Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 2)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

MODE

Les collections de l'été 2015 déjà au salon Who's Next à Paris

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Alexander Stubb, Premier ministre finlandais

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Françoise Degois, auteur de "Quelle histoire!"

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

  • Vol MH17 : les boîtes noires vont être analysées au Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Tour de France : l'Australien Mick Rogers vainqueur dans les Pyrénées, Pinot sur le podium

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un de ses soldats

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Les négociations de paix en Centrafrique tournent court à Brazzaville

    En savoir plus

  • Paris confirme la livraison du premier Mistral à Moscou, le second en suspens

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

  • À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

    En savoir plus

  • Transferts : Patrice Evra quitte Manchester United pour la Juventus Turin

    En savoir plus

  • Gaza : au Caire, Ban Ki-moon et Kerry veulent arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Les milices libyennes s’affrontent pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • "Quelle opération ciblée !", quand Kerry ironise sur les frappes israéliennes

    En savoir plus

  • Sous pression, Moscou dément avoir livré des missiles aux pro-russes

    En savoir plus

FRANCE

Obama appelle républicains et démocrates à s'entendre pour réduire le déficit public

Vidéo par Valentine OBERTI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/06/2011

Mettant en garde contre les conséquences "imprévisibles" d'un défaut de paiement de l'État américain, le président Barack Obama a enjoint ses alliés et adversaires politiques à parvenir à un accord sur la réduction du déficit du budget.

AFP - Barack Obama a appelé mercredi ses alliés démocrates et ses adversaires républicains à sacrifier "les vaches sacrées" afin de parvenir à un accord de réduction du déficit budgétaire aux Etats-Unis avant de risquer un défaut de paiement aux conséquences "imprévisibles".

Lors d'une conférence de presse, le président américain a dit que son parti devrait se résoudre à des réductions de dépenses mais que les républicains devraient en échange accepter des augmentations d'impôts pour les plus riches.

"Je propose de supprimer les déductions fiscales pour les millionnaires et les milliardaires, pour les compagnies pétrolières et pour les gestionnaires de fonds d'arbitrage ou les propriétaires d'avions d'affaires", a déclaré M. Obama dans l'East Room, la salle d'apparat de la Maison Blanche.

Il a souligné que les démocrates avaient déjà accepté le fait que le pays ne pouvait plus s'offrir certains programmes sociaux que les républicains souhaitent réduire ou supprimer.

Mais il a mis en garde contre l'éventualité d'un défaut de paiement de l'Etat fédéral au cas où les deux partis ne parviendraient pas rapidement à s'entendre.

"Si les Etats-Unis, pour la première fois, ne peuvent pas payer leurs factures, s'ils font défaut, alors les conséquences pour l'économie américaine seront importantes et imprévisibles. Et ce n'est pas bon", a déclaré M. Obama lors d'une conférence de presse.

"Personne ne veut compromettre la qualité de la signature des Etats-Unis. Personne ne veut voir les Etats-Unis en défaut de paiement. Nous devons saisir ce moment et le faire rapidement", a-t-il dit.

Le président a ironisé sur le fait que ses filles "Malia et Sasha terminent leurs devoirs avec un jour d'avance". "Elles n'attendent pas la veille au soir. Et elles ont 13 et 10 ans. Le Congrès peut faire la même chose", a-t-il lancé, en promettant pour sa part de tout faire pour parvenir à un accord.

"Le vice-président (Joe Biden) et moi-même continuerons ces négociations avec les dirigeants des deux partis au Congrès aussi longtemps que nécessaire. Nous parviendrons à un accord qui requerra de notre gouvernement qu'il vive selon ses moyens", a-t-il affirmé.

La présidence et le Congrès sont engagés dans de difficiles négociations pour éviter un défaut de paiement de la dette américaine avant début août. Le Congrès doit relever la limite légale de l'endettement du pays, qui ne cesse d'enfler.

M. Obama s'est pour la première fois impliqué directement lundi dans les négociations avec les parlementaires pour tenter de les faire progresser.

Ces pourparlers, parrainés depuis le 5 mai par M. Biden, ont enregistré un grave revers jeudi dernier quand le chef de la majorité républicaine à la Chambre, Eric Cantor, en a claqué la porte. Il a justifié ce départ par le refus de la Maison Blanche de renoncer à des augmentations d'impôts pour les plus riches.

La dette brute de l'Etat fédéral, de quelque 14.300 milliards de dollars, a atteint à la mi-mai le plafond autorisé par le Congrès. Le Trésor a prévenu que le pays ne serait plus en mesure de faire face à ses remboursements d'emprunts si le Congrès n'a toujours pas voté le relèvement du plafond d'ici au 2 août.

Les instances internationales observent avec inquiétude ces négociations, au moment où la crise de la dette grecque ébranle déjà la confiance et alors que l'économie américaine peine à remonter la pente de la récession de 2007-2009.

Le Fonds monétaire international (FMI) a exhorté mercredi Washington à conserver sa "crédibilité budgétaire" face au risque que représenterait pour le système financier mondial un abaissement de sa note de dette par les agences de notation.
 

Première publication : 29/06/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Le plafond de la dette américaine doit être relevé rapidement, selon Bernanke

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les Républicains s'attaquent à la politique libyenne d'Obama

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    L'armée inquiète après l'annonce d'Obama sur le retrait d'Afghanistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)