Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Asie - pacifique

Tepco, l'exploitant de Fukushima, face à la colère de ses actionnaires

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/06/2011

Les actionnaires de Tokyo Electric Power (Tepco) ont manifesté à Tokyo contre les dirigeants de la compagnie nucléaire qui traverse une crise sans précédent depuis l'accident du 11 mars à la centrale de Fukushima Daiichi.

AFP - Cris, larmes, appels à la démission, les actionnaires de Tokyo Electric Power (Tepco) ont manifesté leur colère à l'encontre des dirigeants de la compagnie lors d'une assemblée générale rendue houleuse par l'accident nucléaire de Fukushima.

Pendant plus de six heures mardi, le grand hôtel de Tokyo où plus de 9.000 propriétaires de titres Tepco avaient pris place - un record - s'est transformé en arène, la direction de l'entreprise subissant la vindicte des petits porteurs, nombreux parmi les quelque 933.000 actionnaires du groupe.

"Nous vous avons confié notre argent. Fukushima, le Japon et le monde ne pourront redevenir comme avant l'accident. Je ne vous fais pas confiance !", a lancé l'une d'elle, en larmes, en direction du président honoraire de Tepco, Tsunehisa Katsumata.

"En d'autres temps, vous auriez dû faire hara-kiri", a jugé un autre actionnaire.

La première compagnie d'électricité du Japon traverse une crise sans précédent depuis l'accident du 11 mars à la centrale Fukushima Daiichi (220 km au nord-est de Tokyo), le plus grave depuis la catastrophe de Tchernobyl en 1986.

A cause de ce désastre provoqué par un tsunami, Tepco a subi une perte nette historique de près de 11 milliards d'euros lors de l'exercice budgétaire 2010-2011. La valeur de son titre a fondu de quelque 85% en à peine cent jours.

"Je n'aurais jamais cru qu'une entreprise notée AAA finirait ainsi", a expliqué à l'AFP Torao Ogawa, un actionnaire de 60 ans. Tepco a longtemps été créditée de bonnes notes par les agences de notation, mais Moody's et Standard & Poor's ont depuis l'accident relégué ses obligations en catégorie spéculative.

Des riverains de la centrale ont manifesté devant l'hôtel gardé par la police. "L'accident a privé nos enfants d'une vie saine, nos jeunes de l'espoir de travailler à Fukushima et nos personnes âgées de ce qu'elles avaient construit", a dénoncé une de ces habitantes, Haruna Takida.

Une résolution de 402 actionnaires a proposé de "cesser immédiatement l'exploitation de l'énergie nucléaire qui est entourée de mensonges, laisse un mauvais héritage à nos enfants et impose un fardeau aux communautés locales", mais a été rejetée par la majorité.

La direction du groupe s'est excusée à de nombreuses reprises pendant cette réunion entrecoupée de cris et qui a parfois sombré dans la confusion, lorsqu'un participant a tenté d'interrompre physiquement les débats ou qu'un groupe d'actionnaires a voulu monter à la tribune.

"Notre entreprise va drastiquement rationaliser son fonctionnement et tenter de surmonter cette crise dès que possible", a promis M. Katsumata.

L'assemblée a acté la passation de pouvoir annoncée au mois de mai entre Masataka Shimizu, PDG sur la départ très critiqué pour sa gestion de la crise, et son remplaçant désigné, Toshio Nishizawa.

Les hauts dirigeants du groupe ont par ailleurs renoncé à toute rémunération et les salaires des cadres et employés vont être réduits. Tepco prévoit en outre d'importantes cessions pour faire face à une situation financière catastrophique.

Outre les dépréciations d'actifs massives consécutives au sinistre et les coûteuses interventions nécessaires pour gérer l'accident, Tepco va devoir indemniser les 85.000 personnes contraintes d'évacuer leur maison près de la centrale, les paysans dont les produits ont été contaminés et les entreprises de la région.

Des investisseurs craignent que la firme ne soit contrainte de déposer le bilan, malgré les assurances contraires du gouvernement qui a préparé un plan de soutien financier, en attente d'approbation parlementaire.

 

Première publication : 28/06/2011

  • JAPON

    L'AIEA critique la réaction de Tokyo après la catastrophe de Fukushima

    En savoir plus

  • JAPON

    Tepco suspend le nettoyage de l'eau radioactive à Fukushima

    En savoir plus

  • GASTRONOMIE

    Quand solidarité japonaise et mondanités parisiennes font bon ménage

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)