Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Amériques

Hugo Chavez, l'"homme-providence" sans qui le Venezuela ne tourne pas

Texte par Trésor KIBANGULA

Dernière modification : 04/07/2011

Le président vénézuelien est rentré à Caracas pour participer aux festivités du bicentenaire de l’indépendance de son pays. Son absence aura surtout révélé l’incapacité de ses proches et de l’opposition à prendre la relève.

Le Venezuela commémore, ce mardi, le bicentenaire de son indépendance. Un moment historique que le président Hugo Chavez a tenu à ne pas rater. Absent du pays depuis presque un mois, celui-ci a regagné lundi Caracas, la capitale vénézuélienne, en provenance de La Havane où il a été opéré d’un abcès pelvien et d’une tumeur cancéreuse.

Depuis le départ de Chavez, son pays, déjà confronté à de nombreuses difficultés économiques liées en grande partie au manque de diversification de son appareil productif qui repose presque exclusivement sur la production pétrolière, est en outre secoué par une mutinerie dans la prison d’El Rodeo de Caracas qui a fait au moins 29 morts.

Au pouvoir depuis 12 ans, le président vénézuelien a réussi à se construire une image d’“homme-providence” dans l’esprit de ses compatriotes. Tout ce qui se passe dans le pays repose, à tort ou à raison, sur ses épaules. La mutinerie de la prison d’El Rodeo n’échappe pas à la règle.

Un régime centré sur la personne de Chavez

"Bien sûr que c'est la faute du gouvernement. Chavez parle de sa maladie, il parle de tout, sauf de ça. D’accord, ce n'est pas vraiment de sa faute. Mais c'est quand même lui qui dirige le Venezuela, c'est lui le ‘Comandante’ (...). En fait, quand on a vraiment besoin de lui, il n’est pas là !", se plaint Yoana, épouse d’un détenu bloqué à la prison d’El Rodeo, au micro de FRANCE 24.

Chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), spécialiste des questions ibériques (Amérique latine et Espagne), Jean-Jacques Kourliandsky explique ce besoin de la présence d’Hugo Chavez dans la vie publique vénézuelienne par le système que celui-ci a mis en place. "Il s'agit d'un régime centré sur sa personne, composé d'un réseau d’amis présents dans toutes les institutions du pays dont il est le seul à détenir les clefs. Rien à voir avec les structures partisanes qui soutiennent le système politique à Cuba.”

Conséquence : “Quand il n’est pas là, on ne sait pas trop comment s’y prendre, que ce soit du côté du pouvoir ou de l’opposition”. Jean-Jacques Kourliandsky considère Hugo Chavez comme le “dénominateur commun” de la classe politique vénézuélienne. “Son absence a eu le mérite de révéler au grand jour qu’il n’y avait personne pour prendre le relais. Ses partisans ne juraient que par son retour. L’opposition, sans programme, s’est retrouvée désemparée, Chavez qui lui servait de ciment étant absent.”

Première publication : 04/07/2011

  • VENEZUELA

    Le président Chavez est rentré au Venezuela après son opération

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Chavez apparaît pour la première fois depuis son opération à la télévision cubaine

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Le Parlement permet à Hugo Chavez de gouverner par décret pour 18 mois

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)