Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

  • En direct : Hollande annonce des frappes aériennes en Irak dans un délai "court"

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

EUROPE

L'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko jugée pour abus de pouvoir

Vidéo par Macha FOGEL

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/06/2011

Le procès de l'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko s'est ouvert à Kiev. L'égérie de la Révolution orange pro-occidentale de 2004 encourt 10 ans de prison pour abus de pouvoir dans la conclusion d'accords gaziers avec la Russie en 2009.

AFP - La justice ukrainienne a ouvert vendredi le procès pour abus de pouvoir de Ioulia Timochenko, ex-Premier ministre et égérie de la Révolution orange pro-occidentale de 2004, sous la pression de centaines de manifestants venus soutenir l'opposante.

Le procès a ouvert peu après 09H00 locales (06H00 GMT) dans la petite salle du tribunal Petcherski dans le centre de Kiev d'une capacité de 50 places, pleine à craquer.

"C'est une farce et un cirque, et non un procès", a dit au juge Mme Timochenko, en tailleur crème, une rose à la main. Elle a déclaré son intention de révoquer le juge Rodion Kireev.

A l'extérieur, plus d'un millier de manifestants étaient venus dès le matin soutenir Mme Timochenko, brandissant les drapeaux blanc et rouge de son mouvement politique d'opposition.

"La voix de Ioulia est la voix du peuple !", "Non à la répression politique !" lisait-on sur les banderoles brandies dans la foule.

Les accès au tribunal étaient bloqués par des troupes policières anti-émeute.

Mme Timochenko, qui comparait libre, encourt 10 ans de prison pour cette accusation d'abus de pouvoir dans la conclusion d'accords gaziers avec la Russie lorsqu'elle était Premier ministre en 2009.

Elle accuse de son côté le président Viktor Ianoukovitch d'être derrière ces poursuites judiciaires pour l'évincer des législatives de 2012 et de la présidentielle de 2015.

Mme Timochenko, qui était le principal adversaire de l'actuel chef de l'Etat à la présidentielle de février 2010 et reste toujours, selon les sondages, son plus sérieux adversaire.

Le parquet soutient que les agissements de Mme Timochenko, lors de la signature en 2009 d'accords gaziers avec la Russie, jugés fort désavantageux pour l'Ukraine, ont infligé à l'Etat ukrainien des pertes de plus de 1,5 milliard de hryvnias (environ 130 millions d'euros).

Deux autres enquêtes judiciaires qui la visent portent sur les accusations de mauvaise utilisation de fonds reçus par Kiev en échange de la vente de ses quotas d'émission de CO2 et sur celles d'achat d'ambulances à un prix supérieur à celui du marché. Les procès concernant ces affaires n'ont pas encore commencé.

Des experts ukrainiens estiment que Mme Timochenko sera vraisemblablement condamnée avec sursis.

Mme Timochenko avait été, avec Viktor Iouchtchenko, un des chefs de la Révolution orange pro-occidentale de 2004. Cette vague de contestation populaire sans précédent avait porté M. Iouchtchenko à la présidence, au détriment du candidat soutenu par Moscou, Viktor Ianoukovitch.

Elle a dirigé le gouvernement en 2005, puis de 2007 à 2010, avant de perdre le poste de Premier ministre après l'élection de M. Ianoukovitch à la présidence.

Nombre d'autres anciens hauts responsables de son gouvernement sont également visés par des enquêtes pour abus de pouvoir.

Les Etats-Unis et les Européens ont exprimé leur inquiétude quant à une instrumentalisation de la justice dans cette ex-république soviétique.
 

Première publication : 24/06/2011

  • UKRAINE

    La justice met en cause l'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko pour "abus de pouvoir"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)