Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Un projet d'attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne à Bruxelles

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Afrique

Vingt ans après la fin de l'apartheid, le chemin vers la réconciliation reste semé d'embûches

Texte par Thibault LIEURADE

Dernière modification : 01/07/2011

Le 30 juin 1991, l’Afrique du Sud abolissaient la ségrégation raciale. Mais, aujourd'hui, les tensions raciales restent d’actualité, comme l'illustre la popularité du bouillonnant leader des jeunes du Congrès national africain (ANC).

L'Afrique du Sud fêtait ce jeudi les 20 ans de la disparition du système de ségrégation raciale qui était en vigueur depuis 1910. Mais 20 ans après la fin de l’apartheid, la réconciliation nationale reste d’actualité dans le pays. À la mi-juin, le leader de la Ligue des jeunes du Congrès national africain (ANC), Julius Malema, a été réélu à la tête de ce mouvement fondé, entre autres, par Nelson Mandela en 1945. Son programme, énoncé quelques jours avant sa reconduction : nationalisation des mines du pays et reprise par la force des terres appartenant aux quelque 45 000 fermiers blancs du pays, comme ce fut le cas au Zimbabwe voisin de Robert Mugabe.

Aujourd’hui, ce discours trouve un écho dans la frange la plus pauvre de la population noire du pays, animée d’un esprit de revanche sur l’ancien oppresseur. "L’apartheid, qui a duré près de 90 ans, a laissé des traces profondes dans la société, explique Samba Alassane Thiam, militant de la Ligue des jeunes de l’ANC, contacté par les Observateurs de FRANCE 24. Notre peuple, même dans 100 ans, n’aura pas oublié ce système conçu pour enrichir les Blancs et oppressé les Noirs."

Julius Malema, vrai danger politique ? "C’est avant tout un populiste, relève Marianne Séverin, chercheuse associée au Centre d'étude d'Afrique noire (CEAN), de Science-Po Bordeaux et spécialiste des leaders de l’ANC. Il a fait fortune dans le bâtiment et appartient maintenant à un milieu social à mille lieues des populations noires et pauvres des townships dans lesquelles son discours trouve un écho. Quand il a parlé de reprendre les terres aux fermiers blancs, il était en pleine campagne électorale pour sa réélection. Il est vrai que les dirigeants de la Ligue des jeunes de l’ANC ont pour habitude de tenir des discours virulents. Mais, à mon sens, Malema est plus dangereux que ses prédécesseurs car la maison mère, l’ANC, n’arrive pas à le neutraliser."

À 30 ans, le turbulent Malema a en effet pris un tel poids politique qu’il se permet désormais de critiquer son mentor, l’actuel président Jacob Zuma, l’accusant de ne pas aller assez loin dans les réformes agraires comme celles entreprises au Zimbabwe.

"Difficile de séparer les problèmes sociaux des problèmes raciaux"

Dans ce contexte, "les 20 ans de la fin de l’apartheid ne sont pas du tout célébrés en Afrique du Sud, indique Mark Gevisser, journaliste sud-africain invité de l’Entretien de France 24. C’est vrai que, vu de l’extérieur, on a l’impression que ce jour marque l’apothéose d’un conte de fées. Mais, en Afrique du Sud, le 30 juin 1991 est considéré comme une simple étape sur le chemin tortueux qui mène à la paix et à la prospérité."

Le 30 juin 1991, le président Frederik de Klerk abrogeait le cadre juridique de l'apartheid, ainsi que la loi de 1913 sur la terre, celle de 1966 sur les groupes raciaux, celle de 1984 sur le développement des collectivités noires, et d'autres textes qui y consacraient la séparation des Blancs et des Noirs. Ce jour marquait ainsi le début d’une nouvelle ère pour la nation "arc-en-ciel", dont l’emblématique Nelson Mandela, qui a dédié sa vie à combattre le système, allait devenir le premier président noir, trois ans plus tard.

Mais aujourd’hui le pays n’a pas la tête à commémorer cette date. "48 % de la population vit avec moins de 2 dollars par jour, le chômage ne se résorbe pas et les inégalités entre les plus riches et les plus pauvres se creusent", rappelle Mark Gevisser. Et, puisqu’il est "difficile de séparer les problèmes sociaux des problèmes raciaux", comme le note le journaliste sud-africain, le pays est régulièrement secoué par des regains de tensions xénophobes.

En avril 2010, l’assassinat de l’ex-leader d'extrême droite pro-apartheid Eugene Terre’blanche avait poussé le président Jacob Zuma a appelé publiquement au "calme" face aux craintes de violences. En juin 2008, au moins 60 personnes, des nouveaux arrivants aussi bien que des immigrés installés de longue date, ont trouvé la mort dans une vague d’attaques xénophobes.

Un boulevard pour Malema ? Le journaliste Mark Gevisser n’y croit pas : "si les mesures post-apartheid n’ont pas résolu tous les problèmes, elles ont au moins eu le mérite de forger une véritable culture démocratique en Afrique du Sud. Les élections municipales, en mai 2011, se sont déroulées dans le calme. C’est ce genre d’exemple qui me fait dire qu’il ne pourra pas prendre le pouvoir en appelant à la violence. Même s’il faut rester prudent…"

 

Première publication : 30/06/2011

  • AFRIQUE DU SUD

    Des élections municipales en forme de test pour l'ANC

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Mandela et les célébrités

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)