Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

Culture

Cy Twombly, artiste majeur de l'art contemporain, est décédé à l'âge de 83 ans

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/07/2011

Le peintre américain Cy Twombly, célèbre pour ses œuvres faites de signes et/ou de mots rédigés dans une écriture tremblante, est décédé à Rome à l'âge de 83 ans. C'était l'un des artistes abstraits les plus reconnus du XXe siècle.

AFP - L'artiste américain Cy Twombly, 83 ans, l'un des grands peintres abstraits du XXe siècle, est mort mardi dans un hôpital de Rome, a annoncé à l'AFP le directeur de la collection Lambert en Avignon, Eric Mézil.

Hospitalisé il y a quelques jours, le peintre, qui vivait en Italie, souffrait depuis plusieurs années d'un cancer, selon M. Mézil. Une exposition consacrée à ses photographies venait de s'ouvrir à la mi-juin dans les locaux de la collection d'Yvon Lambert, qui fut son premier galeriste en Europe.

"C'était un tel roc", disait mardi soir Eric Mézil, qui le connaissait depuis 20 ans et avait pris un billet de train pour aller le voir la semaine prochaine. Il lui avait rendu visite en mai encore : "Oui il allait bien, comme un vieux monsieur".

Il était aussi prévu que Cy Twombly, qui n'aimait pas les interviews, vienne en Avignon en septembre pour y voir l'exposition, intitulée "Le temps retrouvé, Cy Twombly photographe et artistes invités", dont il était co-commissaire avec M. Mézil.

Ami de Jasper Johns et Robert Rauschenberg, artiste américain parmi les plus reconnus de sa génération, Cy Twombly, installé en Italie depuis plus de 50 ans, vivait à Gaeta, entre Rome et Naples. "Il souhaite être enterré à Rome, ville qu'il chérit depuis 50 ans", a précisé à l'AFP M. Mézil.

Edwin Parker Twombly, surnommé Cy par son père, est né en 1928 à Lexington (Virginie). Il passera par le Black Mountain College (Caroline du Nord), pépinière de l'avant-garde new-yorkaise, avant de s'installer en Italie, où il épouse en 1959 Tatiana Franchetti.

Célèbre pour ses graffitis, qui laissent transparaître la force du geste, il avait acquis une renommée mondiale et, en 1994, le MoMA de New York avait organisé une rétrospective de ses peintures, dont les prix s'envolent.

Ann Temkin, conservatrice au MoMA, a salué "un géant de l'histoire de l'art contemporain" qui a su transfigurer sa passion de l'antiquité et du classicisme pour produire une peinture résolument moderne. "Pendant six décennies, Twombly a créé des oeuvres d'art d'une grande beauté et d'une grande sensibilité qui étaient impossibles à classer dans des 'ismes' ou des écoles", a-t-elle observé.

Paul Schimmel, du Musée d'art contemporain (MOCA) de Los Angeles, a déclaré à l'AFP qu'avec "Jasper Johns et Robert Rauschenberg, (Cy Twombly) formait un triumvirat sans précédent. Il faut remonter à Picasso et Matisse pour trouver un groupe d'artistes aussi important en termes de changements majeurs dans l'histoire de l'art".

Toujours secret, l'homme a acquis une vraie reconnaissance en Europe, en France notamment, où il a réalisé l'an dernier pour le Louvre un immense plafond d'un bleu méditerranéen bordé de cercles colorés, surplombant des bronzes grecs et romains rassemblés dans une des ailes les plus anciennes du musée.

En 2007, lors d'une exposition en Avignon où le peintre était venu montrer ses toiles "pivoines", une visiteuse avait posé ses lèvres sur un des tableaux, laissant une marque de rouge. Elle avait été condamnée à 18.840 d'amende.

Le ministre français de la Culture Frédéric Mitterrand a salué cet artiste "ni figuratif, ni abstrait. Seulement génial".

"Aussi bien dans sa peinture, ses dessins que sa sculpture, Cy Twombly s'est constamment tenu à l'écart des grandes oppositions qui auront agité la scène artistique du XXe siècle. Il n'était d'aucune chapelle. Moderne, mais étranger à tout discours de rupture avec la tradition", a estimé le ministre.

Cy Twombly "était non seulement un immense artiste mais aussi un homme merveilleux", a déclaré à l'AFP Marie-Laure Bernadac, chargée de l'art contemporain au musée du Louvre. "On perd quelqu'un d'immense, un artiste à part et singulier qui a très vite été adopté par l'Europe alors que les Etats-Unis ont mis plus de temps" pour reconnaître son travail.

Première publication : 06/07/2011

  • PEINTURE

    M.F. Husain, le "Picasso indien", est mort à l'âge de 95 ans

    En savoir plus

  • PEINTURE

    La Joconde serait un homme ? Le Louvre en doute

    En savoir plus

  • ART MODERNE

    Parmi les 271 œuvres retrouvées de Picasso, neuf papiers collés d’une grande rareté

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)