Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Manuel Valls, le Tony Blair français ?

En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez.... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • Rythmes scolaires : la rentrée chahutée par des maires récalcitrants

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Economie

Comment les banques françaises comptent éviter une banqueroute grecque

Vidéo par Lise BARCELLINI

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 28/06/2011

Dans le cadre du plan de soutien de la Grèce, qui doit être finalisé cette semaine, l'Europe souhaite que le secteur bancaire participe à l'effort de sauvetage. Revue de détails du plan proposé par les banques françaises.

Les banques françaises ont accouché ce week-end d’un plan destiné à éviter une faillite de l’État grec, comme l’a confirmé, ce lundi, Nicolas Sarkozy, lors des questions qui ont suivi sa conférence de presse sur le grand emprunt. Ce programme "made in France" doit être soumis aujourd’hui au principal lobby mondial banquier, l’International Institute of Finance (IIF), qui se réunit à Rome pour plancher sur l’avenir de la Grèce.

Le temps commence en effet à manquer. L’Union européenne (UE) doit finaliser un nouveau plan de sauvetage de la Grèce le 3 juillet au plus tard. Et cette fois-ci, les États membres veulent que les créanciers – principalement les banques et les institutions financières internationales - participent à l’effort collectif pour éviter qu'Athènes ne puisse plus honorer ses dettes.

Si elles en acceptent le principe, les banques sont en revanche loin d’être d’accord sur les modalités de l’aide qu’elles pourraient apporter. Depuis la semaine dernière, les gouvernements et les acteurs du secteur financier de plusieurs pays échafaudent des scénarios susceptibles de recueillir un large consensus. Le plan français parviendra-t-il à  convaincre ? Éléments de réponse.

 

Que proposent les banques françaises ?

Leur plan consiste à rallonger la durée des prêts accordés à la Grèce. Dans ce scénario, Athènes n’aurait pas à rembourser une partie de ses dettes au bout de cinq ans, comme c’est le cas actuellement, mais au bout de 30 ans De quoi voir venir...

Dans le détail, le plan s’articule ainsi : Athènes rembourse les banques et ces dernières "re-prêtent" une partie de cet argent à la Grèce pour une durée de 30 ans. Une opération qui ne concerne que 50% de l’argent remboursé par les Hellènes. Quelque 20% seront en revanche investis dans des placements plus sûrs, comme des bons émis par la Banque centrale européenne (BCE). Ce qui leur permet de mettre en place un filet de sécurité si par malheur la Grèce était malgré tout en faillite.


Que proposait l’Europe à ses banques ?

Le deal européen semble simple : les États demandent aux banques de renouveler pour une période de cinq ans les prêts accordés à la Grèce qui arrivent à échéance. En outre, les taux d’intérêt de ces prêts devraient être revus à la baisse afin d’en faciliter le remboursement.

Mais ce plan n’est pas du goût des banques. Pour elles, cela revient à reculer pour mieux sauter. Le secteur bancaire européen craint en effet que la Grèce ne puisse pas davantage rembourser dans cinq ans.

Du coup, les institutions financières demandent, en contrepartie, que l’Europe garantisse ces nouveaux prêts. Une condition qui a fait bondir plusieurs dirigeants européens, dont Angela Merkel. Pour la chancelière allemande, cela revient à faire assumer le remboursement aux contribuables européens.

Le plan des banques françaises à un double avantage : il allonge la durée du prêt permettant ainsi à la Grèce de se remettre à flot plus tranquillement, et il offre aux banques ces fameux 20% d’investissements "sûrs" qui leur garantissent de ne pas perdre trop d’argent en cas de défaut de paiement grec.

 

Pourquoi les banques acceptent-elles de participer au sauvetage de la Grèce ?

À plusieurs reprises, l’Europe a fait appel aux banques, leur rappelant qu’une faillite de l’État grec ne serait pas bon pour leurs affaires. Ce n’est, en effet, pas par philanthropie que le secteur bancaire accepte d’aider. À titre d’exemple, les banques allemandes détiennent, selon la Bundesbank, 10 milliards d’euros de bons du trésor grecs, tandis que leurs homologues françaises ont dans leurs caisses 15 milliards d’euros de dettes grecques, selon, cette fois, la Banque de règlement internationaux.

Première publication : 27/06/2011

  • GRÈCE

    Place Syntagma, le cœur de la contestation grecque

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    "Nous pouvons et devons sauver la zone euro"

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Le nouveau gouvernement grec valide le plan d'austérité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)