Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

Moyen-orient

Le Premier ministre Mikati affirme que son gouvernement va coopérer avec le TSL

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/07/2011

Dominé par le camp du Hezbollah, le gouvernement formé par le Premier ministre libanais Najib Mikati a obtenu la confiance du Parlement. Les députés de l'opposition pro-Hariri ont quitté la salle avant le vote.

AFP - Le Premier ministre libanais Najib Mikati, dont le gouvernement dominé par le camp du Hezbollah a été investi jeudi, a affirmé sa volonté de coopérer avec le tribunal de l'ONU qui a mis en cause des membres du parti chiite dans l'assassinat du dirigeant Rafic Hariri.

Soixante-huit députés ont accordé la confiance au Parlement (sur 128 au total) où le puissant mouvement armé du Hezbollah et ses alliés ont la majorité. Les députés de l'opposition emmenée par l'ancien Premier ministre Saad Hariri, fils de Rafic Hariri, ont quitté la salle juste avant le vote.

Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), qui a émis des mandats d'arrêt contre quatre membres du Hezbollah, divise le pays. Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a exclu l'arrestation de ses quatre membres alors que l'opposition exige du gouvernement qu'il s'engage à respecter les décisions du TSL.

"Le gouvernement (...) continuera sa coopération (avec le tribunal) conformément à la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU ayant créé ce tribunal pour servir la justice", a dit M. Mikati, dans un discours ayant précédé le vote.

"Faire justice est l'objectif le plus noble, un objectif que nous poursuivrons, fidèles à la mémoire des martyrs", a-t-il ajouté. "J'agirai comme me le dictent ma conscience, mes valeurs morales et ma loyauté envers Rafic Hariri".

Juste avant le vote de confiance, l'opposition a accusé M. Mikati de rester les bras croisés devant le Hezbollah qui accuse le tribunal de faire partie d'un complot israélo-américain visant à détruire le mouvement chiite.

"M. Mikati, vous êtes restés silencieux quand un groupe armé a mis la main sur l'Etat et quand il a fait fi de la légitimité internationale et des appels de nombreux Libanais pour la justice", a lancé le député et ancien Premier ministre Fouad Siniora, du groupe parlementaire de Saad Hariri.

"Rafic Hariri n'accorde pas sa confiance" au gouvernement, a-t-il ajouté, en citant le nom du Premier ministre assassiné en 2005 à Beyrouth.

En janvier, le Hezbollah, classé sur la liste américaine des organisations terroristes, et ses alliés avaient fait tomber le gouvernement de Saad Hariri après avoir tenté en vain de le pousser à désavouer le TSL.

Le Hezbollah, à qui le camp pro-occidental reproche de vouloir imposer sa volonté sur le Liban par la force de son arsenal, a alors été accusé par ses détracteurs d'avoir mené un "coup d'Etat".

Grâce à un changement d'alliances de certains députés influents, le camp du parti chiite est devenu majoritaire au Parlement et au cabinet Mikati.

Le vote de confiance a eu lieu après trois jours de débats houleux au Parlement, les députés du Hezbollah s'en prenant violemment au tribunal international et ceux de l'opposition tirant à boulets rouges sur le gouvernement Mikati.

"Ce qu'on appelle justice internationale est un grand mensonge", a ainsi lancé Ali Fayyad, député du Hezbollah.

Mardi, le chef de la défense du TSL, François Roux, a appelé les quatre membres du Hezbollah faisant l'objet de mandats d'arrêt de consulter "le plus vite possible" un avocat.
 

Première publication : 07/07/2011

  • LIBAN

    Le Hezbollah rejette en bloc le TSL et ses accusations "nulles et non avenues"

    En savoir plus

  • LIBAN

    Assassinat de Rafic Hariri : quatre proches du Hezbollah dans le collimateur du TSL

    En savoir plus

  • LIBAN

    L'ombre de Bachar al-Assad plane sur le nouveau gouvernement libanais

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)