Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Obama: le discours qui fait mouche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début du "sommet de la réconciliation" entre le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire

En savoir plus

FOCUS

En Inde, des femmes se mobilisent contre l'alcool

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Communication digitale : de l'influence à la propagande

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gad Elmaleh, le roi de l’humour, vit son rêve américain

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Hillary Clinton, candidate mal aimée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

JO : les Brésiliens sceptiques, à 8 jours du coup d'envoi

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ci-gît la démocratie turque"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Anticonstitutionnellement"

En savoir plus

Asie - pacifique

Un chef Taliban influent tué dans une attaque de l'Otan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/06/2011

Ismaïm Jan, un important chef Taliban soupçonné d'être impliqué dans l'attaque de l'hôtel Intercontinental à Kaboul qui a fait 12 morts mardi dernier, a été tué par une frappe de l'Otan, a affirmé un porte-parole de la force internationale.

AFP - La force de l'Otan en Afghanistan (Isaf) a affirmé jeudi avoir tué dans une frappe aérienne un chef important du réseau taliban des Haqqani, bête noire des soldats américains, soupçonné d'être impliqué dans l'attaque de mardi soir contre un grand hôtel de Kaboul.
              
"Ismaïl Jan, l'un des adjoints du commandant en chef (du réseau) des Haqqani en Afghanistan, Haji Mali Khan, ainsi que plusieurs autres combattants des Haqqani, ont été tués (mercredi) dans une frappe aérienne dans la province de Paktya (sud-est)", indique l'Isaf dans un communiqué.
              
Ismaïl Jan est "soupçonné d'avoir fourni un soutien matériel à l'attaque suicide de (mardi) contre l'hôtel Intercontinental de Kaboul qui a tué 12 personnes", outre les kamikazes. L'attaque a été revendiquée par les talibans.
              
Selon l'Isaf, Ismaïl Jan dirigeait un groupe d'une trentaine de rebelles qui menait des attaques contre les forces afghanes et de l'Otan dans les provinces de Paktya et Khost.
              
Ces deux provinces sont des bastions talibans situés le long de la frontière pakistanaise, derrière laquelle se trouve notamment la zone tribale du Waziristan du Nord, considérée comme la base arrière du réseau Haqqani.
              
Le réseau Haqqani tire son nom de Jalaluddin Haqqani, un commandant moudjahidine historique de la lutte contre l'invasion soviétique dans les années 1980 qui se rallia ensuite au régime taliban.
              
A la chute des talibans à la fin 2001, il a pris les armes contre le gouvernement pro-américain de Kaboul et les forces de l'Otan. Son groupe, qui serait aujourd'hui dirigé par son fils Sirajuddin, est considéré comme l'aile du mouvement taliban la plus proche d'Al-Qaïda.
              
Le réseau Haqqani est soupçonné d'avoir organisé plusieurs attaques spectaculaires ces dernières années, notamment dans la capitale Kaboul, dont l'attentat contre l'ambassade d'Inde à l'été 2008, l'un des plus sanglants depuis la fin 2001 en Afghanistan (60 morts).
              
L'insurrection menée par les talibans a gagné du terrains ces dernières années en Afghanistan malgré l'envoi régulier de renforts occidentaux.
              
Washington vient de lancer le début du retrait des quelque 140.000 soldats étrangers d'Afghanistan, qui doit en principe s'achever fin 2014.

 

Première publication : 30/06/2011

  • AFGHANISTAN

    L'Otan présente ses excuses pour la mort de "neuf civils"

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Échanges de tirs entre l'armée pakistanaise et les forces de l'Otan

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Les forces afghanes vont prendre la relève de l'Otan pour sécuriser plusieurs provinces

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)