Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

FRANCE

Des graines germées pourraient être la cause des intoxications alimentaires à Bordeaux

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/06/2011

Sept des dix personnes intoxiquées à la bactérie e.Coli ont participé à la même fête dans un centre de loisirs près de Bordeaux. Six d'entre elles y ont mangé des graines germées qui pourraient être à l'origine de la contamination.

AFP - Sept des dix personnes atteintes par l'intoxication à la bactérie E.coli ont participé le 8 juin à une kermesse à Bègles (Gironde) dans un centre de loisirs où six d'entre elles auraient consommé des graines germées, ont indiqué vendredi les autorités sanitaires.
              
Dans un nouveau point de situation vendredi, la préfecture de Gironde fait état de "10 cas signalés de diarrhée sanglante".
              
Sur ces 10 cas, 8 sont des cas groupés de personnes résidant à Bègles et dans le quartier voisin de Nansouty, situé sur la commune de Bordeaux, indique la préfecture dans un communiqué.
              

Comment se transmet la bactérie ?

La bactérie Escherichia coli, dite E.coli, se transmet par les aliments non-lavés, non-cuits ou non-pasteurisés (légumes non-lavés et non-épluchés, viandes crues, fromages au lait cru). Une cuisson à plus de 70°C tue la bactérie. Elle se transmet également par l'eau et les matières fécales.

A priori, dans le cas de cette épidémie de bactérie E.coli de sérotype 0104, localisée dans le nord de l'Allemagne, les scientifiques excluent une transmission d'homme à homme : l'épidémie serait d'une toute autre ampleur.

Les personnes infectées par la bactérie présentent des hémorragies du système digestif, et, dans les cas les plus graves, développent des troubles rénaux (syndrome hémolytique et urémique, SHU) et des séquelles neurologiques graves qui peuvent entraîner la mort.

Lundi, l'European Center for Disease Prevention and Control dénombrait en Europe 1672 personnes qui souffrent de diarrhées sanglantes dues à l'E.coli, dont 1601 habitent l'Allemagne ; 661 cas de SHU ont été signalés, dont 630 en Allemagne (voir les stastistiques ici).

"Les suites des investigations épidémiologiques menées par la Cellule de l’Institut de veille sanitaire en région (Cire Aquitaine), en lien avec l’Agence régionale de santé d’Aquitaine, ont permis de déterminer que sept d’entre elles ont fréquenté le Centre de loisirs de la petite enfance (CLPE) de Bègles le 8 juin, dans le cadre d’une kermesse de fin d’année", précise le texte.
              
Au moins six d’entre elles auraient consommé des graines germées, saupoudrées sur des soupes, selon la même source.
              
"Les premiers examens bactériologiques ont par ailleurs permis de déterminer la présence pour deux patients d’une infection par E.Coli producteur de shigatoxine de souche O104, souche retrouvée dans le cadre de l’épidémie survenue en Allemagne"
              
Des investigations sont menées par la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) de la Gironde pour déterminer l’origine de ces graines.
              
Parallèlement, des échantillons saisis dans le centre de loisirs sont acheminés pour analyse en laboratoire afin de mettre en évidence la présence éventuelle de la bactérie dans ces graines.

Première publication : 24/06/2011

COMMENTAIRE(S)