Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre l'État islamique

    En savoir plus

  • En direct : le "non" à l'indépendance de l'Écosse remporte 55,3 % des voix

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • À Washington, Petro Porochenko réclame et obtient plus de soutien des États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao écope de six mois de suspension

    En savoir plus

  • Alibaba lève plus de 25 milliards de dollars à Wall Street

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

Economie

La société 1plusV réclame des dommages et intérêts records à Google

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 28/06/2011

Parce qu’elle estime que Google a tout fait pour l’empêcher d’exister, la société française de gestion de moteurs de recherche spécialisés 1plusV lui réclame 295 millions d’euros de dommages et intérêts.

La société française 1plusV a décidé d’attaquer Google là où cela peut lui faire le plus mal : au portefeuille. Ce mardi, elle a déposé une plainte devant le tribunal de commerce de Paris, réclamant au géant américain de l’Internet 295 millions d’euros de dommages et intérêts pour pratiques anticoncurrentielles. Il s’agit de la plus grosse somme requise auprès du géant californien en Europe. "Google a tué 1plusV", assure ainsi à FRANCE 24 Jacques Laffite, conseiller juridique pour cette société qui gère une trentaine de moteurs de recherche spécialisés tels qu’ejustice.fr ou eguides.fr.

Voilà plus de quatre ans qu’1plusV est partie en croisade contre Google. Plus précisément depuis que le maître incontesté de la recherche sur l’Internet a décidé, selon le plaignant français, de déréférencer 16 500 pages de différents sites lui appartenant. En clair : 1plusV accuse Google de l'avoir bouté hors de son moteur de recherche, utilisé à l'époque par plus de 90 % des internautes français. "En 24 heures, le trafic vers nos sites a dégringolé de 90 %", rappelle Jacques Laffite.

Depuis, les relations entre les deux parties se sont considérablement dégradées. Le petit poucet français soutient que le mastodonte américain ne lui a jamais fourni les raisons de ce traitement et que d’autres moteurs de recherche européens, essentiellement allemands, auraient connu le même sort.

De son côté, Google a estimé par le passé que certains sites d’1plusV n’étaient rien d’autre qu’une collection de liens sans intérêt pour l’internaute et tombaient dans la catégorie des "fermes de contenu" ne cherchant une exposition sur les moteurs de recherche que pour avoir des rentrées publicitaires. Un genre de sites contre lequel la firme de Mountain View est en guerre depuis plusieurs années.

L’ombre de Microsoft

À partir de 2010, le différend prend une forte coloration judiciaire. En février de cette année-là, 1plusV dépose plainte contre Google devant la Commission européenne pour pratiques anticoncurrentielles. Par la suite, deux autres moteurs de recherche, dont Ciao, se joignent au dossier. Un appui dont se serait bien passé 1plusV...

Ciao appartient en effet à Microsoft, laissant planer le doute que toute l’opération est, en fait, orchestrée par le rival de Google. "Nous n’avons aucun lien avec Microsoft", se défend Jacques Laffite, qui reconnaît cependant avoir été autrefois employé par le géant américain du logiciel... avant d’être licencié par la société.

Cependant, au niveau européen où l’affaire suit son cours, impossible de réclamer des dommages et intérêts. Au mieux, Google peut être condamné à une amende qui ne sera pas versée aux plaignants, d’où la démarche initiée aujourd’hui par 1plusV devant le tribunal de commerce de Paris. Contacté par FRANCE 24, Google se borne à déclarer avoir "tout juste reçu la plainte", avant de préciser ne pas pouvoir faire plus de commentaires dans l'immédiat. Depuis quelques mois, le géant américain a toutefois décidé de réinclure certains sites d’1plusV dans les résultats de son moteur de recherche.

Reste que, pour Google, cette action en justice tombe au plus mauvais moment. Depuis quelques semaines aux États-Unis, le risque de voir la FTC (Federal Trade Commission) ouvrir une enquête sur les pratiques commerciales du moteur de recherche se précise. Une heureuse coïncidence pour 1plusV ? La société se défend d’avoir sauté sur l'opportunité pour en tirer un bénéfice financier. "Cela fait maintenant près de cinq mois que nous calculons le montant des indemnités que nous comptons réclamer à Google, ce n’est pas une plainte sortie de nulle part !", s’emporte Jacques Laffite.

Le tribunal de commerce de Paris doit maintenant se saisir de l’affaire, dont l'instruction devrait durer au minimum un an. Pour 1plusV, le pire des scénarios serait que la juridiction française décide d’attendre que la procédure aboutisse au niveau européen… "Cela pourrait alors prendre des années", déplore Jacques Laffite.

Première publication : 28/06/2011

  • FRANCE

    Google occupe une position "dominante", selon l'Autorité de la concurrence

    En savoir plus

  • INTERNET

    Microsoft lance l'assaut contre Google en Europe

    En savoir plus

  • INTERNET

    L'Europe s'attaque à Google avec un petit air de déjà-vu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)