Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mutins du PS défient Valls"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne : Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du Conseil de la simplification

En savoir plus

  • En direct : l'Algérie attend les résultats d'un scrutin déjà contesté

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Ukraine : "Moscou ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Le bilan du ferry s'alourdit, un mandat d'arrêt délivré contre le capitaine

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Au moins 20 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

FRANCE

Jean-Louis Borloo fusionne "les centres" en vue de la présidentielle 2012

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/06/2011

Le président du Parti radical a officialisé son "Alliance" des centres lors d'un banquet républicain à Épinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis). Une coalition que l'ancien ministre de l'Écologie entend conduire à la présidentielle de 2012.

AFP - Jean-Louis Borloo a présidé dimanche à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) à l'officialisation de l'"Alliance" des centres, qu'il a présentée comme une "force anti-FN", en réaffirmant sa détermination à la conduire à la présidentielle.

Devant des tablées de militants réunis dans le parc de la mairie d'Epinay pour un banquet républicain, le président du Parti radical s'est montré tout sourire, ravi d'avoir "dépassé les 3.000 personnes".

"L'Alliance est fondée ici à Epinay pour les décennies qui viennent. C'est une force politique alternative entre un PS dépassé par les enjeux du 21e siècle et une UMP qui s'est rétrécie, incapable d'entrer dans l'action", a lancé Jean-Louis Borloo.

"J'en ai marre de la politique de dénonciation de l'autre et de la politique spectacle, nous avons une obligation d'action immédiate et concrète", a-t-il lancé, en présentant l'union des centres comme "la force anti-FN".

"C'est nous la force anti-21 avril, parce qu'on répond aux Français par l'action. Si on laisse s'affronter le vainqueur de la primaire entre énarques socialistes et l'UMP actuelle, je vous garantis qu'on aura un FN au second tour", a-t-il expliqué, en retournant l'argument de ceux qui l'accusent de favoriser une percée de l'extrême droite en divisant la majorité.

Un peu plus tôt, l'un de ses porte-parole, Dominique Paillé, avait taclé la droitisation actuelle de l'UMP. "Si la droite court après Marine Le Pen dans le même couloir, elle ne la dépassera pas", a-t-il lancé.

Les "vrais amis de Nicolas Sarkozy ne sont pas autour de lui, au gouvernement ou à l'UMP", a-t-il ajouté, en évoquant, sans les citer, ceux qui souhaitent sa défaite en 2012 pour mieux servir leur ambition présidentielle en 2017.

A la tribune, les patrons des partis fondateurs de l'Alliance (Parti radical, Gauche moderne, Nouveau Centre et Convention démocrate) ont martelé leurs détermination d'être présents en 2012, invoquant la symbolique d'Epinay, où le PS avait construit son union lors d'un congrès fondateur en 1971.

"Il aura fallu dix ans à François Mitterrand pour aller d'Epinay à la victoire, nous, nous avons dix mois", a dit Jean-Marie Bockel (GM).

"C'est le souffle d'Epinay. 40 ans après Mitterrand et par 40° à l'ombre. Ce souffle a un nom, Jean-Louis Borloo", s'est amusé Hervé de Charette (CD).
 

Première publication : 26/06/2011

  • FRANCE

    Le NPA désigne Philippe Poutou comme candidat à la présidentielle 2012

    En savoir plus

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Pénurie de patrons chez les trotskistes

    En savoir plus

  • FRANCE

    Christine Boutin annonce sa candidature à la présidentielle de 2012

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)