Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Arabie saoudite impose sa stratégie à l'Opep

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Nouvelle affaire d'enlèvement au Mexique : la mère d'une victime témoigne

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : François Hollande s'exprime sur France 24 - RFI - TV5 Monde (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : François Hollande s'exprime sur France 24 - RFI - TV5 Monde

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Football : une sanction démesurée pour Brandao ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Tchéky Karyo

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jacques Attali, président de PlaNet Finance

En savoir plus

Afrique

Plus de 60% des électeurs se sont prononcés sur la révision constitutionnelle

Vidéo par Vanessa TSANGA TABI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/07/2011

Ce vendredi après-midi, 60,3% des 13 millions d'électeurs marocains se sont rendus aux urnes pour le référendum sur une nouvelle Constitution qui vise à accroître les pouvoirs du Premier ministre, sans remettre en cause la prééminence du roi.

AFP - Les bureaux de vote pour le référendum constitutionnel qui doit limiter les pouvoirs du roi Mohammed VI du Maroc au profit du Premier ministre, et dont l'issue positive est considérée comme acquise, ont fermé vendredi à 19h00 locales (18h00 GMT), selon les autorités.

Le taux de participation était de 60,3% à 17h30 locales (16H30 GMT), a indiqué le ministère de l'Intérieur marocain, une heure et demie avant la fermeture des bureaux de vote à 19H00 (18H00 GMT).

Les résultats préliminaires sont attendus tard dans la soirée de vendredi, mais il faudra attendre dimanche ou lundi pour les résultats définitifs.

Ouvert à plus de 13 millions de Marocains, le scrutin s'est déroulé jusqu'au soir dans les 40.000 bureaux mis en place, y compris au Sahara occidental.

"Je suis venue spontanément, sans aucune contrainte, pour dire +oui+ à l'appel du roi", a déclaré fièrement Halima Zaidi s'est rendue vendredi au bureau de vote de Sidi Moumen, un fief islamiste de Casablanca..

C'est de ce quartier pauvre de la ville qu'étaient issus les kamikazes qui ont perpétré le 16 mai 2003 un attentat provoquant la mort de 47 personnes.

"Je préfère ne pas dire si j'ai voté pour ou contre cette constitution", explique une femme voilée à la sortie d'un autre bureau de vote de ce quartier. "J'ai voté selon ma conscience. L'essentiel c'est que j'ai voté"

Fuyant la canicule, de très nombreux Marocains se sont rendus sur les plages du littoral, a néanmoins constaté l'AFP.

Les opérations de vote dans le royaume se sont tenues sous la surveillance de 136 observateurs marocains appartenant à la société civile et placés sous la supervision du Conseil national des droits de l'homme (CNDH, officiel), a indiqué à l'AFP un responsable du ministère de la communication.

A Paris, des centaines de Marocains votaient au consulat, les bureaux de vote étant ouverts jusqu'à dimanche soir à l'étranger. "Quand il y a un changement qui tient la route, la moindre des choses c'est de prendre la peine de voter", a estimé Mounir, 26 ans, consultant dans une banque.

Les médias publics, la majorité des journaux, les principaux partis politiques, les grands syndicats et les mosquées du royaume ont invité à voter "oui" lors d'une courte campagne de 10 jours.

Le projet de Constitution vise à "consolider les piliers d'une monarchie constitutionnelle, démocratique, parlementaire et sociale", avait déclaré Mohammed VI dans un discours adressé à la nation le 17 juin.

Le Premier ministre, issu du parti vainqueur aux élections, aura la possibilité de dissoudre la chambre des représentants, ce qui était du seul attribut du roi avant le projet de réformes, prévoit notamment le texte.

Le Mouvement des jeunes contestataires du 20 février, qui revendique plus de 62.000 membres et qui est le porte-drapeau d'une mobilisation pacifique dans la rue, a appelé au boycott.

"Partant de la dynamique politique et démocratique qui a été déclenchée par le Mouvement du 20 février, et malgré toutes les tentatives de l'Etat pour l'affaiblir, nous appelons au boycott de ce référendum parce que la Constitution qu'il propose consacre l'absolutisme et ne fera pas disparaître la corruption", peut-on lire sur sa page Facebook vendredi.

Ce mouvement a été lancé dans le sillage des rassemblements en Tunisie et en Egypte qui ont conduit à la chute de régimes autoritaires installés depuis des décennies.

Première publication : 01/07/2011

  • MAROC

    La campagne pour le oui au référendum bat son plein

    En savoir plus

  • MAROC

    Des milliers de manifestants dénoncent le projet de réforme constitutionnelle

    En savoir plus

  • MAROC

    Le roi Mohammed VI annonce une série de réformes constitutionnelles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)