Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Afrique

Khartoum reconnaît l'indépendance du Sud-Soudan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/07/2011

Khartoum vient de reconnaître officiellement la République du Sud-Soudan à la veille de son indépendance et s'engage à mettre en œuvre l'accord de paix signé en 2005 qui a mis fin à des années de guerre.

AFP - Le Soudan a reconnu vendredi la République du Sud-Soudan, à la veille de l'indépendance de cette nouvelle nation, figurant parmi les premiers pays à le faire.

"La République du Soudan annonce qu'elle reconnaît la République du Sud-Soudan en tant qu'Etat indépendant, sur les frontières du 1er janvier 1956", a déclaré à la télévision d'Etat le ministre des Affaires présidentielles Bakri Hassan Saleh.

Carte du Soudan

"Le gouvernement soudanais s'engage à mettre en oeuvre l'accord de paix (CPA de 2005, NDLR) et à régler toutes les questions post-référendaires", a-t-il ajouté.

L'accord de paix signé en 2005 sous la pression notamment des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne a mis fin à un conflit dévastateur de 22 ans entre le Nord et le Sud, et ouvert la voie au référendum sur l'indépendance du Sud-Soudan, organisé en janvier.

Près de 99% des sudistes ont opté pour la sécession au cours de ce vote qui s'est déroulé sans incidents majeurs et dont Khartoum a promis qu'il accepterait les résultats.

Depuis, les deux parties ne sont néanmoins pas parvenues à se mettre d'accord sur un certain nombre de questions-clés, en particulier sur les recettes pétrolières, sur la délimitation des frontières et sur le statut de la région disputée d'Abyei.

Le président soudanais Omar el-Béchir avait promis, après le référendum, que son gouvernement serait le premier à reconnaître un Sud-Soudan indépendant.

Le dirigeant, qui est sous le coup de mandats d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) notamment pour génocide, a confirmé qu'il allait assister à la cérémonie de samedi, souhaitant que le nouveau pays soit "stable et sûr".

Le président allemand, Christian Wulff, a également officiellement reconnu vendredi le Sud-Soudan, dans une lettre au président sudiste Salva Kiir, affirmant : "L'Allemagne souhaite la bienvenue au Sud-Soudan en tant que nouveau membre de la communauté des pays libres et indépendants dans le monde".

Le Sud-Soudan se pose la question du nom du nouveau du pays et de son hymne

Première publication : 08/07/2011

  • SOUDAN

    Le Nord et le Sud trouvent un accord sur la démilitarisation de la région d'Abyei

    En savoir plus

  • SUD-SOUDAN

    Les électeurs approuvent la sécession à la quasi-unanimité

    En savoir plus

  • SOUDAN

    Omar el-Béchir s'engage à "coopérer" avec le Sud

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)