Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

FRANCE

Le "cerveau" présumé des fuites du bac S a été placé en garde à vue

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/06/2011

La police a procédé à une quatrième arrestation dans le cadre de l'enquête sur les fuites d'un sujet du bac scientifique. L'homme placé en garde à vue est soupçonné d'être le cerveau de l'affaire.

AFP - L'enquête sur la fuite d'un sujet de mathématiques du bac S avançait à grands pas vendredi avec plusieurs gardes à vue, et la contestation s'amplifiait contre la décision du ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, d'annuler l'exercice litigieux.
              
Lundi soir, une photographie de l'un des quatre exercices de mathématiques du bac S avait été mise sur internet, à la veille de l'épreuve passée par 165.000 lycéens.
              
Face à cet événement rarissime ébranlant l'examen symbole en France, M. Chatel a porté plainte et l'enquête progresse rapidement.
              
Vendredi midi, un quatrième jeune, soupçonné d'être le principal responsable des fuites, a été placé en garde à vue, alors que la police a relâché l'un des trois premiers interpellés, l'aîné de deux frères.
              
La garde à vue des trois jeunes toujours interrogés va être prolongée de 24 heures jusqu'à samedi à la mi-journée, quand ils pourraient être présentés à un juge d'instruction, car une information judiciaire pour "fraudes aux examens, vol, recel et violation de secrets" devrait être ouverte, selon une source judiciaire.
              
Jeudi soir, après l'interpellation des deux frères de 21 et 25 ans, "une personne, l'informateur, s'est présentée spontanément à la police en indiquant qu'il avait, la veille de l'épreuve, surpris devant son lycée parisien, un lycéen qui se vantait d'avoir l'épreuve de mathématiques du lendemain", a expliqué Jean Quintard, procureur général adjoint du parquet de Paris.
              
Deux heures plus tard, cet "informateur" recevait, par mms, la photographie de l'exercice qu'il a transmise au frère cadet qui l'a mise en ligne.
              
Les enquêteurs vont maintenant s'attacher à rechercher la "personne dépositaire de l'épreuve" à l'origine de la fuite et qui, selon M. Quintard, "a commis la faute la plus grave".
              
La meilleure amie du plus jeune frère a assuré sur Europe 1 que ce dernier "ne pensait pas que ça prendrait cette ampleur". "C'est parti d'un imprimeur qui a fait rentrer (ndlr : dans l'atelier) à la pause déjeuner un ami pour lui montrer le sujet", a affirmé la jeune fille de 19 ans. "Cet ami a pris en photo la première chose qu'il pouvait prendre, il l'a fait tourner à sa classe et de personne en personne, c'est arrivé à lui (son ami)".
              
La fuite révélée, M. Chatel a décidé mercredi d'annuler l'exercice litigieux, une décision objet d'une contestation croissante.
              
La fuite ayant eu probablement un "impact très limité", selon M. Chatel, les lycéens estiment que la décision pénalise la majorité d'entre eux et qu'elle a été prise "sans concertation, et en urgence".
              
Les résultats du bac devant être rendus le 5 juillet, le différend est rapidement venu sur le terrain de la justice.
              
Vendredi, les parents d'une lycéenne de terminale S ont saisi le tribunal administratif (TA) de Paris et l'audience aura lieu le 30 juin à 11h30. La veille, un lycéen de La Rochelle avait saisi le TA de Poitiers.
              
En outre, une délégation d'élèves et de parents devait porter vendredi au ministère une pétition de 15.000 signatures demandant à M. Chatel de revenir sur sa décision. A défaut, ils disent envisager de "saisir le médiateur de l'Education nationale puis éventuellement d'engager un recours au tribunal administratif".
              
Aussi opposée à la décision, l'Association des professeurs de mathématiques de l'enseignement public (APMEP) juge qu'il est encore temps de refaire passer l'exercice en une heure, mardi ou mercredi.
              
Au PS, Bruno Julliard a dénoncé "les cafouillages" autour du bac, illustration selon lui de "l'appauvrissement" de l'Education nationale.
              
 

Première publication : 24/06/2011

  • FRANCE

    Deux jeunes en garde à vue dans l'affaire des fuites au bac S

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les sujets de philosophie du baccalauréat 2010

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)