Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le manque de 'culture financière' des Français"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La guerre contre les mutilations génitales

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le brio", Camelia Jordana sur la voie de l’éloquence

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les espoirs déçus des Tunisiens de Bir Ali, 7 ans après la révolution

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"TPIY, dernier acte"

En savoir plus

Afrique

Pour Tripoli, le mandat d'arrêt de la CPI est une "couverture pour l'Otan"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/06/2011

"La Libye (...) n'accepte pas les décisions de la CPI". Tripoli, qui n'a pas signé le traité de Rome, a répondu sans détour aux mandats d'arrêts émis contre Mouammar Kadhafi, son fils Seïf al-Islam et le chef des services de renseignements libyens.

AFP - Le mandat d'arrêt lancé lundi par la Cour pénale internationale (CPI) contre Mouammar Kadhafi est "une couverture" de l'Otan pour atteindre le dirigeant libyen, a accusé le régime de Tripoli, soulignant qu'il n'acceptait pas la juridiction de la Cour.

La décision de CPI est une "couverture pour l'Otan qui a essayé et tente encore d'assassiner Kadhafi", a déclaré le nouveau ministre de la Justice, Mohamed Al-Gamoudi.

Le ministre libyen de la Justice a rappelé que son pays n'est pas signataire du traité de Rome instituant la CPI et "n'accepte pas la juridiction de la Cour", a-t-il ajouté.

 

Première publication : 27/06/2011

  • LIBYE

    La CPI lance un mandat d'arrêt contre Mouammar Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'Otan nie avoir tué une quinzaine de civils lors d'un raid à Brega

    En savoir plus

  • LIBYE

    Les États membres de l'Otan rattrapés par la bataille de l'opinion

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)