Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Berlusconi condamné à rester avec des gens de son âge"

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

  • En direct : démonstration de force des pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

Afrique

Abdoulaye Wade va renvoyer l'ex-président Hissène Habré au Tchad

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/07/2011

Le président sénégalais Abdoulaye Wade a informé son homologue tchadien Idriss Déby que l'ex-président Hissène Habré serait renvoyé ce lundi dans son pays par un avion spécial. Renversé en 1990, l'ancien dictateur vit en exil au Sénégal.

AFP - L'ex-président tchadien Hissène Habré, réfugié au Sénégal depuis sa chute en 1990 et poursuivi pour crimes contre l'humanité, va être renvoyé dans son pays d'origine lundi 11 juillet par un vol spécial pour y être jugé.

Mais plusieurs organisations de défense des droits de l'Homme ont très vite critiqué cette décision, doutant que M. Habré, 69 ans, puisse bénéficier d'un procès équitable au Tchad.

"Le gouvernement de la République du Tchad porte à la connaissance de l'opinion nationale et internationale ce qui suit: par lettre (...) du 5 juillet 2011, le président Abdoulaye Wade informe son ami le président (Idriss) Deby (Itno) de sa décision de renvoyer dans son pays d'origine M. Hissène Habré le lundi 11 juillet par un vol spécial affrété par le gouvernement sénégalais", indique un communiqué du gouvernement tchadien qui "prend acte de cette décision".

"Par conséquent toutes les dispositions seront prises pour l'accueil de M. Hissène Habré sur le territoire national", indique le texte.

"Par ailleurs, le gouvernement prendra attache avec l'Union africaine (UA), les ADH (associations des droits de l'homme) intéressées, ainsi que les victimes, pour l'organisation d'un procès équitable au Tchad", conclut le communiqué.

Le porte-parole du gouvernement sénégalais, Moustapha Guirassy, a confirmé l'annonce du retour de M. Habré.

Selon lui, "l'extradition de Hissène Habré le 11 juillet (se fera) par avion spécial, en présence d'un représentant du président de la Commission de l'Union africaine (Jean Ping) et d'un représentant de la Conférence des chefs d'Etat". M. Guirassy n'a pas précisé si M. Habré était encore à son domicile de Dakar ou déjà aux mains des autorités sénégalaises.

"L'UA a donné un mandat au Sénégal pour juger Hissène Habré ou l'extrader et nous avons signé et ratifié des conventions contre la torture. Nous ne voulons pas être en faute par rapport à cette injonction de l'UA", a indiqué le porte-parole.

"Dans une résolution (annexe) adoptée dans le cadre de son sommet le 1er juillet 2011 à Malabo en Guinée Équatoriale, l'Union africaine a demandé au Sénégal de juger rapidement l'ancien dictateur tchadien ou de l'extrader", avait affirmé l'ONG Human Rights Watch dans un communiqué le 2 juillet.

Vendredi, cette organisation de défense des droits de l'homme a déploré la décision du Sénégal de renvoyer M. Habré au Tchad et non en Belgique.

"Les victimes de Habré se battent depuis vingt ans pour qu'il soit jugé mais c'est fondamental qu'il ait un procès équitable. Nous nous sommes toujours opposé à l'idée de l'envoyer au Tchad. Nous pensions que les conditions ne sont pas réunies aujourd'hui pour qu'il ait un procès équitable au Tchad", a déclaré à l'AFP l'avocat Reed Brody, un responsable de Human Rights Watch.

Hissène Habré "a déjà été condamné à mort par contumace pour d'autres crimes et nous espérons que le gouvernement tchadien va le renvoyer en Belgique où il pourrait avoir un procès équitable", a ajouté M. Brody.

La Belgique avait porté plainte contre le Sénégal en 2009 demandant qu'il juge ou extrade Hissène Habré.

Pour la Rencontre africaine pour la défense des droits de l'homme (Raddho), une ONG panafricaine basée à Dakar, "on amène tout simplement Hissène Habré à l'abattoir. Au Tchad, Hissène Habré ne va jouir d'aucune garantie d'un procès équitable".

Hissène Habré, qui a dirigé le Tchad de 1982 jusqu'à son renversement en 1990, est réfugié au Sénégal depuis sa chute. Il est accusé de crimes contre l'humanité, crimes de guerre et torture.

En 2006, l'UA avait demandé au Sénégal de juger Hissène Habré "au nom de l'Afrique", ce que le président sénégalais avait accepté, mais aucune information judiciaire n'a été ouverte.

 

Première publication : 08/07/2011

  • Sénégal : le procès d'Hissène Habré aura-t-il lieu ?

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Robert Bourgi confirme que le fils du président Wade a demandé l'intervention de l'armée française

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    "De la lassitude, les Sénégalais passent à la contestation directe"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)