Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Moyen-orient

Une nouvelle "flottille de la liberté" s'apprête à mettre le cap sur Gaza

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/06/2011

Pour la deuxième année consécutive, des militants de 22 pays doivent appareiller cette semaine à bord d'une dizaine de bateaux pour tenter de briser le blocus imposé à la bande de Gaza. Israël s'est dit "déterminé" à stopper le convoi.

AFP - Des militants de 22 pays ont prévu d'appareiller de Grèce cette semaine à bord d'une dizaine de bateaux dans le cadre d'une "flottille de la liberté" transportant de l'aide humanitaire à Gaza, malgré des menaces d'Israël et l'opposition de l'ONU.

Rassemblant cette année 350 militants de la cause palestinienne dont l'écrivain suédois Henning Mankell, ainsi que quelques journalistes, cette initiative pour briser le blocus de Gaza imposé depuis cinq ans par Israël, et qui se veut pacifique, se reproduit pour la deuxième année consécutive.

En mai 2010, une première tentative d'approcher de Gaza (territoires palestiniens) a coûté la vie à neuf personnes après l'assaut sanglant de la marine israélienne contre le ferry turc Mavi Marmara, qui servait de navire amiral à la flottille.

Ce raid israélien a plongé les relations entre Ankara et Tel-Aviv dans une crise sans précédent, et suscité une vague de condamnations internationales.

Deux bateaux grecs de la flottille sont toujours sous séquestre en Israël.

Jeudi, Israël a prévenu qu'il était "déterminé" à stopper cette nouvelle flottille. "Israël a le droit d'autodéfense", l'opération "entre clairement dans le cadre d'une démarche politique", "relève de la provocation et n'a rien à voir avec une aide humanitaire", a justifié à New York l'ambassadeur d'Israël à l'ONU, Ron Prosor.

Lynn Pascoe, secrétaire général adjoint de l'ONU chargé des affaires politiques, a aussi rappelé devant le Conseil de sécurité l'opposition de l'ONU. Le secrétaire général Ban Ki-moon "a écrit aux gouvernements concernés pour qu'ils usent de leur influence pour décourager les flottilles qui représentent un potentiel d'escalade dangereuse", a-t-il dit.

La plupart des pays concernés, les Etats-Unis, mais aussi la France ou la Grèce, ont déconseillé toute participation à leurs ressortissants.

Aux Etats-Unis, plusieurs juifs américains ont manifesté leur intention d'embarquer sur un bateau battant pavillon américain pour rejoindre la flottille tandis que des militants irlandais ont demandé à leur gouvernement d'intervenir auprès d'Israël pour obtenir une autorisation d'accostage dans l'enclave palestinienne.

La France participe avec deux bateaux, dont l'un partira de Grèce. L'autre a quitté la Corse samedi avec six personnes à bord.

La flottille comprend également un navire italien, un irlandais, un espagnol, deux gréco-suédois-norvégiens et un cargo de la diaspora palestinienne, mais pas le ferry turc Mavi Marmara.

Les bateaux partiront de divers ports grecs, d'autres vont traverser les eaux grecques et se rencontrer au large, a indiqué le capitaine Vaguélis Pissias, un des responsables de l'organisation grecque "Un bateau pour Gaza" sans donner les dates de départ.

Il a expliqué que la Grèce se prêtait comme point de départ en raison de "sa position géographique et ses relations historico-culturelles" avec les pays arabes.

Deux cargos de la flottille transporteront des médicaments, une ambulance équipée et du ciment.

"Ce qui s'est passé l'an dernier nous inquiète fortement (...) mais nous sommes déterminés à aller à Gaza, notre objectif n'est pas seulement de forcer l'embargo mais de prouver aux Israéliens et aux peuples de la région qu'ils ont le droit de vivre d'une façon plus harmonieuse entre eux", souligne M. Pissias.

L'enclave de Gaza, où s'entassent 1,5 million de Palestiniens sur 362 km2, est soumise à un blocus israélien, renforcé en juin 2007 après la prise du pouvoir par le mouvement islamiste Hamas.

L'écrivain suédois Henning Mankell, qui participera pour la deuxième année à l'expédition, dénonce ce qu'il qualifie d'une "sorte d'apartheid".

Il ne se fait guère d'illusion quant à la possibilité de débarquer. "Mais, dit-il à l'AFP, j'espère qu'ils (les Israéliens, ndlr) nous stopperont d'une autre façon" que l'an dernier.

En 2010, cinq jours après l'assaut meurtrier du Mavi Marmara, Israël avait pris le contrôle sans violence d'un autre cargo humanitaire irlandais, le Rachel Corrie, également en route pour Gaza.
 

Première publication : 26/06/2011

  • BANDE DE GAZA

    L’Égypte rouvre sa frontière avec Gaza à titre permanent

    En savoir plus

  • BANDE DE GAZA

    Les divergences entre Tel-Aviv et Ankara sur le raid contre la flottille persistent

    En savoir plus

  • Flottille pour Gaza : la vérité ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)