Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"La grève à Air France doit s'arrêter"

En savoir plus

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Zinedine Zidane se verrait bien un jour sélectionneur des Bleus

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Didier Guillaume : "Le Medef se comporte très mal"

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

Economie

Les trois scénarii possibles en cas de débâcle grecque

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 04/07/2011

L’agence de notation Standard & Poor’s assimile les modalités du plan de sauvetage européen à un "défaut de paiement sélectif" de la Grèce. Athènes semble en effet de plus en plus menacé par une faillite… Tour d’horizon des scénarii possibles.

Standard & Poor’s n’y croit plus ? Malgré les 12 milliards d’euros que l’Europe et le FMI ont décidé ce week-end de prêter à la Grèce pour faire face à ses échéances immédiates, et malgré le plan de sauvetage proposé par la France et son secteur bancaire, l’agence de notation estime que toute cette histoire va mal finir. Standard & Poor’s a annoncé ce lundi que la Grèce n’échapperait probablement pas à un défaut de paiement sélectif.

Est-ce à dire qu’Athènes est condamné à faire faillite, quoi qu'il advienne ? Pas tout à fait. Car si le malade grec se rapproche dangereusement de la phase terminale - si l'on s'en tient au diagnostic des agences de notations -, celle-ci peut se traduire par différentes formes de faillites. Explications.

Le défaut de paiement total : C’est le pire des scénarii. La faillite signifie que la Grèce décide de ne pas rembourser les 340 milliards d’euros de dette détenue par le FMI, la BCE et les investisseurs privés.

Si ce constat paraît simple, les conséquences possibles sont plus complexes. Le principal effet de ce type de faillite serait d'empêcher la Grèce d'emprunter sur les marchés financiers. "C’est très dur car tous les pays, des plus riches comme l’Allemagne au plus pauvres comme la Grèce, lèvent chaque année de l’argent sur les marchés pour se financer", explique Julia Cagé, chercheuse à l’École d’économie de Paris et à l’université de Harvard.

Les marchés risqueraient, en outre, de penser que si la Grèce a pu faire défaut, cela pourrait arriver à d’autres pays. Conséquence : les taux d’intérêt pour des États lourdement endettés comme le Portugal, l’Espagne ou même la France pourraient exploser. Enfin, les institutions financières (banques, assurances etc.) ressentiraient l’onde de choc : bons nombres d’investisseurs privés ont pris des assurances contre le risque de faillite – appelés CDS (Credit default swap) – qui se déclencheraient alors automatiquement. Ce seraient donc ces institutions financières qui seraient amenées à rembourser ce que la Grèce ne peut pas payer…

Le défaut de paiement sélectif : C’est la prévision de Standard & Poor’s. "Cela signifie que seulement une partie de la dette va être traitée", explique Nicolas Dromel, économiste à l’École d’économie de Paris. Dans cette hypothèse, Athènes rembourse un certain montant et, pour le reste, bénéficie d’un nouveau délai ou n’honore pas ses dettes.

L’interdiction d’emprunter sur les marchés n’est alors pas automatique. En effet, la Grèce peut décider de rembourser les créanciers privés et, pas la BCE ou le FMI. Dans ce cas de figure, les marchés seraient rassurés et Athènes ne serait pas exclu du circuit normal de financement. "En revanche, des pays riches comme l’Allemagne pourraient vouloir que la Grèce sorte de la zone euro ou alors demander à se désolidariser des autres plans de sauvetage", estime Julia Cagé. Ce serait un coup très dur pour la construction européenne.

Les restructurations : Elles s’apparentent à des défauts de paiement sélectifs. Il existe trois grandes catégories de restructurations. La Grèce peut, tout d’abord, bénéficier d’un report de la date à laquelle elle doit rembourser sa dette. Les créanciers s’accordent alors à ne voir la couleur de leur argent que plusieurs années plus tard. Dans le cas du scénario prévu par les banques françaises, Athènes souscrirait de nouveaux prêts de 30 ans au lieu de 3 à 5 ans… Un sacré bol d’air.

Il y a ensuite la restructuration des taux d’intérêt. La Grèce rembourserait bien tout ce qu’elle a emprunté, mais paierait moins chaque année à ces créanciers.

Enfin, la valeur de la dette peut elle-même être restructurée. Dans ce cas là, la frontière avec un défaut de paiement est très mince : Athènes ne rembourse pas l’intégralité de sa dette.

La Grèce est-elle d’ores et déjà condamnée à l’un de ces scénarii catastrophe ? Pas forcément, assure Julia Cagé. "L’Europe peut aussi décider – par l’intermédiaire du fonds de stabilité - de racheter toute la dette détenue par les créanciers privés, soit environ 200 milliards d’euros, et proposer à la Grèce de rembourser directement à l’Europe à un taux d’intérêt avantageux", soutient l’économiste.

Une solution qui aurait l’avantage "de montrer qu’il existe une vraie solidarité européenne, tant sur les plans politique qu'économique", reconnaît Nicolas Dromel. Mais il souligne que cela reviendrait à faire payer aux contribuables européens une grosse partie des problèmes financiers grecs, en épargnant quelque peu les investisseurs ayant pourtant leur part de responsabilité dans cette situation. "Certains d’entre eux sont des fonds qui ont spéculé sur la dette grecque", rappelle Nicolas Dromel.

Première publication : 04/07/2011

  • GRÈCE

    Athènes va recevoir les 12 milliards d'euros promis par l'UE et le FMI

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La Grèce est-elle victime d'une politique néocoloniale ?

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Les Grecs promis à toujours plus d'austérité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)