Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Retour chahuté du général Mokoko, candidat à la présidentielle, à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Le Maroc épargné par les terroristes mais délaissé par les touristes

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

"Brexit" : être ou ne pas être dans l'UE

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Claude Lelouch : "Je travaille avec un grand scénariste qui s’appelle la vie"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Crise des migrants : l'impasse de Calais

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Nikkei chute brutalement, pénalisé par un yen fort

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Syrie: agissons"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Agriculture: l'Europe, bouc émissaire ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Cahuzac : le "paria" devant la justice

En savoir plus

Moyen-orient

L'ambassadeur de France en Syrie s'est rendu dans la ville assiégée de Hama

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/07/2011

Eric Chevallier, ambassadeur de France en Syrie, s'est rendu jeudi dans la ville de Hama où la contestation au régime de Damas est durement réprimée par les forces de sécurité. L'ambassadeur américain s'est également rendu à Hama ce jour-là.

AFP - L'ambassadeur de France en Syrie, Eric Chevallier, s'est rendu jeudi dans la ville de Hama, centre actuel de la contestation contre le régime de Bachar al-Assad, pour témoigner de "l'engagement de la France aux côté des victimes", a annoncé vendredi Paris.

"L'ambassadeur de France en Syrie s'est effectivement rendu à Hama hier. Eric Chevallier s'est rendu notamment dans l'un des principaux hôpitaux de la ville où il a rencontré les équipes médicales, des blessés et leurs familles", a déclaré à la presse le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero.

"Il y est allé pour manifester l'engagement de la France aux côtés des victimes, de la population civile", a précisé le porte-parole. "La France rappelle sa préoccupation concernant le sort des habitants de la ville de Hama et sa condamnation des violences exercées en Syrie par les autorités contre les manifestants et la population civile", a ajouté Bernard Valero.

Jeudi, le département d'Etat américain avait fait savoir que l'ambassadeur des Etats-Unis en Syrie, Robert Ford, s'était lui aussi rendu à Hama, s'attirant une vive réplique des autorités syriennes.

"La présence de l'ambassadeur américain à Hama sans autorisation préalable est une preuve claire de l'implication des Etats-Unis dans les évènements en cours et de leur tentative d'inciter à faire monter (la tension), ce qui nuit à la sécurité et à la stabilité en Syrie", a déclaré le ministère syrien des Affaires étrangères dans un communiqué.

"La Syrie met en garde contre de tels comportements irresponsables, et affirme sa détermination à continuer de prendre toutes les mesures susceptibles de ramener le calme et la stabilité dans le pays", ajoute le ministère.

Plus de 150.000 manifestants se trouvaient encore vendredi sur la place al-Assi à Hama, ont indiqué des militants des droits de l'Homme. La ville est depuis 1982 un symbole historique, après la répression d'une révolte du mouvement interdit des Frères musulmans contre le président Hafez al-Assad, père de Bachar, qui avait fait 20.000 morts.

Première publication : 08/07/2011

  • SYRIE

    Damas accuse les États-Unis d'aviver les tensions

    En savoir plus

  • SYRIE

    Des centaines de personnes fuient la ville de Hama, assiégée par l'armée

    En savoir plus

  • SYRIE

    Freedom WoBas, arme de dérision massive contre le régime syrien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)