Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

EUROPE

L'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko jugée pour abus de pouvoir

Vidéo par Macha FOGEL

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/06/2011

Le procès de l'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko s'est ouvert à Kiev. L'égérie de la Révolution orange pro-occidentale de 2004 encourt 10 ans de prison pour abus de pouvoir dans la conclusion d'accords gaziers avec la Russie en 2009.

AFP - La justice ukrainienne a ouvert vendredi le procès pour abus de pouvoir de Ioulia Timochenko, ex-Premier ministre et égérie de la Révolution orange pro-occidentale de 2004, sous la pression de centaines de manifestants venus soutenir l'opposante.

Le procès a ouvert peu après 09H00 locales (06H00 GMT) dans la petite salle du tribunal Petcherski dans le centre de Kiev d'une capacité de 50 places, pleine à craquer.

"C'est une farce et un cirque, et non un procès", a dit au juge Mme Timochenko, en tailleur crème, une rose à la main. Elle a déclaré son intention de révoquer le juge Rodion Kireev.

A l'extérieur, plus d'un millier de manifestants étaient venus dès le matin soutenir Mme Timochenko, brandissant les drapeaux blanc et rouge de son mouvement politique d'opposition.

"La voix de Ioulia est la voix du peuple !", "Non à la répression politique !" lisait-on sur les banderoles brandies dans la foule.

Les accès au tribunal étaient bloqués par des troupes policières anti-émeute.

Mme Timochenko, qui comparait libre, encourt 10 ans de prison pour cette accusation d'abus de pouvoir dans la conclusion d'accords gaziers avec la Russie lorsqu'elle était Premier ministre en 2009.

Elle accuse de son côté le président Viktor Ianoukovitch d'être derrière ces poursuites judiciaires pour l'évincer des législatives de 2012 et de la présidentielle de 2015.

Mme Timochenko, qui était le principal adversaire de l'actuel chef de l'Etat à la présidentielle de février 2010 et reste toujours, selon les sondages, son plus sérieux adversaire.

Le parquet soutient que les agissements de Mme Timochenko, lors de la signature en 2009 d'accords gaziers avec la Russie, jugés fort désavantageux pour l'Ukraine, ont infligé à l'Etat ukrainien des pertes de plus de 1,5 milliard de hryvnias (environ 130 millions d'euros).

Deux autres enquêtes judiciaires qui la visent portent sur les accusations de mauvaise utilisation de fonds reçus par Kiev en échange de la vente de ses quotas d'émission de CO2 et sur celles d'achat d'ambulances à un prix supérieur à celui du marché. Les procès concernant ces affaires n'ont pas encore commencé.

Des experts ukrainiens estiment que Mme Timochenko sera vraisemblablement condamnée avec sursis.

Mme Timochenko avait été, avec Viktor Iouchtchenko, un des chefs de la Révolution orange pro-occidentale de 2004. Cette vague de contestation populaire sans précédent avait porté M. Iouchtchenko à la présidence, au détriment du candidat soutenu par Moscou, Viktor Ianoukovitch.

Elle a dirigé le gouvernement en 2005, puis de 2007 à 2010, avant de perdre le poste de Premier ministre après l'élection de M. Ianoukovitch à la présidence.

Nombre d'autres anciens hauts responsables de son gouvernement sont également visés par des enquêtes pour abus de pouvoir.

Les Etats-Unis et les Européens ont exprimé leur inquiétude quant à une instrumentalisation de la justice dans cette ex-république soviétique.
 

Première publication : 24/06/2011

  • UKRAINE

    La justice met en cause l'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko pour "abus de pouvoir"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)