Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Economie

Vague d'arrestations dans les rangs d'Anonymous

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 08/07/2011

Depuis près d'un mois, les arrestations de membres présumés d'Anonymous se multiplient dans le monde. Jeudi, la police italienne a interpellé 15 personnes suspectées d'être liées au célèbre groupe de "cyberhacktivistes".

La police italienne a mené, jeudi soir, une opération qui a abouti à l'arrestation de 15 personnes, toutes présentées comme des membres du collectif de "cyberhacktivistes" Anonymous. Un coup de filet qui intervient après plusieurs mois d'attaques informatiques visant des sites Internet du gouvernement italien et de Mediaset, l’empire médiatique du président du Conseil, Silvio Berlusconi.

Les individus interpellés ont tous moins de 28 ans, cinq sont mineurs. L’un d’eux, un Italo-Suisse de 26 ans, connu sur la Toile sous le nom de "Phre", a été présenté par la police comme le "chef de file" des Anonymous en Italie.

Il y a trois semaines, 32 membres présumés du célèbre groupe de hackers masqués  avaient déjà été arrêtés en Turquie. Début juin, les gardes civils espagnols avait quant à eux interpellé trois personnes soupçonnées d’avoir trempé dans les très médiatiques attaques informatiques contre les serveurs de jeux en ligne de Sony. Des opérations "coup de poing" qui témoignent de la diligence avec laquelle les autorités entendent désormais s'attaquer aux poils à gratter de l'ère numérique.

"Ces cyberhacktivistes ont tout d’abord profité d’un énorme buzz en raison de leurs actions, explique à FRANCE 24 un expert en sécurité qui requiert l'anonymat. Mais, aujourd'hui, cette exposition médiatique commence à leur coûter cher." De fait, avant tout le battage médatique suscité par l'action des Anonymous, les polices et gouvernements "se concentraient surtout sur la cybercriminalité [vols de numéros de cartes de crédit, spams, ndlr]". En clair, poursuivre les personnes qui s'en prennent à des sites Internet n’était pas considéré comme prioritaire.

Pas impressionnés

La bascule remonte à l’affaire Sony, en avril dernier. Des cybercriminels avaient alors réussi à dérober les données personnelles de plusieurs dizaines de millions d’utilisateurs des plateformes de jeux en ligne du célèbre groupe japonais. Jusque-là cantonnés à des activités entraînant la fermeture des sites de personnes ou d’organisations ne leur revenant pas, les Anonymous ont rapidement été soupçonnés d’être à l'origine du vaste forfait.

Les semaines suivantes, c'est la nébuleuse baptisée LulzSec qui viendra défrayer la chronique. En 50 jours, ces hackers ont fait tomber des dizaines de site Internet et raflé au passage les données personnelles de millions d’internautes… Tout ça pour le "fun". Un "serial-hacking" qui a "donné l’impression que ces 'hacktivistes' pouvaient contrôler Internet", précise à FRANCE 24 Laurent Heslaut, spécialiste de la sécurité des réseaux chez Symantec, une société américaine de sécurité informatique.

Les Anonymous ne semblent pas cependant vouloir se laisser impressionner par cette campagne policière. Ils viennent d’annoncer le lancement d’une "opération Italie" en réponse aux arrestations intervenues jeudi. Une menace à prendre au sérieux puisque, le 4 juillet, le groupe est parvenu à bloquer environ 1 000 sites turques simultanément.

La société de sécurité informatique PandaLabs a pour sa part estimé que la période d’avril à juin a été l’une des "pires en matière de cybersécurité" notamment grâce à l’activisme d’Anonymous et LulzSec.

Première publication : 08/07/2011

  • INTERNET

    LulzSec est mort, vive Anonymous !

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    Sony reconnaît le vol numérique de cartes de crédit

    En savoir plus

  • INTERNET

    Les trublions de 4chan sortent l'artillerie lourde contre l'industrie du cinéma et de la musique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)