Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Attentat-suicide sanglant contre un hôpital de province

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/06/2011

Les Taliban disent ne pas être impliqués dans l'attaque d'un hôpital situé au sud de Kaboul qui a fait au moins 38 morts samedi. Cet attentat intervient alors que le président afghan, Hamid Karzaï, assiste en Iran à un sommet sur le terrorisme.

AFP - Les autorités afghanes ont revu dimanche à la hausse le bilan de l'attentat suicide à la voiture piégée de samedi contre un hôpital du centre de l'Afghanistan, à 38 morts, soit quasiment le double du précédent décompte.

Le bilan précédent faisait état samedi de vingt morts, des patients, des visiteurs et des membres du personnel médical.

Vincent Vulin, journaliste à Kaboul

La plupart des victimes sont des femmes, des enfants et des bébés, qui se trouvaient dans la maternité, selon les autorités.

L'attaque s'est produite à 75 km au sud de Kaboul, dans la province de Logar et dans le district d'Azra, près de la frontière avec le Pakistan, deux jours après l'annonce par les Etats-Unis du début du retrait de leurs troupes d'ici à un an.

Un témoin a décrit des scènes d'horreur, avec des corps dévorés par les flammes et des débris humains éparpillés, après l'explosion d'un véhicule tout-terrain.

Pour expliquer la différence entre le bilan donné samedi et celui de dimanche, le directeur des affaires sanitaires de la province, Mohammad Zaref Nayebkhail, a indiqué que des villageois, proches des victimes, avaient tout de suite emporté les corps chez eux, après l'explosion.

Un habitant du voisinage de l'hôpital, Abdul Rahman, a perdu sept membres de sa famille. "Sept membres de ma famille, dont trois femmes et deux enfants étaient dans cet hôpital ce matin", raconte-t-il en pleurant. "J'étais chez moi quand j'ai entendu l'explosion. J'ai couru vers l'endroit et j'ai vu beaucoup de morts et de blessés".

"Beaucoup étaient en feu, il y avait des morceaux de corps un peu partout. Ma famille est morte, je ne peux même pas les trouver, ils sont sous les décombres", a-t-il ajouté.

Le gouvernement avait qualifié samedi cette attaque de "sans précédent" en raison de la cible visée, après presque dix ans de guerre. Le président Hamid Karzai a évoqué un acte "sauvage et ignorant" selon un communiqué publié par son bureau.

Les talibans, dont les kamikazes visent très fréquemment les forces afghanes et internationales ainsi que des bâtiments administratifs, ont immédiatement affirmé samedi qu'ils n'avaient rien à voir avec cet attentat.

"Nous condamnons cette attaque sur un hôpital. Ceux qui ont fait ça veulent porter atteinte aux talibans", a déclaré Zabihullah Mujahid, un porte-parole des talibans.

La mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan a rappelé que les attentats contre les hôpitaux étaient interdits selon les lois internationales.

Première publication : 25/06/2011

  • AFGHANISTAN

    Les Taliban relativisent l'annonce du retrait américain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)