Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Afrique

Pour Tripoli, le mandat d'arrêt de la CPI est une "couverture pour l'Otan"

Vidéo par Stéphanie MAUPAS

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/06/2011

"La Libye (...) n'accepte pas les décisions de la CPI". Tripoli, qui n'a pas signé le traité de Rome, a répondu sans détour aux mandats d'arrêts émis contre Mouammar Kadhafi, son fils Seïf al-Islam et le chef des services de renseignements libyens.

AFP - Le mandat d'arrêt lancé lundi par la Cour pénale internationale (CPI) contre Mouammar Kadhafi est "une couverture" de l'Otan pour atteindre le dirigeant libyen, a accusé le régime de Tripoli, soulignant qu'il n'acceptait pas la juridiction de la Cour.

La décision de CPI est une "couverture pour l'Otan qui a essayé et tente encore d'assassiner Kadhafi", a déclaré le nouveau ministre de la Justice, Mohamed Al-Gamoudi.

Le ministre libyen de la Justice a rappelé que son pays n'est pas signataire du traité de Rome instituant la CPI et "n'accepte pas la juridiction de la Cour", a-t-il ajouté.

 

Première publication : 27/06/2011

  • LIBYE

    La CPI lance un mandat d'arrêt contre Mouammar Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'Otan nie avoir tué une quinzaine de civils lors d'un raid à Brega

    En savoir plus

  • LIBYE

    Les États membres de l'Otan rattrapés par la bataille de l'opinion

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)