Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

Santé

Bactérie tueuse : L'UE ferme ses portes aux graines produites en Égypte

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/07/2011

Bruxelles a décidé d'interdire l'importation de graines et de pousses produites en Égypte après qu'un lien a été établi entre un lot de fenugrec porteur de la bactérie E.coli qui y a été produit et les épidémies survenues en Allemagne et en France.

AFP - L'Union européenne a décidé mardi de fermer ses portes aux graines et pousses produites en Egypte après avoir établi un lien entre un lot de fenugrec venu de ce pays, contaminé par une souche mortelle de la bactérie E.coli, et les épidémies en Allemagne et en France.

L'interdiction annoncée par le commissaire à la Santé John Dalli est dictée par le principe de précaution et par la virulence de la bactérie. Elle entre en vigueur "immédiatement", ont précisé ses services dans un communiqué.

Le lot incriminé est porteur de la souche particulièrement dangereuse O104:H4 de la bactérie E.coli entérohémorragique (Eceh). L'intoxication due à cette souche a fait à ce jour 48 morts en Allemagne et un en Suède.

Elle a ensuite touché la ville de Bordeaux, en France, où une dizaine de personnes sont actuellement hospitalisées.

Une enquête minutieuse pour remonter à l'origine a permis à l'Agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA) de trouver un lien entre les épidémies et d'identifier la cause du mal qui a créé un début de panique en Europe et provoqué, un temps, une chute des ventes de divers légumes: un lot de 15 tonnes de graines de fenugrec, une plante aux feuilles ovales, proches du trèfle, achetées en Egypte en 2009.

Arrivée en novembre 2009 dans le port d'Anvers en Belgique, la cargaison a ensuite été acheminée jusqu'à Rotterdam aux Pays-Bas, puis livrée à un importateur en Allemagne.

Ce dernier a ensuite revendu le produit à des distributeurs en Allemagne et au Royaume-Uni. Les Britanniques ont revendu les 100 lots de semences incriminés dans l'épidémie à Bordeaux, en France.

"L'enquête de traçabilité menée par l'EFSA a conclu qu'un lot de graines de fenugrec importées d'Egypte est le lien le plus probable entre les deux épidémies" en Allemagne et en France, a annoncé l'agence basée à Parme (Italie) dans un rapport publié en ligne sur son site internet.

L'EFSA avait déjà évoqué la piste égyptienne dans un communiqué publié le 29 juin. Mais le ministère égyptien de l'Agriculture avait écarté le 1er juillet la responsabilité de graines de fenugrec produites en Egypte.

L'EFSA estime que d'autres lots importés d'Egypte pendant la période 2009-2010 pourraient également être incriminés et précise qu'elle poursuit son enquête de traçabilité.

Les recommandations de l'Agence ont conduit les experts des Etats membres et de la Commission réunis mardi à Bruxelles à décider le retrait de la vente de tous les lots de fenugrec importés d'Egypte sur la période 2009-2011 et leur destruction.

Ils ont en outre décidé d'interdire temporairement l'importation de toutes les semences produisant des graines germées de fenugrec, de soja et de roquette jusqu'au 31 octobre.

L'UE a importé d'Egypte 49.000 tonnes de ce type de graines germées en 2010 pour une valeur de 56 millions d'euros.

"La Commission va suivre l'évolution de la situation et décidera si des mesures additionnelles s'imposent", a toutefois averti M. Dalli.

Les graines de fenugrec sont utilisées dans l'alimentation car elles sont très riches en phosphore ou magnésium notamment. Elles sont également utilisées comme épice et la plante peut être utilisé comme engrais dans l'agriculture biologique.

L'intoxication provoquée par la souche 0104:H4 de l'E.Coli a provoqué une véritable psychose et causé l'effondrement du secteur des fruits et légume dans plusieurs pays européens après la mise en cause à tort de concombres produits dans deux exploitations biologiques en Espagne.

Première publication : 05/07/2011

  • SANTÉ

    La bactérie E.coli provoque la mort d'une trentième personne

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Bactérie tueuse : l'Allemagne sous le feu des critiques européennes

    En savoir plus

  • AGRICULTURE

    Bactérie tueuse : Bruxelles propose 150 millions d'euros d'aide aux maraîchers

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)