Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le "vendredi noir" débarque en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : "je ne suis pas à vendre"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Morgan Tsvangirai met en garde contre une extension du système Mugabe

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants esclaves en Libye : l'Europe coupable ?

En savoir plus

POLITIQUE

Emmanuel Macron face aux maires : jacobin ou girondin?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seal : "C’est un honneur pour moi de chanter des classiques du jazz"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : une ouverture au tourisme sans danger?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Poutine, maître du jeu en Syrie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le manque de 'culture financière' des Français"

En savoir plus

Afrique

Le président Mohamed Morsi annule la dissolution de l'Assemblée du peuple

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/07/2012

Le nouveau président égyptien Mohamed Morsi a décidé, ce dimanche, d'annuler l'arrêt pris le 15 juin dernier dissolvant l'Assemblée du peuple. Le Parlement devra se réunir à nouveau jusqu'à ce qu'une nouvelle Assemblée soit élue.

REUTERS - Le président égyptien Mohamed Morsi, issu des rangs des Frères musulmans, a ordonné dimanche par décret que le parlement, dissous par décision de justice, se réunisse à nouveau jusqu'à ce qu'une nouvelle assemblée soit élue.

Une décision qui crée la polémique dans les rues du Caire



"Le président Mohamed Morsi a ordonné la reconvocation des sessions du parlement élu", a déclaré un de ses collaborateurs, Yasser Ali, lisant un communiqué de la présidence.

De nouvelles élections parlementaires auront lieu dans un délai de 60 jours suivant la promulgation de la nouvelle constitution, a-t-il ajouté.

Selon l'agence de presse officielle MENA, les militaires du Conseil suprême des forces armées (CSFA), qui ont dirigé la transition depuis la chute d'Hosni Moubarak en février 2011, se sont aussitôt réunis pour "étudier et débattre des répercussions de la décision du président Mohamed Morsi de réunir à nouveau le parlement".

Cette réunion, précise l'agence, était présidée par le maréchal Hussein Tantaoui, président du CSFA.

La Haut cour constitutionnelle d'Egypte a provoqué la dissolution du parlement le mois dernier au motif d'irrégularités dans le déroulement du long scrutin qui a eu lieu l'hiver dernier.

Cette décision, prise quelques jours avant le second tour de l'élection présidentielle remporté par le candidat des Frères musulmans, avait été interprétée comme le signe d'une tentative des militaires de préserver leurs prérogatives.

PORTRAIT
Mohamed Morsi a prêté serment le 30 juin et est devenu lepremier chef de l'Etat du pays le plus peuplé du monde arabe à ne pas sortir des rangs de la puissante armée. Mais, en l'absence de parlement, n'a pas la capacité de faire adopter des lois.

Face à la dissolution du Parlement, doublée d'une réduction des prérogatives présidentielles décidée par le CSFA, les Frères musulmans avaient du reste dénoncé un "coup d'Etat".

"Nous ne pouvons accepter d'avoir un président sans aucun pouvoir. Il s'agit de revenir sur les restrictions (imposées par les militaires) afin que le président Morsi soit en mesure de tenir les promesses qu'il a faites au peuple", déclarait notamment Essam Haddad, responsable de la confrérie et conseiller de Morsi.

Dans les jours ayant précédé l'investiture du nouveau président, l'armée égyptienne et les Frères musulmans ont tenté de rapprocher leurs positions.

Il semblait alors probable que seules les candidatures individuelles au Parlement - celles qui ont été invalidées par la Haute Cour constitutionnelle - feraient l'objet d'un nouveau scrutin, avec l'avantage d'éviter de repartir de zéro et de devoir réélire la totalité de l'Assemblée, y compris les élus au scrutin de liste.

Première publication : 08/07/2012

  • ÉGYPTE

    Une première dame égyptienne d'un nouveau style

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Le Frère musulman Mohamed Morsi investi président

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    La présidence de Mohammed Morsi fait craindre la fin du statu quo avec Israël

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)