Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un manifestant palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Afrique

Pourquoi l'Union africaine ne lâche-t-elle pas Mouammar Kadhafi ?

Texte par Trésor KIBANGULA

Dernière modification : 04/07/2011

Les chefs d'État africains réunis en Guinée équatoriale se sont mis d'accord pour écarter le colonel Kadhafi du processus de négociation en Libye sans exiger son départ du pouvoir. Une position qui risque de trouver un écho international limité.

Le 17e sommet de l’Union africaine, qui s'est tenu jeudi et vendredi à Malabo, la capitale de la Guinée équatoriale, a été dominé par l'épineuse question libyenne. Les chefs d’Etat et de gouvernement ont dû se mettre d'accord sur le sort à réserver à leur homologue libyen Mouammar Kadhafi et définir un plan de sortie de crise pour la Libye.

Après 48 heures de débats intenses, le consensus trouvé par les chefs d'États africains prévoit donc la mise à l'écart du Guide libyen dans le dialogue entamé entre son propre gouvernement et le Conseil national de la transition (CNT). L'Union africaine préconise également un cessez-le-feu entre les parties suivi d'une période de transition devant conduire le pays vers des élections libres et démocratiques.

En contrepartie, le document adopté par l'UA ne demande pas à Mouammar Kadhafi de quitter le pouvoir comme l’exigeait, jusqu'à présent, l'opposition libyenne représentée au sein du CNT.

L’Afrique dit “non” à Luis Moreno Ocampo

Comme elle l'avait fait dès lors qu'il s'était agi du sort du président soudanais Omar el-Béchir, l’Union africaine a décidé, dans le cadre de son plan de sortie de crise en Libye, de ne pas mettre en oeuvre le mandat d’arrêt international lancé ce lundi contre le numéro un libyen par la Cour pénale internationale.

Si certains observateurs y voient une décision permettant à Mouammar Kadhafi de partir en exil dans un pays du continent africain sans avoir à craindre d’être arrêté et transféré vers La Haye, d’autres considèrent au contraire qu’une fois écarté du pouvoir, le Guide libyen n’aura plus la même influence sur les Etats du continent.

“Laurent Gbagbo était soutenu par l’Angola et d’autres pays africains. Mais aujourd’hui, on l’a oublié. Il en sera de même lorsque Mouammar Kadhafi sera ejecté du pouvoir”, estime Tshiyembe Mwayila, le directeur de l’Institut panafricain de Nancy, joint au téléphone par FRANCE 24.

L'Union africaine en perte de vitesse 

Pourtant, il n'est pas sûr que cette position trouve un écho favorable dans la communauté internationale. La cacophonie récurrente et les dissensions internes courantes à l’Union africaine sur les questions concernant la politique du continent ont fini par étouffer sa voix. Pour Francis Laloupo, éditorialiste et professeur de géopolitique à l’Institut pratique du journalisme de Paris, l’organisation régionale a perdu son “autorité morale”.

"La Libye est un grand contributeur financier de l’organisation qui a eu un poids politique très important. Aujourd'hui, l’Union africaine est donc très embarrassée pour porter un jugement moral et politique sur la crise libyenne”, explique-t-il en soulignant que c'est à Syrte, la ville libyenne dont est originaire le colonnel kadhafi, que l’Union africaine a été portée sur les fonts baptismaux.

Même Moustapha Niasse, figure emblématique de la diplomatie africaine et ancien Premier ministre sénégalais, le reconnaît : “Kadhafi a beaucoup investi en Afrique et dans la culture africaine. On ne lâche pas un allié ou un ami lorsqu’il est en difficulté.”

Le dirigeant libyen ne change quoi qu'il en soit pas de cap. Il est monté ce vendredi au créneau. Dans un message sonore diffusé sur la Place verte de Tripoli, il a juré de rester au pouvoir et mis en garde l'Otan contre le risque d'une "catastrophe" en cas de poursuite des raids aériens contre son régime.

"Récupérez ces armes" demande Kadhafi

 

Première publication : 01/07/2011

  • LIBYE

    Kadhafi conseille à l'Otan de "clouer ses avions au sol" pour éviter une "catastrophe"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Querelle entre Paris et Moscou sur le parachutage d'armes en Libye

    En savoir plus

  • INTERVIEW

    En Libye, "la Chine veut améliorer son image auprès des pays occidentaux"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)