Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 000 experts du Sida et pas de président Macron

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Magic System, 20 ans de tubes

En savoir plus

FOCUS

Le Sénégal, bon élève de la lutte contre le sida

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'été en musique : les incontournables qui vont faire danser

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Israël : les dirigeants "ont de nouveau ignoré les signes avant-coureurs de violences"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Conférence mondiale sur le sida : Washington appelé à maintenir son aide financière

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Conférence mondiale sur le sida : "Un sommet de la recherche à Paris"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Jeux de la Francophonie : quelque 4 000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

Moyen-orient

Washington, Paris et Londres accusent Téhéran de violer les sanctions imposées par l'ONU

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/06/2011

L'Iran viole les sanctions prises par l'ONU contre son programme nucléaire, ont affirmé hier les puissances occidentales du conseil de sécurité. Accusée de bloquer la publication d'un rapport sur la question, la Russie est également pointée du doigt.

AFP - Les puissances occidentales du Conseil de sécurité de l'ONU ont accusé jeudi l'Iran de violations "alarmantes" des sanctions de l'ONU à propos de son programme nucléaire, souvent avec l'aide de la Syrie.

Les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne ont également demandé la publication d'un rapport des experts du Conseil de sécurité sur les sanctions visant l'Iran bloqué par la Russie.

"Le rapport final que le panel d'experts a transmis le mois dernier au Conseil dresse un tableau complet et alarmant des violations par l'Iran de ses obligations", a dit M. Martin Briens, ambassadeur adjoint français à l'ONU.

"Ces violations sont systématiques et délibérées. Elles concernent toutes les catégories de mesures adoptées par le Conseil de sécurité: nucléaire, balistique, embargo sur les armes, transports, domaines financier et commercial", a-t-il dit.

"Elles impliquent des méthodes de plus en plus complexes: utilisation de sociétés écrans et de noms d'emprunt, recours à de multiples intermédiaires financiers et des bureaux de change, dissimulation physique, fausses déclarations, falsification de documents", a-t-il ajouté.

Quatre série de sanctions ont été imposées par l'ONU contre l'Iran du fait de son refus d'arrêter l'enrichissement de l'uranium. Les pays occidentaux accusent l'Iran de vouloir se doter de l'arme nucléaire, ce dont Téhéran se défend.

"Nous sommes particulièrement préoccupés par le rôle actif de la Syrie dans ces transferts illicites d'armes: la Syrie est impliquée dans l'essentiel des cas de violation de l'embargo sur les armes notifiés au comité", a ajouté M. Briens. "La Syrie refuse de coopérer avec le panel et le comité".

L'ambassadeur britannique à l'ONU Mark Lyall Grant, de même que les émissaires français et américain, ont estimé que le rapport sur les sanctions envers l'Iran devait être diffusé "de façon urgente".

"Il est clair que l'Iran continue (..) un programme d'armes nucléaires. L'Iran ne nous a donné aucune bonne raison de croire qu'il était disposé à s'engager dans des négociations significatives sur son programme nucléaire", a-t-il dit.

L'ambassadrice américaine à l'ONU Susan Rice a jugé que la communauté internationale devait "renforcer encore" la mise en oeuvre des sanctions de l'ONU, citant des "preuves significatives" sur les violations des sanctions.

 

Première publication : 24/06/2011

  • IRAN

    L'Union européenne accentue la pression sur l'Iran et son programme nucléaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)