Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Lutte contre Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Lutte contre Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

EUROPE

L'agence de notation Moody's abaisse la note du Portugal

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/07/2011

L'agence de notation américaine Moody's a dégradé de quatre crans la note souveraine du Portugal - qui passe de Baa1 à Ba2. Elle ne croit pas en la capacité du pays à abaisser son déficit à un niveau convenable, d'ici à la fin de l'année.

REUTERS - L'agence de notation Moody's a abaissé mardi de quatre crans la note souveraine du Portugal de Baa1 à Ba2, avec perspective négative.

La dette souveraine à long terme de Lisbonne se trouve donc désormais en catégorie spéculative ("junk").

L'agence redoute notamment que Lisbonne ne soit pas en mesure d'atteindre ses objectifs en matière de réduction du déficit et de stabilisation de la dette, tels que définis dans l'accord d'aide financière conclu avec l'Union européenne et le Fonds monétaire international.

Selon Moody's, il existe en conséquence un risque croissant que le Portugal ait besoin d'un second plan d'assistance financière avant d'être en mesure de se financer lui-même sur les marchés internationaux.

La probabilité que Lisbonne ne parvienne pas à ramener ses coûts d'emprunt à un niveau lui permettant de se financer sans aide au deuxième semestre 2013 s'accroît également, ajoute l'agence.

Lisbonne reconnaît sa vulnérabilité

Moody's est la première des trois grandes agences de notation à placer la note portugaise en catégorie spéculative. Standard & Poor's et Fitch évaluent le Portugal à BBB-, soit le dernier niveau de la catégorie investissement.

Le gouvernement portugais a aussitôt réagi à la décision de Moody's, qui selon Lisbonne met en évidence la vulnérabilité de l'économie portugaise dans le contexte de la crise de la dette.

Lisbonne a toutefois estimé que Moody's n'avait pas tenu compte du fort soutien politique apporté dans le pays au programme d'austérité, ni de la mise en place d'un impôt supplémentaire.

Les pouvoirs publics portugais ont renouvelé leur engagement à respecter le plan proposé la semaine dernière, qui est selon eux "le seul moyen d'inverser la tendance et de restaurer la confiance".

Anthony Thomas, analyste chargé du Portugal chez Moody's, a indiqué à Reuters que "des preuves que le Portugal atteint ou dépasse ses objectifs de réduction du déficit" seraient un élément positif qui pourrait pousser l'agence à ramener sa perspective de négative à stable.

Mais il a également indiqué que cette perspective dépendrait largement de la participation que les pouvoirs publics européens demanderaient au secteur privé dans les programmes d'aide aux autres pays périphériques de la zone euro.

Pour l'heure, cette participation se fait en principe sur la base du volontariat, dans le but de ne pas entraîner un "événement de crédit".

Volonté politique

Felipe Garcia, directeur du cabinet de consultants Informacao de Mercados Financeiros, à Porto, a jugé que la décision de Moody's était "un peu extrême", et qu'elle aggraverait probablement les inquiétudes portant sur la dette du
pays.

"La capacité d'un pays à revenir à terme sur les marchés dépend des solutions structurelles plus globales que proposera l'Europe, plutôt que des actes individuels de ce pays. Je pense qu'il est trop tôt pour parler d'un deuxième plan de sauvetage du Portugal, en tout cas pas cette année", a-t-il dit.

Selon lui, les agences de notation ne tiennent pas compte de la détermination politique européenne à éviter qu'un des membres de la zone euro se trouve en situation de défaut.

"Soit ils ne croient pas à la volonté politique de l'Union européenne d'éviter un défaut, soit ils sous-estiment l'union politique."

Selon Robert Tipp, responsable des investissements chez Prudential Fixed Income, la baisse de la note portugaise montre que la crise ne s'arrêtera pas à la Grèce, qui est sur le point de recevoir une nouvelle aide financière.

"Une fois que ce sera réglé pour la Grèce, on passera à un autre pays, et selon toute vraisemblance la situation de la zone euro suivra ce schéma pour encore un ou deux ans, jusqu'à la stabilisation des perspectives financières à long terme de ces pays", a-t-il déclaré.

 

Première publication : 06/07/2011

  • ZONE EURO

    Le FMI accorde un prêt de 26 milliards d'euros au Portugal

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Les ministres des Finances donnent le feu vert au plan de sauvetage du Portugal

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Le Portugal recevra une aide de 78 milliards d'euros sur trois ans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)