Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

FRANCE

Les journalistes Ghesquière et Taponier sont arrivés en France

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/06/2011

Les deux journalistes de France 3, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, qui avaient été enlevés en décembre 2009 en Afghanistan, sont arrivés en France après 547 jours de captivité.

Les deux journalistes français, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, sont arrivés jeudi peu avant 9 heures (heure de Paris) à l'aéroport militaire de Villacoublay, en région parisienne. Leur avion a atterri vers 08h45, tandis que les médias ont été tenus à distance du tarmac. Les deux hommes, libérés mercredi après 18 mois de captivité en Afghanistan, ont été salués par le président Nicolas Sarkozy, son épouse Carla, ainsi que par les ministres Alain Juppé (Affaires étrangères) et Gérard Longuet (Défense), au pied de l'avion.

Après avoir passé près d’une heure auprès de leurs familles, à l’écart des caméras, les deux ex-otages ont été accueillis en héros par leurs collègues de France 3 et des membres de leur comité de soutien. Après l’émotion des retrouvailles, les deux journalistes, visiblement détendus, ont exprimé leur soulagement et ont répondu aux questions des nombreux journalistes venus couvrir l’évènement.

"Personne ne nous a rien dit"

Premier à prendre la parole, Hervé Ghesquière a évoqué de son côté "quelques problèmes de santé mineurs" et de la fatigue, mais précisé qu'ils avaient fait preuve d'un "moral d'acier". D’autant plus que les deux reporters de FRANCE 3 ont révélé avoir été séparés pendant huit mois, du 13 avril au 13 décembre 2010.

"On représentait quelque chose d’important pour eux, nous n'avons jamais été menacés ou maltraités, ce sont surtout les conditions de vie qui étaient très difficiles", a confié de son côté Stéphane Taponier. "Les conditions de vie, c'est être enfermé 23h45 sur 24, deux sorties pour aller aux toilettes à l'aube et le soir, une nourriture pas spécial otages, mais une nourriture spécial montagnes afghanes, c'est-à-dire très peu à manger, toujours la même chose", a poursuivi son acolyte.

Hommage aux autres otages

Lors de ces premières déclarations devant la presse, ils ont également évoqué leurs conditions de captivité et leurs relations avec leurs geôliers, "des rapports souvent intéressants", et leurs espoirs de libération déçus "à trois et quatre reprises". Hervé Ghesquière a confié avoir écrit un journal de bord, mais les 500 feuillets ont été confisqués par les Taliban. "Ils m’ont tout piqué, ils ne voulaient pas que ça sorte", a-t-il expliqué.

Après plusieurs traits d’humour, ce dernier a rendu un hommage solennel à tous "ceux qui sont encore otages et ceux qui ont été abattus". Interrogé sur la suite de sa carrière, il a spontanément répondu "j’ai envie de faire ce métier plus que jamais".

Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier avaient été enlevés, avec leurs accompagnateurs, par des Taliban le 30 décembre 2009 à 60 km de Kaboul, dans la vallée de la Kapisa, alors qu’ils tournaient un reportage pour le magazine "Pièces à conviction". Une fois remis aux militaires français, les deux journalistes ont été conduits mercredi en début de soirée en hélicoptère à l'ambassade de France à Kaboul depuis la base militaire de Tagab (dans l'est de l'Afghanistan). Ils sont ensuite montés dans un avion officiel français pour faire route sans escale jusqu'à l'aéroport militaire de Villacoublay. "Les retrouvailles ont été fantastiques à l’ambassade de France à Kaboul, on a parlé de tout. Ils sont plutôt en bonne forme et plein de recul sur ce qu’ils ont vécu", a confié à FRANCE 24, Paul Nahon, directeur des magazines de France télévisions, qui a effectué le voyage Kaboul-Paris avec les deux ex-otages.

Interrogé sur les circonstances de la libération de deux journalistes lors d'une brève déclaration à la presse, le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a affirmé que "La France ne paie pas de rançons". Plus tôt dans l'après-midi, l'Elysée avait également nié qu'une rançon ait été versée.

Retour sur l'enlèvement de Ghesquière et Taponier

 

Première publication : 30/06/2011

  • AFGHANISTAN

    Les journalistes français Ghesquière et Taponier attendus à Paris

    En savoir plus

  • Afghanistan : le business des enlèvements

    En savoir plus

  • Otages français : la liberté a-t-elle un prix ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)