Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gringos"

En savoir plus

SUR LE NET

Mobilisation en ligne pour les chrétiens d'Irak

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"N'oublions pas la Syrie"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • Société Générale : Jérôme Kerviel bénéficiera d’un aménagement de peine

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

FRANCE

Obama appelle républicains et démocrates à s'entendre pour réduire le déficit public

Vidéo par Valentine OBERTI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/06/2011

Mettant en garde contre les conséquences "imprévisibles" d'un défaut de paiement de l'État américain, le président Barack Obama a enjoint ses alliés et adversaires politiques à parvenir à un accord sur la réduction du déficit du budget.

AFP - Barack Obama a appelé mercredi ses alliés démocrates et ses adversaires républicains à sacrifier "les vaches sacrées" afin de parvenir à un accord de réduction du déficit budgétaire aux Etats-Unis avant de risquer un défaut de paiement aux conséquences "imprévisibles".

Lors d'une conférence de presse, le président américain a dit que son parti devrait se résoudre à des réductions de dépenses mais que les républicains devraient en échange accepter des augmentations d'impôts pour les plus riches.

"Je propose de supprimer les déductions fiscales pour les millionnaires et les milliardaires, pour les compagnies pétrolières et pour les gestionnaires de fonds d'arbitrage ou les propriétaires d'avions d'affaires", a déclaré M. Obama dans l'East Room, la salle d'apparat de la Maison Blanche.

Il a souligné que les démocrates avaient déjà accepté le fait que le pays ne pouvait plus s'offrir certains programmes sociaux que les républicains souhaitent réduire ou supprimer.

Mais il a mis en garde contre l'éventualité d'un défaut de paiement de l'Etat fédéral au cas où les deux partis ne parviendraient pas rapidement à s'entendre.

"Si les Etats-Unis, pour la première fois, ne peuvent pas payer leurs factures, s'ils font défaut, alors les conséquences pour l'économie américaine seront importantes et imprévisibles. Et ce n'est pas bon", a déclaré M. Obama lors d'une conférence de presse.

"Personne ne veut compromettre la qualité de la signature des Etats-Unis. Personne ne veut voir les Etats-Unis en défaut de paiement. Nous devons saisir ce moment et le faire rapidement", a-t-il dit.

Le président a ironisé sur le fait que ses filles "Malia et Sasha terminent leurs devoirs avec un jour d'avance". "Elles n'attendent pas la veille au soir. Et elles ont 13 et 10 ans. Le Congrès peut faire la même chose", a-t-il lancé, en promettant pour sa part de tout faire pour parvenir à un accord.

"Le vice-président (Joe Biden) et moi-même continuerons ces négociations avec les dirigeants des deux partis au Congrès aussi longtemps que nécessaire. Nous parviendrons à un accord qui requerra de notre gouvernement qu'il vive selon ses moyens", a-t-il affirmé.

La présidence et le Congrès sont engagés dans de difficiles négociations pour éviter un défaut de paiement de la dette américaine avant début août. Le Congrès doit relever la limite légale de l'endettement du pays, qui ne cesse d'enfler.

M. Obama s'est pour la première fois impliqué directement lundi dans les négociations avec les parlementaires pour tenter de les faire progresser.

Ces pourparlers, parrainés depuis le 5 mai par M. Biden, ont enregistré un grave revers jeudi dernier quand le chef de la majorité républicaine à la Chambre, Eric Cantor, en a claqué la porte. Il a justifié ce départ par le refus de la Maison Blanche de renoncer à des augmentations d'impôts pour les plus riches.

La dette brute de l'Etat fédéral, de quelque 14.300 milliards de dollars, a atteint à la mi-mai le plafond autorisé par le Congrès. Le Trésor a prévenu que le pays ne serait plus en mesure de faire face à ses remboursements d'emprunts si le Congrès n'a toujours pas voté le relèvement du plafond d'ici au 2 août.

Les instances internationales observent avec inquiétude ces négociations, au moment où la crise de la dette grecque ébranle déjà la confiance et alors que l'économie américaine peine à remonter la pente de la récession de 2007-2009.

Le Fonds monétaire international (FMI) a exhorté mercredi Washington à conserver sa "crédibilité budgétaire" face au risque que représenterait pour le système financier mondial un abaissement de sa note de dette par les agences de notation.
 

Première publication : 29/06/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Le plafond de la dette américaine doit être relevé rapidement, selon Bernanke

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les Républicains s'attaquent à la politique libyenne d'Obama

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    L'armée inquiète après l'annonce d'Obama sur le retrait d'Afghanistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)