Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Émotion en ligne après la libération de quatre otages français

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Printemps de Bourges, Festival d'Aix en Provence... la musique en festival!

En savoir plus

FOCUS

Washington–Bucarest : un partenariat de plus en plus stratégique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Moscou accuse les autorités ukrainiennes d'enfreindre l'accord de Genève

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

Afrique

Pour le mouvement du 20-Février, "le projet de Constitution ne correspond pas aux aspirations du peuple"

©

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 01/07/2011

Le mouvement du 20-Février, qui réclame des changements politiques profonds au Maroc, a appelé à boycotter le référendum constitutionnel qui se tient ce vendredi. Entretien avec Yassine el-Mouhtadi, animateur du mouvement à Paris.

FRANCE 24 - Pourquoi le mouvement du 20-Février a-t-il appelé au boycottage du référendum ?

Yassine el-Mouhtadi - Nous avons appelé à boycotter le vote parce que le véritable enjeu de ce référendum est le taux de participation. Plus il sera bas, moins la Constitution que propose le régime sera légitime.

Les conditions ne sont pas réunies pour que le vote se déroule de façon libre et transparente.

Le texte n’est pas représentatif de la population et de ses aspirations. Nous voulons qu’émerge une véritable monarchie parlementaire et ce n’est pas du tout ce que propose le texte. Nous demandons une véritable séparation des pouvoirs. Mais le projet tel qu’il a été présenté ne répond pas du tout à nos revendications : il prévoit un renforcement du rôle du Premier ministre, mais il sera toujours nommé par le roi qui, lui, conserve tous ses pouvoirs politiques et prérogatives religieuses. En résumé, la même oligarchie politique resterait en place.

Nous considérons qu’il est possible d’opérer des réformes démocratiques qui mettent un terme au clientélisme politique, et économique, qui a cours au Maroc. Et qui rendraient les gouvernants véritablement responsables de leurs actes.

 

F 24 - Il s’agit du premier référendum organisé par Mohammed VI. Dans quelles conditions se sont déroulés les débats ?

Y. M. - Il n’y en a pas eu. Nous estimons que les 12 jours que nous a laissés le régime [Mohammed IV a annoncé la tenue d’un référendum le 17 juin] ne sont pas suffisants pour organiser un vrai débat national. D’autre part, les conditions ne sont pas réunies pour que le vote se déroule de façon libre et transparente. Le ministère de l’Intérieur utilise les moyens de l’État pour influencer les Marocains, pour les pousser à voter pour le texte. Certains imams, pendant le prêche du vendredi, on dit à leurs fidèles de voter oui. Un imam, à Fès, a été écarté après avoir refusé d’obéir aux ordres. À Rabat [la capitale], on nous a rapporté que de nombreux taxis estampillés du portrait du roi passaient dans les rues pour inciter les gens à voter oui au référendum. Ils ont vraisemblablement été payés par le régime…

 

F24 - Le "oui" devrait vraisemblablement l’emporter. Qu’allez-vous faire ?

Y. M. - Nous allons poursuivre les actions de notre mouvement. Il est légitime, il représente toutes les franges de la population, notamment les jeunes et les femmes qui sont laissés pour compte par le régime actuel.

Nous ne souhaitons pas que la situation dégénère comme en Libye ou en Syrie.

Nous avons désormais une mission d’éducation citoyenne : nous devons créer les conditions nécessaires à l’émergence d’un jeu démocratique dans le pays. Les Marocains n’ont jamais été traités comme des citoyens, nous avons un vrai chemin à tracer dans cette voie. Nous allons commencer par organiser une table ronde à Rabat, rassemblant tous les militants, puis nous allons organiser des réunions dans tous les quartiers, avec des cahiers de doléances.

Nous ne souhaitons pas du tout que la situation dégénère comme en Libye ou en Syrie. Nous voulons opérer une révolution en douceur, et nous avons tous les talents pour le faire.

 

 

Première publication : 01/07/2011

  • MAROC

    La campagne pour le oui au référendum bat son plein

    En savoir plus

  • MAROC

    Des milliers de manifestants dénoncent le projet de réforme constitutionnelle

    En savoir plus

  • MAROC

    Le roi Mohammed VI annonce une série de réformes constitutionnelles

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)