Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

  • Qui est Hervé G., l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Asie - pacifique

La junte demande à Aung San Suu Kyi de cesser ses activités politiques

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/06/2011

Le régime n'apprécie pas les déclarations d'Aung San Suu Kyi qui a annoncé sa volonté de faire une tournée dans le pays et a jugé que le peuple birman "enviait" le printemps arabe. La junte accuse la militante de porter atteinte à l'État de droit.

AFP - Le régime birman a demandé à l'opposante Aung San Suu Kyi, dont le parti a été officiellement dissous l'an passé, de cesser ses activités politiques pour se conformer à la loi, dans une tribune du quotidien New Light of Myanmar, considéré comme le porte-parole officiel.

Le ministre des Affaires intérieures a écrit à la Ligue nationale pour la Démocratie (LND, dissoute) de la lauréate du prix Nobel de la paix, lui indiquant qu'elle violait la loi en conservant le siège du parti ouvert et en émettant des communiqués.

"S'ils veulent vraiment accepter et pratiquer la démocratie efficacement, ils doivent cesser de tels actes qui peuvent porter atteinte à la paix, à la stabilité et à l'Etat de droit ainsi qu'à l'unité du peuple", a-t-il expliqué.

La LND avait été dissoute l'an passé après avoir décidé de boycotter les élections législatives de novembre. Les cadres de la Ligue jugeaient que les lois électorales avaient été conçues pour en écarter l'opposante, qui n'a été libérée de résidence surveillée qu'après le vote.

Le scrutin, considéré comme une mascarade en Occident, a permis à la junte de convoquer un parlement avant de s'auto-dissoudre et de passer la main à un régime dit civil, mais qui reste contrôlé par les militaires.

Le généralissime Than Shwe a pris sa retraite du pouvoir, mais le nouveau président du régime est l'ex-général Thein Sein.

Mme Suu Kyi a récemment annoncé vouloir partir en tournée dans le pays. Le programme de ce voyage n'a pas encore été précisé. Mais l'hypothèse n'a manifestement pas été très appréciée.

"Nous craignons énormément que si Mme Aung San Suu Kyi effectue des voyages dans les régions du pays, cela entraîne le chaos et des émeutes, comme de précédents événements l'ont prouvé", a souligné le journal.

"Le gouvernement a dit que Mme Aung San Suu Kyi n'était qu'une personnalité publique ordinaire en accord avec la loi, mais qu'elle devait respecter l'Etat de droit".

En 2003, l'équipe de l'icone de la démocratie avait été agressée dans une embuscade semble-t-il orchestrée par la junte, alors effrayée par l'immense popularité de celle qui avait remporté haut-la-main les élections de 1990, sans jamais être autorisée à exercer le pouvoir.

Mardi, elle a estimé dans un message diffusé par la radio britannique BBC que le peuple birman "enviait" le printemps arabe.

"Envions-nous les peuples de Tunisie et d'Egypte? Oui, nous leur envions leur transition rapide et pacifique", a-t-elle déclaré.

"Mais plus que de l'envie, c'est un sens de la solidarité et de l'engagement renouvelé en faveur de notre cause, qui est la cause de toutes les femmes et de tous les hommes qui accordent de la valeur à la dignité humaine et à la liberté", a-t-elle ajouté.

Dans un message au congrès américain il y a une semaine, elle avait aussi demandé le soutien des élus à la création d'une commission d'enquête de l'ONU sur les droits de l'homme dans son pays.

Première publication : 29/06/2011

  • BIRMANIE

    Aung San Suu Kyi appelle à une "révolution non violente"

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Aung San Suu Kyi retrouve son plus jeune fils après 10 ans de séparation

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    La junte militaire convoque les Birmans pour un scrutin joué d’avance

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)