Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

La loi Macron dans l'étau des divisions de la gauche ?

En savoir plus

Afrique

Les "raids continus" de l'Otan préoccupent l'Union africaine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/06/2011

Les médiateurs de l'Union africaine réunis à Pretoria dimanche ont rappelé que l'Otan n'avait pas pour mandat de conduire un "assassinat politique" en Libye. Mouammar Kadhafi a accepté de ne pas prendre part aux négociations de l'organisation.

AFP - Le président sud-africain Jacob Zuma a, au nom de l'Afrique, haussé le ton dimanche face à l'OTAN, soulignant qu'elle n'avait pas été mandatée par l'ONU pour conduire "l'assassinat politique" de Mouammar Kadhafi, alors que les rebelles avancent et sont à 50 km de Tripoli.

Les médiateurs africains, dont M. Zuma, à l'issue de leur réunion à Pretoria, ont seulement annoncé que le dirigeant libyen avait accepté de ne pas faire partie des négociations sur la Libye pour mettre un terme à un conflit qui dure depuis quatre mois.

Sur le terrain, la rébellion a repoussé les loyalistes de 20 km, et se trouve à environ 50 km de la capitale, remontant vers le verrou stratégique de Bir Al-Ghanam. Les deux camps s'affrontent à l'arme lourde, entre intenses bombardements aux roquettes de type Grad et tirs soutenus de mitrailleuses lourdes, selon un correspondant de l'AFP.

Réuni dimanche à Pretoria, le comité des médiateurs de l'Union africaine (UA), composé de cinq chefs d'Etat - Afrique du Sud, Congo, Mali, Ouganda, Mauritanie - a passé en revue les efforts de médiation devant aider à un règlement de la crise libyenne.

Mais d'emblée, le président Jacob Zuma a souligné la "préoccupation" du comité et de l'assemblée de l'UA devant les "bombardements continus de l'OTAN", ajoutant que "la finalité de la résolution 1973 (de l'ONU, adoptée le 17 mars) était de protéger le peuple libyen et faciliter les efforts humanitaires".

"La finalité n'était pas d'autoriser une campagne pour un changement de régime ou un assassinat politique" de Mouammar Kadhafi, a souligné M. Zuma à l'ouverture de la réunion du comité.

Mohamed Hounid, professeur de relations internationales à l'Inalco

Mais après quatre heures de discussions, le comité s'est borné à saluer "la décision du colonel Kadhafi de ne pas faire partie du processus de négociations". Le texte a été lu par le commissaire de l'UA pour la paix et la sécurité Ramtane Lamamra, qui a refusé de répondre aux questions des journalistes.

Mais un membre de la délégation sud-africaine a ensuite tempéré la portée du texte: "nous voulions que Kadhafi fasse une déclaration publique selon laquelle il ne prendrait pas part aux négociations mais il ne l'a pas fait". "Cela signifie qu'il est fini", a-t-il assuré.

Le communiqué des médiateurs africains a également réitéré l'appel de l'organisation panafricaine à un cessez-le-feu immédiat pour permettre des négociations.

Cette réunion s'est tenue alors que les rebelles libyens avaient indiqué samedi soir attendre rapidement une offre de Kadhafi pour mettre fin à la guerre.

Mais le porte-parole du régime libyen, Moussa Ibrahim, a déclaré dimanche à l'AFP que le colonel Kadhafi ne quitterait ni le pouvoir ni le pays.

"Kadhafi est ici. Il y reste. Il dirige le pays et il ne le quittera pas et il ne démissionnera pas parce qu'il n'a aucun poste officiel", a déclaré M. Ibrahim.

Pour le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Luis Moreno-Ocampo, "les crimes continuent (à être commis, ndlr) aujourd'hui en Libye. Pour arrêter les crimes et protéger les civils en Libye, Kadhafi doit être arrêté", affirme un communiqué diffusé dimanche.

Les juges de la CPI doivent dire lundi s'ils délivrent ou non des mandats d'arrêts contre le colonel Kadhafi, son fils Seif Al-Islam et le chef des services de renseignements libyens Abdallah Al-Senoussi. Le procureur avait effectué une requête en ce sens le 16 mai.

La réunion des médiateurs africains intervient juste avant le 17e sommet de l'Union africaine qui se tiendra à Malabo, en Guinée-équatoriale du 30 juin au 1er juillet, et où la crise libyenne sera au centre des discussions.

Le ministre des affaires étrangères algérien Mourad Medelci a par ailleurs reçu dimanche à Alger un envoyé spécial du colonel Kadhafi.


 

Première publication : 26/06/2011

  • LIBYE

    L'Otan nie avoir tué une quinzaine de civils lors d'un raid à Brega

    En savoir plus

  • LIBYE

    Des stars du football libyen rejoignent le camp des insurgés

    En savoir plus

  • LIBYE

    Les États membres de l'Otan rattrapés par la bataille de l'opinion

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)