réfugie à Bukavu dans l'est de l'ex-Zaïre. C'est alors que les organisations internationales des droits de l'homme commencent à la mettre en cause.

Elle sera arrêtée au Kenya en juillet 1997 et transférée, pour jugement, au TPIR où elle attend son verdict vendredi.
 

Première publication : 23/06/2011

  • RWANDA

    Quatre ex-responsables militaires déclarés coupables de génocide

    En savoir plus

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    L'ex-chef rebelle hutu rwandais Mbarushimana devant la CPI

    En savoir plus

  • RWANDA

    Un centre de documentation sur le génocide inauguré à Kigali

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)