Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile réagit au discours de Barack Obama sur l'EIIL

En savoir plus

SUR LE NET

Le web révolutionne le journalisme d'investigation

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy : Chronique d'un retour annoncé

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 12 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 12 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le PS dans la tourmente

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Emma Stone et Colin Firth nous jouent un tour dans "Magic in the moonlight"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

FOCUS

Un siècle après, que reste-t-il de la présence allemande en Namibie ?

En savoir plus

  • Paris s'apprête à accueillir la conférence internationale sur l'État islamique

    En savoir plus

  • EI : "Ce ne sont pas des musulmans mais des monstres", affirme Cameron

    En savoir plus

  • Mondial de basket : la "team USA" seule au monde

    En savoir plus

  • Législatives suédoises : la gauche en tête, poussée de l'extrême droite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Lille prend la tête, l’OM revient

    En savoir plus

  • Objecteurs de conscience en Israël : 200 vétérans défendent leur unité

    En savoir plus

  • Grève chez Air France : journée noire attendue lundi

    En savoir plus

  • Les pro-russes menacent le processus de paix dans l'est de l'Ukraine, selon Kiev

    En savoir plus

  • Tour d’Espagne : le troisième sacre d’Alberto Contador

    En savoir plus

  • Webdocumentaire : Chibanis, l’éternel exil des travailleurs maghrébins

    En savoir plus

  • Corée du Nord : l'Américain Matthew Miller condamné aux travaux forcés

    En savoir plus

  • Plus de 900 résidents français impliqués dans le jihad

    En savoir plus

  • En images : Roland-Garros en fête pour la Coupe Davis

    En savoir plus

  • Corse : attentat contre une discothèque du Club Med

    En savoir plus

  • Mondial de basket : la France remporte une médaille de bronze historique

    En savoir plus

Economie

Un "même mécanisme" est à l’œuvre au Portugal et en Grèce

Vidéo par Achren VERDIAN

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 06/07/2011

Après avoir abaissé de quatre crans la note du Portugal, l’agence de notation Moody’s a évoqué mardi soir l’éventualité d’un deuxième plan de soutien à Lisbonne. Une trajectoire qui rappelle celle de la Grèce. À raison ?

Mardi soir, Moody’s a abaissé de quatre crans la note du Portugal. L’agence de notation

a estimé que Lisbonne ne pourrait probablement pas honorer ses promesses de réduction des déficits. Conséquence directe : le Portugal va avoir de plus en plus de mal à trouver de l’argent sur les marchés financiers. Dans ces conditions, Moody’s évoque le spectre d’un deuxième plan de sauvetage européen, après celui de 78 milliards d'euros débloqué en mai 2011 comme seule solution.

La situation du Portugal rappelle la trajectoire grecque. Athènes doit en effet bénéficier d’un deuxième plan de soutien de l’Union européenne (UE) et du Fonds monétaire international (FMI). Sabine Le Bayon, économiste spécialiste de la zone euro à l’Observatoire français des conjonctures économique (OFCE), analyse pour France 24 la pertinence du parallèle entre les deux pays.

France 24 : Le Portugal est-il condamné à suivre la "trajectoire grecque" ?
Sabine Le Bayon : Il y a un même mécanisme à l’œuvre dans les deux pays. Après le premier plan de soutien international, le Portugal, à l'instar de la Grèce, a dû instaurer une cure d’austérité afin d’améliorer ses finances publiques. Mais ces mesures plongent, au moins, le pays dans la récession pour les deux prochaines années. Sans croissance, les objectifs de réduction des déficits sont difficiles à atteindre, car le pays ne génère pas assez de rentrées fiscales.

C’est donc un même cercle vicieux au Portugal et en Grèce : la rigueur imposée par l’UE et le FMI, en échange de leur soutien financier, met à mal les efforts demandés aux deux États pour réduire leur déficit. Du coup, ils rencontrent davantage de difficulté à trouver de l’argent sur des marchés financiers, ces derniers leur faisant de moins en moins confiance.

F24 : Pourtant, la situation du Portugal n’est pas aussi détériorée qu’en Grèce...
S. Le B. : Exact ! Le déficit du Portugal s’élève à 93% du PIB alors qu’en Grèce il est de 144%. On pourrait donc penser que Lisbonne ne devrait pas avoir à subir le même sort qu’Athènes.

Mais cette différence importe peu. Seul l’avis des marchés compte. S’ils se détournent d’un pays, ce dernier n’a plus de moyen de se financer et il lui est donc beaucoup plus difficile d’honorer ses dettes. Dans cette situation, le Portugal - comme la Grèce - est soumis au bon vouloir des investisseurs, qui agissent en fonction des évaluations émises par les agences de notation.

F24 : Dans ces conditions, est-ce que la question d’une éventuelle restructuration de la dette portugaise, comme évoqué pour la Grèce, se pose ?
S. Le B. : On n’en est pas à ce stade. Mais comme la dynamique à l’œuvre dans les deux pays semble similaire, c’est une question qui pourrait se poser prochainement.

F24 : L’autre élément qui semble rapprocher les deux pays est le rôle tenu par les agences de notation…

S. Le B. : Oui, dans les deux cas, il y a un effet de dramatisation de la situation après l’intervention des agences. Une baisse de quatre crans, comme celle décidée par Moody’s pour le Portugal, c’est énorme. Ces

agences que l’on a accusées de laxisme lors du déclenchement de la crise économique cherchent, avec la crise de la zone euro, à prouver qu’elles peuvent être plus dures. Mais elles alimentent surtout les problèmes de financement rencontrés par le Portugal et la Grèce.

Première publication : 06/07/2011

  • FINANCE

    L'agence de notation Moody's abaisse la note du Portugal

    En savoir plus

  • ZONE EURO - PORTUGAL

    L'aide décidée par Bruxelles et le FMI constitue-t-elle un "bon" plan ?

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Les trois scénarii possibles en cas de débâcle grecque

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)