Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Economie

Le pays paralysé par une nouvelle grève générale contre l'austérité

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/06/2011

Alors que le Premier ministre George Papandréou a exhorté lundi les députés grecs à voter le projet de budget d'austérité, une grève générale de 48 heures ralentit le pays.

AFP - La Grèce tournait au ralenti mardi au premier jour d'une grève de 48 heures comprenant coupures d'électricité et annulations de vols tandis que des milliers de manifestants sont descendus dans la rue pour protester contre un projet de budget d'austérité, en discussion au Parlement.

A part le métro, les transports en commun à Athènes ne fonctionnaient pas, et les rues restaient relativement vides, beaucoup de gens renonçant à venir travailler pour la 4e grève générale de l'année décrétée par les deux grands syndicats GSEE (salariés du privé) et Adedy (fonctionnaires).

Les grévistes protestent contre le plan pluri-annuel d'austérité 2012-2015, qui doit être voté mercredi et jeudi au Parlement, et prévoit de nouveaux sacrifices pour les Grecs, après la rigueur de 2010, surtout en matière d'impôts afin que le pays évite la faillite et puisse toucher une nouvelle aide financière vitale de ses partenaires européens et créanciers.

Manifestations dans les rues tandis que les discussions sur le plan de rigueur reprennent au parlement

"Cette politique n'est pas seulement injuste mai aussi inefficace et sans issue", a déclaré le président de la GSEE Yannis Panagopoulos, au début du rassemblement des manifestants devant le siège du syndicat.

Aux cris de "le projet de loi ne va pas passer", les manifestants ont défilé dans le calme jusqu'à la place Syntagma.

Dans les aéroports, de nombreux vols intérieurs des deux compagnies grecques, Aegean et Olympic Air, ont été annulés.

Les dessertes maritimes reliant Le Pirée, principal port du pays près d'Athènes, vers les îles en mer Egée (est) n'ont pas eu lieu en raison de la grève lancée par certains syndicats de marins, qui ont empêché mardi matin les touristes à embarquer.

"Nous pensons que ces mesures sont mauvaises pour les ouvriers en général (...) ils baissent les salaires, ils baissent les retraites, et ils baissent les services sociaux", a déclaré à l'AFP Nicolas, employé du port et membre du syndicat du secteur privé des employés du Pirée.

Des banques étaient également fermées, les hôpitaux fonctionnaient avec du personnel d'astreinte tandis que les journalistes ont observé un arrêt de travail de cinq heures en début d'après-midi, ce qui a affecté journaux radiotélévisés et sites internet.

D'importantes forces policières, dont le nombre s'élevait à 4.000 selon les autorités, étaient déployées dans le centre de la capitale, tout en bouclant à la circulation le centre d'Athènes.

Le Parlement était entouré par des centaines de forces anti-émeutes. Une barrière était dressée devant l'entrée du bâtiment pour empêcher les manifestants de s'approcher.

"Tout le monde veut que cette barrière tombe aujourd'hui", a lancé Omiros, un jeune de 29 ans, employé. "Nous sommes comme des ânes, plus on les tape, plus ils deviennent déterminés", ajoute-t-il.

Mardi, les critiques sont venues également du gouverneur de la Banque de Grèce George Provopoulos selon lequel le plan d'austérité --que le Premier ministre a appelé solennellement à voter lundi soir en faisant appel à l'esprit patriotique des députés-- contenait trop de hausses d'impôts et pas assez de réduction de dépenses.

Sur la même ligne, Miranda Xafa, une économiste ancienne membre du conseil d'administration du FMI a estimé que le projet "est basé excessivement sur les impôts et pasz assez sur les réductions de dépenses" a-t-elle dit.

Sur la place Syntagma, en face du Parlement où campent le mouvement de protestation populaire des indignés depuis fin mai pour réclamer entre autre l'abandon du remboursement de la dette, une femme de 36 ans, Iamando en veut aux créanciers du pays: "Nous ne voulons pas de votre argent Europe. Laissez nous tranquille, s'il vous plait!" a-t-elle dit à l'AFP.

A Bruxelles, le commissaire européen aux Affaires économiques Olli Rehn a encouragé au contraire le Parlement à voter les mesures d'austérité, "seul moyen" selon lui pour le pays d'éviter une faillite immédiate.

Première publication : 28/06/2011

  • ZONE EURO

    Comment les banques françaises comptent éviter une banqueroute grecque

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Place Syntagma, le cœur de la contestation grecque

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    "Nous pouvons et devons sauver la zone euro"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)