Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

  • Vidéo : Marine Le Pen voit la diplomatie française comme "un canard sans tête"

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • La dette française dépasse pour la première fois les 2 000 milliards d'euros

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

Moyen-orient

Washington, Paris et Londres accusent Téhéran de violer les sanctions imposées par l'ONU

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/06/2011

L'Iran viole les sanctions prises par l'ONU contre son programme nucléaire, ont affirmé hier les puissances occidentales du conseil de sécurité. Accusée de bloquer la publication d'un rapport sur la question, la Russie est également pointée du doigt.

AFP - Les puissances occidentales du Conseil de sécurité de l'ONU ont accusé jeudi l'Iran de violations "alarmantes" des sanctions de l'ONU à propos de son programme nucléaire, souvent avec l'aide de la Syrie.

Les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne ont également demandé la publication d'un rapport des experts du Conseil de sécurité sur les sanctions visant l'Iran bloqué par la Russie.

"Le rapport final que le panel d'experts a transmis le mois dernier au Conseil dresse un tableau complet et alarmant des violations par l'Iran de ses obligations", a dit M. Martin Briens, ambassadeur adjoint français à l'ONU.

"Ces violations sont systématiques et délibérées. Elles concernent toutes les catégories de mesures adoptées par le Conseil de sécurité: nucléaire, balistique, embargo sur les armes, transports, domaines financier et commercial", a-t-il dit.

"Elles impliquent des méthodes de plus en plus complexes: utilisation de sociétés écrans et de noms d'emprunt, recours à de multiples intermédiaires financiers et des bureaux de change, dissimulation physique, fausses déclarations, falsification de documents", a-t-il ajouté.

Quatre série de sanctions ont été imposées par l'ONU contre l'Iran du fait de son refus d'arrêter l'enrichissement de l'uranium. Les pays occidentaux accusent l'Iran de vouloir se doter de l'arme nucléaire, ce dont Téhéran se défend.

"Nous sommes particulièrement préoccupés par le rôle actif de la Syrie dans ces transferts illicites d'armes: la Syrie est impliquée dans l'essentiel des cas de violation de l'embargo sur les armes notifiés au comité", a ajouté M. Briens. "La Syrie refuse de coopérer avec le panel et le comité".

L'ambassadeur britannique à l'ONU Mark Lyall Grant, de même que les émissaires français et américain, ont estimé que le rapport sur les sanctions envers l'Iran devait être diffusé "de façon urgente".

"Il est clair que l'Iran continue (..) un programme d'armes nucléaires. L'Iran ne nous a donné aucune bonne raison de croire qu'il était disposé à s'engager dans des négociations significatives sur son programme nucléaire", a-t-il dit.

L'ambassadrice américaine à l'ONU Susan Rice a jugé que la communauté internationale devait "renforcer encore" la mise en oeuvre des sanctions de l'ONU, citant des "preuves significatives" sur les violations des sanctions.

 

Première publication : 24/06/2011

  • IRAN

    L'Union européenne accentue la pression sur l'Iran et son programme nucléaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)