Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

Afrique

Dernières heures de campagne avant le référendum sur la Constitution

Vidéo par Valérie Labonne , Khalil BECHIR

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/06/2011

La campagne sur la réforme constitutionnelle proposée par Mohammed VI dans la foulée du printemps arabe, qui prévoit le transfert d'une partie de ses pouvoirs au gouvernement, s'achève ce jeudi au Maroc à la veille du référendum.

REUTERS - A Al Hoceima plus qu'ailleurs au Maroc, les raisons de voter "non" au référendum de vendredi sur la réforme constitutionnelle proposée par le roi Mohamed VI devraient trouver un écho favorable.
 
Pourtant, dans cette localité du Rif, région du Nord longtemps insoumise, beaucoup se disent prêts à faire le contraire, ne serait-ce que par gratitude envers le souverain.
 
De nombreux habitants lui savent gré d'avoir sorti la ville de l'isolement qu'elle connaissait sous le règne d'Hassan II, son père. Alors prince héritier et chef d'état-major, ce dernier supervisa la répression de l'insurrection du Rif, qui fit près de 3.000 morts en 1958.
 
Les visites répétées de Mohameh VI et son séjour prolongé après le séisme de 2004 qui y fit 630 morts ont bouleversé les relations entre la monarchie chérifienne et une région berbère qui fut brièvement indépendante avant la guerre du Rif, dans les années 1920.
 
La réforme constitutionnelle qu'il propose a été élaborée après les manifestations sans précédent de février, inspirées du "printemps arabe".

"Evidement que je voterai 'oui'!", affirme Mohamed. "Les meneurs des précédentes révolutions ont berné les Rifains et les ont utilisés comme du petit bois pour allumer le feu", s'indigne-t-il.
 
"Mon père en faisait partie et il est mort d'une balle dans la tête. Les révolutionnaires n'ont même pas pensé à aider ma mère en mettant un peu d'huile d'olive et de pain sur la table."
 
La réforme constitutionnelle prévoit le transfert d'une partie des pouvoirs royaux au gouvernement, mais laisse au souverain la responsabilité de la sécurité et le commandement des forces armées, ainsi que ses prérogatives religieuses, alors
que ses opposants l'exhortaient à déléguer tous ses pouvoirs exécutifs à des instances élues. A contrecoeur, ils jugent toutefois que le "oui" devrait l'emporter.

"RIEN NE CHANGERA JAMAIS"
 
Cinq des sept victimes recensés après les manifestations de février ont trouvé la mort à Al Hoceima. Les proches de trois d'entre elles affirment qu'elles ont succombé sous la torture après leur arrestation. Or, y compris eux, la réforme trouve despartisans. Fadwa Benkaddour, soeur de l'un des tués, espère ainsi que la nouvelle constitution réduira les injustices.
 
"Rien ne changera jamais. On souffre depuis cinq mois et ils n'ont rien fait pour nous. Seul le Mouvement du 20-février nous aide", déplore en revanche Hanane Boudriss, veuve de Djamal Salmi, un tailleur qu'elle a épousé un an avant sa mort.
 
Beaucoup d'autres habitants d'Al Hoceima se sentent toutefois redevables à l'égard de Mohamed VI.
 
"Le roi est du côté du peuple. Les services de sécurité, les parlementaires et les trafiquants de drogue sont contre nous", explique Rabii, jeune homme de 24 ans attablé à un café avec vue sur la Méditerranée. "Le roi a fait ça. Avant, les bandits contrôlaient ce secteur la nuit", poursuit-il, montrant la corniche flambant neuve où les badauds continuent à flâner après minuit.
 
Pour les militants du 20-février, le roi a su user de son immense influence et de ses ressources pour faire tourner la situation à son avantage. Selon Mohamed el Majjaoui, un des militants actifs à Al Hoceima, il distribue depuis 2004 des licences de taxi ou des enveloppes de 10.000 à 20.000 dirhams (900 à 1.800 euros) aux chômeurs et aux nécessiteux.
 
"On entend de plus en plus de gens parler du roi comme de leur seigneur. Ce n'était pas le cas avant 2004", poursuit-il.
 
"Une majorité considèrent qu'en votant 'oui', ils voteront pour le roi et qu'en disant 'non', ils s'opposeraient à lui. Mais la majorité ne comprend pas grand chose à la Constitution, à cause de l'illettrisme très répandu", fait quant à lui valoir Mahmoud Ouahoud, autre militant démocrate.

 

Première publication : 30/06/2011

  • POLITIQUE

    Au Maroc, la campagne pour le référendum constitutionnel bat son plein

    En savoir plus

  • MAROC

    Partisans et opposants au projet de réforme constitutionnelle dans la rue

    En savoir plus

  • MAROC

    Le roi Mohammed VI annonce une série de réformes constitutionnelles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)