Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso : Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Asie - pacifique

Hu Jia et son épouse, un influent couple de militants chinois

Vidéo par Nicholas RUSHWORTH , Constance de BONNAVENTURE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/06/2011

Libéré par Pékin après trois ans de prison, le dissident chinois Hu Jia est l'un des défenseurs des droits de l'Homme et critiques du gouvernement les plus connus en Chine. Sa femme, Zeng Jinyan, est elle aussi militante et blogueuse réputée.

AFP - Sous une apparence frêle et timide, le dissident chinois Hu Jia, tout juste libéré dimanche, cache une volonté de fer et un courage en acier trempé qui lui ont valu plus de trois ans de prison, et désormais sans doute des années sous surveillance policière.

Hu Jia, 37 ans, est devenu l'un des défenseurs des droits de l'Homme en Chine les plus connus en luttant contre les abus du gouvernement, dans des domaines aussi variés que la discrimination envers les malades du sida ou la destruction de l'environnement.

"Ces libérations servent l'image de la Chine"

Malingre et doté d'un visage souriant et juvénile, Hu Jia a commencé à faire parler de lui il y a dix ans, lorsqu'il a organisé un mouvement de défense de villageois pauvres qui avaient contracté le virus du sida dans les années 90 en vendant leur sang.

Il critique alors vivement le gouvernement qui selon lui ignore les difficultés liées à l'épidémie.

Le jeune homme, qui porte des petites lunettes cerclées de fer, lutte ensuite aux côtés de prisonniers politiques et informe régulièrement la presse occidentale des combats des avocats de la défense des droits de l'Homme, des paysans qui manifestent et de divers militants.

Ce diplomé en informatique de la School of Economics de Pékin a été arrêté en décembre 2007, un mois après avoir parlé de la situation des droits de l'Homme en Chine et critiqué l'attribution des jeux Olympiques à Pékin, avec des membres du Parlement européen, via une caméra web.

Il est condamné à trois ans et demi de prison en avril 2008, quelques mois avant les jeux, pour "incitation à la subversion", une accusation vague utilisée par les autorités pour faire taire les dissidents, selon les critiques du régime.

La même année, le Parlement européen lui décerne le prix Sakharov, déclenchant la mauvaise humeur de Pékin.

Depuis des années, sa femme, Zeng Jinyan, elle aussi militante, tient un blog réputé qui n'épargne pas les autorités chinoises. En 2007, elle est classée parmi les 100 personnalités les plus influentes du monde, par le magazine Time.

Lors de la détention de son mari, elle critiquait vivement la faiblesse des soins médicaux dont il bénéficiait en prison. Hu Jia souffre d'une cirrhose du foie qui a empiré lors de sa détention.

Mais ces derniers mois, elle se plaignait du harcèlement renforcé de la police et a modéré le ton de ses commentaires.

Le couple a une petite fille.

Hu est rentré chez lui dans la nuit de samedi à dimanche, après avoir purgé la totalité de sa peine.

Lors de son arrestation, le gouvernement cherchait à museler les critiques pour éviter toute manifestation pendant les JO. Sa libération se déroule dans un climat encore plus répressif.

Le gouvernement a lancé au printemps un vaste mouvement de répression contre la dissidence, le plus sévère depuis les années post-Tiananmen, par crainte de mouvements semblables aux révolutions du jasmin de début d'année, qui ont secoué l'Afrique du Nord et le Proche-Orient.

Première publication : 26/06/2011

  • CHINE

    Le dissident chinois Hu Jia a été libéré après trois ans de prison

    En savoir plus

  • CHINE

    Pékin libère sous caution l'artiste dissident Ai Weiwei

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)