Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

Afrique

La seule femme poursuivie pour génocide fixée sur son sort dans la journée

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/06/2011

Le Tribunal pénal international pour le Rwanda doit rendre son verdict à l'encontre de l'ex-ministre de la Famille Pauline Nyiramasuhuko, accusée d'être impliquée dans les viols et les massacres survenus à Butare lors du génocide de 1994.

AFP - La seule femme poursuivie devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), l'ex-ministre de la Famille Pauline Nyiramasuhuko, sera fixée sur son sort vendredi, ainsi que cinq co-accusés, tous poursuivis pour génocide en 1994 à Butare (sud du Rwanda).

Mme Nyiramasuhuko, qui est par ailleurs la première femme poursuivie pour génocide devant un tribunal international, a comparu depuis juin 2001 avec son fils Arsène Shalom Ntahobali, deux anciens préfets de Butare ainsi que deux anciens maires.

Poursuivis pour crimes de génocide et crimes contre l’humanité, les six accusés font partie, selon le procureur, des principaux responsables des massacres de Tutsi à Butare en 1994.

Sans eux, "le génocide n’aurait pas été possible à Butare", a déclaré Holo Makwaia, à l’ouverture d’un long réquisitoire, le 20 avril 2009. La magistrate tanzanienne avait ensuite particulièrement accablé l'ex-ministre.

"Pauline Nyiramasuhuko n’était pas seulement une grande figure; elle a été impliquée dans les massacres et les viols qui ont été commis (en 1994) à Butare", avait soutenu Mme Makwaia.

"Au lieu de protéger les familles comme le stipulait le mandat de son ministère, elle a décidé d’exterminer les familles", avait-elle poursuivi. "Shalom Ntahobali n’était pas loin de sa mère; il a tué et violé", avait également accusé la représentante du procureur.

Prenant le relais, la Canadienne Madeleine Schwarz avait abondé dans le même sens, accusant l’ex-ministre d’avoir ordonné à son fils, aux miliciens et aux soldats de tuer les hommes tutsi, de séquestrer, violer et mettre à mort les filles et les femmes tutsi.

Deux jours plus tard, la défense de l’ex-ministre contre-attaquait. "C’est une abomination que de prétendre que Pauline Nyiramasuhuko est allée jusqu’à ordonner à son fils de violer des jeunes femmes tutsi", s’était indignée Me Nicole Bergevin, l’avocate principale de l’ex-ministre.

"Nyiramasuhuko n’est pas coupable de ces allégations abominables portées contre elle", avait ajouté l’avocate québécoise, appelant la chambre présidée par le Tanzanien William Hussein Sekule à acquitter l’ex-ministre.

Le deuxième avocat de Nyiramasuhuko, Guy Poupart, également du barreau du Québec, avait dénoncé une campagne visant à diaboliser les membres du gouvernement en place pendant le génocide.

Plaidant également l’acquittement, l'avocat de Shalom Ntahobali avait fait état de graves contradictions dans les témoignages à charge et souligné que plusieurs accusateurs n’étaient même pas parvenus, lors de leur comparution, à reconnaître l’accusée dans le prétoire.

Les avocats des autres accusés ont également demandé l'acquittement.

Née dans une modeste famille du sud du Rwanda, Mme Nyiramasuhuko, qui paraît plus jeune que ses 65 ans, entre, après ses études primaires, à l'Ecole sociale de Karubanda dans sa région.

En 1986, alors quadragénaire, elle reprend des études sanctionnées par une licence en droit en 1990.

En avril 1992, elle est nommée ministre de la Famille et de la promotion féminine dans le premier gouvernement multipartite.

Elle sera reconduite à ses fonctions en 1993, puis en 1994, pendant le génocide.

Après la victoire militaire du Front patriotique rwandais (FPR - actuellement au pouvoir), elle se réfugie à Bukavu dans l'est de l'ex-Zaïre. C'est alors que les organisations internationales des droits de l'homme commencent à la mettre en cause.

Elle sera arrêtée au Kenya en juillet 1997 et transférée, pour jugement, au TPIR où elle attend son verdict vendredi.
 

Première publication : 23/06/2011

  • RWANDA

    Quatre ex-responsables militaires déclarés coupables de génocide

    En savoir plus

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    L'ex-chef rebelle hutu rwandais Mbarushimana devant la CPI

    En savoir plus

  • RWANDA

    Un centre de documentation sur le génocide inauguré à Kigali

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)