Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Afrique

La campagne pour le oui au référendum bat son plein

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/06/2011

À la veille du référendum sur la nouvelle Constitution qui doit se tenir vendredi, la campagne bat son plein. Les autorités tentent de mobiliser les Marocains pour aller voter. C’est ce qu’ont pu constater nos reporters sur place.

Vendredi, les Marocains vont se prononcer pour ou contre la modification de leur Constitution. Le roi Mohammed VI a annoncé ces changements dans un discours à la nation le 17 juin, afin d’apaiser la rue marocaine qui a emboîté le pas aux vagues de révoltes dans les pays arabes.

À la veille du scrutin, la campagne bat son plein pour en expliquer les enjeux aux Marocains. Autorités et partis politiques rivalisent d’arguments à la radio, à la télévision et sur les murs pour s’assurer de la plus large participation possible.

Car il n’y a pas que la popularité du roi qui est en jeu. Les partis politiques, à qui le texte ménage plus de poids, ont également beaucoup à gagner. En apportant un peu plus de démocratie au fonctionnement des institutions, la nouvelle Constitution pourrait mettre le pays sur la voie d’une monarchie parlementaire

Idris Achkar, ministre en charge des Relations avec le Parlement et leader du parti de l'Union socialiste des forces populaires, dit comprendre que certains refusent la Constitution et appellent à voter non."Peut-être ont-ils d'autres demandes", suppose-t-il. "Mais on ne peut pas accepter le boycott". Nombre de jeunes qui ont participé au mouvement de contestation sentent que le pouvoir les a entendus.

"On ne cherchait pas la révolution, juste l’évolution", explique l’un deux au micro de notre reporter. Il voit dans la nouvelle Constitution "un nouveau départ, pour un nouveau Maroc avec le roi".

 

Première publication : 30/06/2011

  • POLITIQUE

    Au Maroc, la campagne pour le référendum constitutionnel bat son plein

    En savoir plus

  • MAROC

    Partisans et opposants au projet de réforme constitutionnelle dans la rue

    En savoir plus

  • MAROC

    Le roi Mohammed VI annonce une série de réformes constitutionnelles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)