Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Moyen-orient

Le Premier ministre Mikati affirme que son gouvernement va coopérer avec le TSL

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/07/2011

Dominé par le camp du Hezbollah, le gouvernement formé par le Premier ministre libanais Najib Mikati a obtenu la confiance du Parlement. Les députés de l'opposition pro-Hariri ont quitté la salle avant le vote.

AFP - Le Premier ministre libanais Najib Mikati, dont le gouvernement dominé par le camp du Hezbollah a été investi jeudi, a affirmé sa volonté de coopérer avec le tribunal de l'ONU qui a mis en cause des membres du parti chiite dans l'assassinat du dirigeant Rafic Hariri.

Soixante-huit députés ont accordé la confiance au Parlement (sur 128 au total) où le puissant mouvement armé du Hezbollah et ses alliés ont la majorité. Les députés de l'opposition emmenée par l'ancien Premier ministre Saad Hariri, fils de Rafic Hariri, ont quitté la salle juste avant le vote.

Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), qui a émis des mandats d'arrêt contre quatre membres du Hezbollah, divise le pays. Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a exclu l'arrestation de ses quatre membres alors que l'opposition exige du gouvernement qu'il s'engage à respecter les décisions du TSL.

"Le gouvernement (...) continuera sa coopération (avec le tribunal) conformément à la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU ayant créé ce tribunal pour servir la justice", a dit M. Mikati, dans un discours ayant précédé le vote.

"Faire justice est l'objectif le plus noble, un objectif que nous poursuivrons, fidèles à la mémoire des martyrs", a-t-il ajouté. "J'agirai comme me le dictent ma conscience, mes valeurs morales et ma loyauté envers Rafic Hariri".

Juste avant le vote de confiance, l'opposition a accusé M. Mikati de rester les bras croisés devant le Hezbollah qui accuse le tribunal de faire partie d'un complot israélo-américain visant à détruire le mouvement chiite.

"M. Mikati, vous êtes restés silencieux quand un groupe armé a mis la main sur l'Etat et quand il a fait fi de la légitimité internationale et des appels de nombreux Libanais pour la justice", a lancé le député et ancien Premier ministre Fouad Siniora, du groupe parlementaire de Saad Hariri.

"Rafic Hariri n'accorde pas sa confiance" au gouvernement, a-t-il ajouté, en citant le nom du Premier ministre assassiné en 2005 à Beyrouth.

En janvier, le Hezbollah, classé sur la liste américaine des organisations terroristes, et ses alliés avaient fait tomber le gouvernement de Saad Hariri après avoir tenté en vain de le pousser à désavouer le TSL.

Le Hezbollah, à qui le camp pro-occidental reproche de vouloir imposer sa volonté sur le Liban par la force de son arsenal, a alors été accusé par ses détracteurs d'avoir mené un "coup d'Etat".

Grâce à un changement d'alliances de certains députés influents, le camp du parti chiite est devenu majoritaire au Parlement et au cabinet Mikati.

Le vote de confiance a eu lieu après trois jours de débats houleux au Parlement, les députés du Hezbollah s'en prenant violemment au tribunal international et ceux de l'opposition tirant à boulets rouges sur le gouvernement Mikati.

"Ce qu'on appelle justice internationale est un grand mensonge", a ainsi lancé Ali Fayyad, député du Hezbollah.

Mardi, le chef de la défense du TSL, François Roux, a appelé les quatre membres du Hezbollah faisant l'objet de mandats d'arrêt de consulter "le plus vite possible" un avocat.
 

Première publication : 07/07/2011

  • LIBAN

    Le Hezbollah rejette en bloc le TSL et ses accusations "nulles et non avenues"

    En savoir plus

  • LIBAN

    Assassinat de Rafic Hariri : quatre proches du Hezbollah dans le collimateur du TSL

    En savoir plus

  • LIBAN

    L'ombre de Bachar al-Assad plane sur le nouveau gouvernement libanais

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)