Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

FRANCE

Six mois de prison avec sursis pour l'agresseur de Nicolas Sarkozy

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/07/2011

Hermann Fuster, l'homme qui a brutalement agrippé Nicolas Sarkozy le 30 juin, écope de six mois de prison avec sursis pour "violences sur personne dépositaire de l'autorité publique". Il devra assister à un stage de citoyenneté de deux jours.

AFP - "C'était plutôt un coup de gueule qu'un poing dans la gueule, les gens qui me connaissent savent que je ne suis pas violent" : Hermann Fuster, qui a brutalement agrippé par la veste Nicolas Sarkozy jeudi, a été condamné à six mois de prison avec sursis vendredi, quittant libre le tribunal d'Agen.
              
Celui-ci est allé moins loin que les neuf mois de prison dont six avec sursis réclamés par le procureur de la République, Pascal Prache.
              
"En vous en prenant au président de la République, c'est un tabou qui a été brisé, celui de l'intégrité physique de celui qui est la clé de voûte des institutions", avait lancé le procureur, ajoutant : "La base de la démocratie, c'est le respect et l'absence de violence physique, c'est un enjeu démocratique que vous avez mis en péril".
              
M. Fuster, 32 ans, était jugé en comparution immédiate après avoir passé vingt-quatre heures en garde à vue, pour "violences sur personne dépositaire de l'autorité publique", risquant trois ans de prison. M. Sarkozy n'a pas porté plainte.
              
Le prévenu, employé au Conservatoire de musique et de danse d'Agen, et dont le casier judiciaire est vierge, est apparu habillé de noir, avec des motifs de style gothique sur son tee-shirt, les cheveux ramenés en un long catogan.
              
S'exprimant d'une voix claire, il a reconnu avoir agrippé la veste du président lors d'un bain de foule à Brax (Lot-et-Garonne), mais a expliqué n'avoir déséquilibré celui-ci que parce que les agents de sécurité le tiraient en arrière pendant qu'il tenait le vêtement.
              
Son but, a-t-il expliqué, était "de rencontrer Nicolas Sarkozy pour essayer de lui glisser deux ou trois mots de ras-le-bol". Il s'est dit "désolé que cela en soit arrivé là".
              
Pourtant, le jeune homme, qui avait consulté dans la nuit le site des "Indignés", a envoyé quatre SMS à son ex-épouse la veille et le jour des faits, comme "Demain Sarko il se prend mon poing dans la gueule", ou "Sarko est à Brax, j'y vais et il va se manger un truc, mon poing, un pavé".
              
A l'audience, il a mit ces propos sur le compte de "l'humour", et assuré qu'il "formulait tout ça dans son imagination".
              
M. Fuster, divorcé sans enfant, et titulaire d'un BEP d'électronique, avait fumé du cannabis la veille de l'agression, et consomme régulièrement des somnifères. Il est suivi psychologiquement, après deux tentatives de suicide en 2003 et 2010, tentant successivement de se taillader les veines et de se pendre.
              
L'expertise psychiatrique a indiqué qu'il ne présentait pas de pathologie mais devait être hospitalisé pour le sevrer de ses dépendances, au cannabis et aux médicaments. L'expert l'a décrit plus comme "un esprit fumeux" que comme "une pasionaria qui lutte pour ses idées".
              
Outre une mise à l'épreuve de trois ans, il a été condamné à se soigner en milieu hospitalier, ainsi qu'à un stage de citoyenneté de deux jours.
              
Son avocat, Me Laurent Bruneau, avait dénoncé "un procès politique", et suggéré que le président Sarkozy avait "oublié que le Lot-et-Garonne est une terre de révolte", donnant des exemples remontant au début de la guerre de Cent ans au 14e siècle.
              
M. Fuster "en avait marre de voir les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus pauvres, il fait partie de ceux qui s'indignent", avait lancé l'avocat, et notamment "du coût de l'intervention en Libye parce que les gens comme lui ne gagnent que 1.190 euros par mois".
              
La plaidoirie a été applaudie par de nombreux spectateurs qui ont été évacués par le président, Ludovic Pilling.
              
Visage fermé malgré sa libération, M. Fuster s'est engouffré dans une voiture, accompagné de sa mère qui avait assisté aux débats.

Première publication : 02/07/2011

  • FRANCE

    Nicolas Sarkozy agrippé lors d'un bain de foule

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)