Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Israël et intelligence économique : Un modèle à suivre ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : De Sarajevo à Guantanamo, l'itinéraire des six d'Algérie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Patrick Chauvel, photographe de guerre

En savoir plus

SUR LE NET

Le web révolutionne le journalisme d'investigation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"De sang-froid"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à l'exécution de David Haines

En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Quels sont les enjeux de la conférence internationale sur l'État islamique ?

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Les députés français se penchent sur un projet de loi contre le jihad

    En savoir plus

  • Grève chez Air France : journée noire attendue lundi

    En savoir plus

  • Netflix, le service de vidéos à la demande, débarque en France

    En savoir plus

  • Mondial de basket : la "team USA" seule au monde

    En savoir plus

  • EI : "Ce ne sont pas des musulmans mais des monstres", affirme Cameron

    En savoir plus

  • Législatives suédoises : la gauche en tête, poussée historique de l'extrême droite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Lille prend la tête, l’OM revient

    En savoir plus

  • Objecteurs de conscience en Israël : 200 vétérans défendent leur unité

    En savoir plus

  • Webdocumentaire : Chibanis, l’éternel exil des travailleurs maghrébins

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le tout nouveau ministre de la Reconstruction démissionne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/07/2011

Le ministre japonais de la Reconstruction Ryu Matsumoto a présenté sa démission après provoqué un véritable tollé. En poste depuis une semaine, il avait indiqué que le gouvernement aiderait les "municipalités qui amènent des idées, pas les autres".

AFP - Le ministre japonais de la Reconstruction a démissionné mardi, une semaine à peine après sa nomination, pour avoir tenu des propos polémiques dans les zones dévastées par le tsunami du 11 mars, un nouveau coup dur pour le très impopulaire Premier ministre Naoto Kan.

Ryu Matsumoto, 60 ans, était sous le feu des critiques de l'opposition conservatrice mais aussi de responsables de la majorité démocrate, depuis sa visite controversée dimanche dans les préfectures d'Iwate et de Miyagi (nord-est), durement touchées par la catastrophe qui a fait près de 23.000 morts et disparus.

Il avait notamment déclaré devant les médias que le gouvernement allait "aider les municipalités qui amènent des idées, mais pas les autres" et que l'Etat "ne ferait rien" à moins qenue les autorités locales ne s'tendent sur la manière de refonder les pêcheries détruites par la vague géante.

Lors d'une visite au gouverneur de Miyagi, il avait également reproché sur un ton irrité à son hôte de l'avoir fait attendre et avait refusé de lui serrer la main.

"Mes paroles ont été brutales et ont heurté les sentiments des personnes touchées par la catastrophe. Je m'en excuse", a dit mardi l'ex-ministre lors d'une conférence de presse, avec des sanglots dans la voix.

M. Matsumoto, nommé à la Reconstruction le 27 juin, est le quatrième ministre à démissionner sur fond de scandales et de maladresses depuis que M. Kan est arrivé au pouvoir en juin 2010.

"La politique japonaise est en pleine décomposition", a commenté Tetsuro Kato, professeur à l'université Waseda.

"M. Kan est responsable de la nomination de la personne la moins adaptée au poste actuellement le plus important au Japon", a-t-il dit. "C'est le Premier ministre lui-même qui devrait avoir démissionné. Ce dernier incident est une erreur politique majeure pour un gouvernement en phase terminale."

La cote de popularité de M. Kan, accusé d'avoir mal géré la catastrophe et la crise nucléaire de Fukushima, s'est effondrée et beaucoup de voix s'élèvent dans l'opposition et dans la majorité pour réclamer son départ immédiat.

M. Kan a laissé entendre qu'il ne quitterait le pouvoir qu'après l'adoption de trois lois au Parlement, relatives à une deuxième rallonge budgétaire pour la reconstruction, à l'émission d'obligations d'Etat et à l'utilisation des énergies renouvelables.

Les analystes tablent sur un départ autour de la fin août, qui correspond à la fin de la session parlementaire extraordinaire.

Le Parti Démocrate du Japon (PDJ, centre-gauche) procèdera alors à la désignation d'un nouveau président, successeur de M. Kan, qui sera ensuite élu au poste de Premier ministre par le Parlement.

Première publication : 05/07/2011

  • JAPON

    Tepco, l'exploitant de Fukushima, face à la colère de ses actionnaires

    En savoir plus

  • JAPON

    L'AIEA critique la réaction de Tokyo après la catastrophe de Fukushima

    En savoir plus

  • GASTRONOMIE

    Quand solidarité japonaise et mondanités parisiennes font bon ménage

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)