Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Economie

La Grèce est-elle victime d'une politique néocoloniale ?

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 30/06/2011

Pour l'économiste grec Costas Douzinas, le plan d'austérité que l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI) est parvenu à imposer à Athènes confine au néocolonialisme. Une analyse un peu hâtive, selon d'autres spécialistes.

À force de vouloir sauver la Grèce de la faillite, l’Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI) auraient-ils eu un comportement "néocolonial" à l’égard d’Athènes ? L'idée peut sembler saugrenue mais Costas

Douzinas, économiste grec et professeur de droit à l’université de Londres, y croit dur comme fer. Le 27 juin, le chercheur s’est fendu d’une tribune dans le quotidien britannique The Guardian, où il y défendait la thèse que le nouveau plan d’aide financière internationale est une arme impérialiste.

Contacté par France 24, Douzinas persiste et signe : "À l’heure actuelle, ce sont les représentants de la troïka [FMI, UE, Banque centrale européenne, ndlr] qui sont aux manettes des centres de décisions politiques et économiques grecs." Selon l'économiste, depuis que des négociations ont été engagées en mai sur un deuxième plan d’aide internationale, la Grèce aurait abdiqué une partie de sa souveraineté. "L’Union européenne a imposé un état d’urgence économique à la Grèce, une décision qui ne peut normalement être pris que par un État souverain", juge-t-il.

"Brader les bijoux de famille"

Autre exemple d’abandon de souveraineté : l’obligation faite aux responsables grecs de se rendre régulièrement à Bruxelles afin d'y rendre compte de leurs efforts pour assainir les finances et les visites tout aussi régulières de représentants de la troïka à Athènes. "Cela s’apparente à une sorte de mise sous tutelle administrative qui n’est pas sans rappeler ce que l’Italie avait mis en place en Albanie à l’époque mussolinienne", estime à France 24 Pascal Blanchard, historien et co-directeur du Groupe de recherche Achac-Colonisation, immigration, post-colonialisme. Il fait référence à l'annexion de l'Albanie par l'Italie en 1939 et la mise en place d'une politique de colonisation par le régime fasciste de Rome.

Et ce n’est pas fini, estime Costas Douzinas qui craint les conséquences du plan de privatisation massive que la Grèce doit entreprendre pour avoir droit à l’aide financière internationale. "Il s’agira de privatisations à la sauce post-soviétique où des entreprises stratégiques sensibles [comme les groupes énergétiques, ndlr] seront vendus à bas prix à des investisseurs privés notamment étrangers", prévoit l’économiste grec.

Depuis le début de la crise grecque, la valeur boursière des sociétés grecques a été divisée par trois. Une dégringolade qui risque de donner lieu à "une grande braderie des bijoux de famille", reconnaît Céline Antonin, économiste spécialiste de la Grèce à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), pour qui, cependant, le qualificatif de "néocolonial" est abusif.

À la demande d'Athènes

"Il ne faut pas oublier qu’à l’origine, c’est la Grèce qui a demandé l’aide de l’UE et du FMI", rappelle Céline Antonin. Une manière de dire que la troïka n’a pas imposé sa volonté à une Grèce récalcitrante. Athènes n’est pas non plus étranger au sentiment de méfiance qui a poussé les autres pays européens à mettre en place des visites régulières. Le pays est, en effet, soupçonné d’avoir longtemps maquillé ses comptes pour masquer ses déficits.

Dans ce contexte, la rigueur économique imposée par l'UE n'a rien d’étonnant. "Il ne faut pas oublier que l’Union européenne est une construction libérale et lorsqu’on lui demande des solutions, Bruxelles va appliquer les méthodes libérales de réduction des déficits", note Céline Antonin.

Ce n’est pas non plus la première fois que le FMI pose des conditions très contraignantes à un pays en échange de son aide financière. L’Argentine en 2001, les pays Asiatiques à la fin des années 1990 avaient déjà dû avaler à contrecœur la pilule amère du médecin FMI. Ces États avaient dû déréglementer fortement leur économie, privatiser bon nombre d'entreprises et faire des coupes franches dans leurs budgets. Des mesures similaires que l'on retrouve aujourd'hui dans le nouveau plan de rigueur voté par la Grèce. "La seule chose qui puisse choquer, c’est qu’on ait pu penser qu'avec l'ex-directeur du FMI Dominique Strauss-Kahn l'institution était devenue moins brutale, alors que ce n’est pas le cas", remarque Céline Antonin.

Première publication : 30/06/2011

  • GRÈCE

    Les députés grecs adoptent le deuxième volet du plan d'austérité

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Les Grecs promis à toujours plus d'austérité

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Les mouvements de désobéissance civile prennent de l'ampleur

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)