Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Selon Pierre-René Lemas (CDC), il faut commencer à baisser les impôts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditerranée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'y pense et puis j'oublie "

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les nouveaux boat people"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Après Google, Gazprom dans le viseur de Bruxelles

En savoir plus

DÉBAT

Naufrages de migrants, l'Europe face à l'urgence (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Naufrages de migrants, l'Europe face à l'urgence (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Reprise des manifestations en Guinée

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Reconnaissance du génocide des Arméniens : quel rôle joue la France ?

En savoir plus

Afrique

Khartoum reconnaît l'indépendance du Sud-Soudan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/07/2011

Khartoum vient de reconnaître officiellement la République du Sud-Soudan à la veille de son indépendance et s'engage à mettre en œuvre l'accord de paix signé en 2005 qui a mis fin à des années de guerre.

AFP - Le Soudan a reconnu vendredi la République du Sud-Soudan, à la veille de l'indépendance de cette nouvelle nation, figurant parmi les premiers pays à le faire.

"La République du Soudan annonce qu'elle reconnaît la République du Sud-Soudan en tant qu'Etat indépendant, sur les frontières du 1er janvier 1956", a déclaré à la télévision d'Etat le ministre des Affaires présidentielles Bakri Hassan Saleh.

Carte du Soudan

"Le gouvernement soudanais s'engage à mettre en oeuvre l'accord de paix (CPA de 2005, NDLR) et à régler toutes les questions post-référendaires", a-t-il ajouté.

L'accord de paix signé en 2005 sous la pression notamment des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne a mis fin à un conflit dévastateur de 22 ans entre le Nord et le Sud, et ouvert la voie au référendum sur l'indépendance du Sud-Soudan, organisé en janvier.

Près de 99% des sudistes ont opté pour la sécession au cours de ce vote qui s'est déroulé sans incidents majeurs et dont Khartoum a promis qu'il accepterait les résultats.

Depuis, les deux parties ne sont néanmoins pas parvenues à se mettre d'accord sur un certain nombre de questions-clés, en particulier sur les recettes pétrolières, sur la délimitation des frontières et sur le statut de la région disputée d'Abyei.

Le président soudanais Omar el-Béchir avait promis, après le référendum, que son gouvernement serait le premier à reconnaître un Sud-Soudan indépendant.

Le dirigeant, qui est sous le coup de mandats d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) notamment pour génocide, a confirmé qu'il allait assister à la cérémonie de samedi, souhaitant que le nouveau pays soit "stable et sûr".

Le président allemand, Christian Wulff, a également officiellement reconnu vendredi le Sud-Soudan, dans une lettre au président sudiste Salva Kiir, affirmant : "L'Allemagne souhaite la bienvenue au Sud-Soudan en tant que nouveau membre de la communauté des pays libres et indépendants dans le monde".

Le Sud-Soudan se pose la question du nom du nouveau du pays et de son hymne

Première publication : 08/07/2011

  • SOUDAN

    Le Nord et le Sud trouvent un accord sur la démilitarisation de la région d'Abyei

    En savoir plus

  • SUD-SOUDAN

    Les électeurs approuvent la sécession à la quasi-unanimité

    En savoir plus

  • SOUDAN

    Omar el-Béchir s'engage à "coopérer" avec le Sud

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)