Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

Moyen-orient

Les forces syriennes poursuivent leur offensive à Hama

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/07/2011

Des chars encerclent Hama depuis lundi, faisant craindre un assaut contre cette ville de 650 000 habitants. Au moins six personnes ont été tuées par les forces de sécurité mardi. Des milliers d’habitants manifestent toujours contre le régime.

REUTERS - Des chars de l'armée syrienne ont pris position autour de Hama, menaçant de lancer un assaut contre cette grande ville dont la population a entrepris d'ériger des barricades, ont rappporté des habitants et des militants.

Chars et véhicules blindés ont progressé dans la nuit de lundi à mardi vers les lisières de la ville, qui compte 650.000 habitants.

L'armée encercle la ville de Hama

Des centaines de jeunes gens ont jeté en travers des rues du centre de Hama des pneus enflammés, des poubelles ainsi que des morceaux de bois et des pièces de métal. Les habitants ont marqué leur soutien aux jeunes en scandant "Allah est le plus grand" du balcon de leurs maisons, ont témoigné des habitants.

Située dans le centre-ouest du pays, Hama a connu certaines des plus grandes manifestations contre le pouvoir du président Bachar Al-Assad depuis le début du mouvement de contestation à la mi-mars.

Vendredi dernier, pas moins de 150.000 personnes, soit près d'un habitant sur quatre, ont manifesté leur hostilité au régime. Mais Hama a payé un lourd tribut voici un mois, au moins 60 manifestants tombant sous les balles des forces de sécurité, selon des opposants.

Lundi encore, des agents des forces de sécurité ont fait irruption dans certains quartiers et abattu trois personnes, parmi lesquelles un homme dont le corps a été jeté dans le fleuve Oronte et un garçon de 13 ans.

Le soutien de Moscou et de Pékin

Hama fut le théâtre d'un soulèvement islamique en 1982, durement réprimé par les forces de sécurité alors que le pays était dirigé par Hafez El-Assad, père de l'actuel président. Le bilan de la répression s'était alors peut-être élevé jusqu'à 30.000 morts.

"Assad va sans doute attendre de voir si les grandes manifestations continuent ou non à Hama. Il sait que donner l'assaut contre des manifestations pacifiques dans un lieu symbole comme Hama lui coûterait le soutien de Russie et de la Chine", a déclaré à Reuters un opposant syrien en exil à Washington, Mohammad Abdallah.

La Chine et la Russie se sont opposées à une résolution proposée au Conseil de sécurité par l'Occident contre la Syrie, ce qui a permis à Assad de ne pas être totalement isolé sur la scène internationale.

Selon Abdallah, le recours aux chars dans Hama "discréditerait totalement" l'engagement pris par Assad de nouer un dialogue avec les opposants. L'armée et les blindés ont déjà donné l'assaut à des villages et des villes de la région de Djabal la Zaouia, au nord de Hama, a-t-il précisé.

Selon l'ONG Observatoire syrien pour les droits de l'homme, des chars ont fait irruption dans la ville de Kfar Noubboul tôt mardi, "sans essuyer le moindre tir dans une ville qui a connu des manifestations pacifique depuis le début du soulèvement".

 

Première publication : 05/07/2011

  • SYRIE

    L'armée fait son retour à Hama, moins de 24 heures après son départ

    En savoir plus

  • SYRIE

    "Je me suis mis à courir alors que mon sang coulait à flots"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas limoge le gouverneur de Hama au lendemain d'une mobilisation record

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)