Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

Abdoulaye Wade va renvoyer l'ex-président Hissène Habré au Tchad

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/07/2011

Le président sénégalais Abdoulaye Wade a informé son homologue tchadien Idriss Déby que l'ex-président Hissène Habré serait renvoyé ce lundi dans son pays par un avion spécial. Renversé en 1990, l'ancien dictateur vit en exil au Sénégal.

AFP - L'ex-président tchadien Hissène Habré, réfugié au Sénégal depuis sa chute en 1990 et poursuivi pour crimes contre l'humanité, va être renvoyé dans son pays d'origine lundi 11 juillet par un vol spécial pour y être jugé.

Mais plusieurs organisations de défense des droits de l'Homme ont très vite critiqué cette décision, doutant que M. Habré, 69 ans, puisse bénéficier d'un procès équitable au Tchad.

"Le gouvernement de la République du Tchad porte à la connaissance de l'opinion nationale et internationale ce qui suit: par lettre (...) du 5 juillet 2011, le président Abdoulaye Wade informe son ami le président (Idriss) Deby (Itno) de sa décision de renvoyer dans son pays d'origine M. Hissène Habré le lundi 11 juillet par un vol spécial affrété par le gouvernement sénégalais", indique un communiqué du gouvernement tchadien qui "prend acte de cette décision".

"Par conséquent toutes les dispositions seront prises pour l'accueil de M. Hissène Habré sur le territoire national", indique le texte.

"Par ailleurs, le gouvernement prendra attache avec l'Union africaine (UA), les ADH (associations des droits de l'homme) intéressées, ainsi que les victimes, pour l'organisation d'un procès équitable au Tchad", conclut le communiqué.

Le porte-parole du gouvernement sénégalais, Moustapha Guirassy, a confirmé l'annonce du retour de M. Habré.

Selon lui, "l'extradition de Hissène Habré le 11 juillet (se fera) par avion spécial, en présence d'un représentant du président de la Commission de l'Union africaine (Jean Ping) et d'un représentant de la Conférence des chefs d'Etat". M. Guirassy n'a pas précisé si M. Habré était encore à son domicile de Dakar ou déjà aux mains des autorités sénégalaises.

"L'UA a donné un mandat au Sénégal pour juger Hissène Habré ou l'extrader et nous avons signé et ratifié des conventions contre la torture. Nous ne voulons pas être en faute par rapport à cette injonction de l'UA", a indiqué le porte-parole.

"Dans une résolution (annexe) adoptée dans le cadre de son sommet le 1er juillet 2011 à Malabo en Guinée Équatoriale, l'Union africaine a demandé au Sénégal de juger rapidement l'ancien dictateur tchadien ou de l'extrader", avait affirmé l'ONG Human Rights Watch dans un communiqué le 2 juillet.

Vendredi, cette organisation de défense des droits de l'homme a déploré la décision du Sénégal de renvoyer M. Habré au Tchad et non en Belgique.

"Les victimes de Habré se battent depuis vingt ans pour qu'il soit jugé mais c'est fondamental qu'il ait un procès équitable. Nous nous sommes toujours opposé à l'idée de l'envoyer au Tchad. Nous pensions que les conditions ne sont pas réunies aujourd'hui pour qu'il ait un procès équitable au Tchad", a déclaré à l'AFP l'avocat Reed Brody, un responsable de Human Rights Watch.

Hissène Habré "a déjà été condamné à mort par contumace pour d'autres crimes et nous espérons que le gouvernement tchadien va le renvoyer en Belgique où il pourrait avoir un procès équitable", a ajouté M. Brody.

La Belgique avait porté plainte contre le Sénégal en 2009 demandant qu'il juge ou extrade Hissène Habré.

Pour la Rencontre africaine pour la défense des droits de l'homme (Raddho), une ONG panafricaine basée à Dakar, "on amène tout simplement Hissène Habré à l'abattoir. Au Tchad, Hissène Habré ne va jouir d'aucune garantie d'un procès équitable".

Hissène Habré, qui a dirigé le Tchad de 1982 jusqu'à son renversement en 1990, est réfugié au Sénégal depuis sa chute. Il est accusé de crimes contre l'humanité, crimes de guerre et torture.

En 2006, l'UA avait demandé au Sénégal de juger Hissène Habré "au nom de l'Afrique", ce que le président sénégalais avait accepté, mais aucune information judiciaire n'a été ouverte.

 

Première publication : 08/07/2011

  • Sénégal : le procès d'Hissène Habré aura-t-il lieu ?

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Robert Bourgi confirme que le fils du président Wade a demandé l'intervention de l'armée française

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    "De la lassitude, les Sénégalais passent à la contestation directe"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)