Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Primaire PS : Cafouillage autour de la participation

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dominique Dalcan, pionnier de la French touch

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, avec les forces spéciales françaises

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Trump lance son offensive protectionniste

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump à la Maison-Blanche: ça commence mal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Autriche : Alexander Van Der Bellen s'installe à la tête du pays

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Syrie : nouveau round de négociations à Astana

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matthieu Ricard : "C'est l'économie qui est au service de la société et non l'inverse"

En savoir plus

EUROPE

Le FMI débloque 3,2 milliards d'euros pour la Grèce

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/07/2011

Le Fonds monétaire international a débloqué, vendredi, 3,2 milliards d'euros pour la Grèce, dans le cadre d'un prêt de 30 milliards d'euros accordé au pays en mai 2010.

AFP - Le Fonds monétaire international a annoncé vendredi qu'il débloquait la cinquième tranche de son prêt à la Grèce, pour un montant de 3,2 milliards d'euros.
              
Le FMI a indiqué dans un communiqué que son conseil d'administration avait voté pour mettre cette somme à disposition d'Athènes, dans le cadre d'un prêt de 30 milliards d'euros accordé en mai 2010.
              
La directrice générale du Fonds, Christine Lagarde, citée dans le communiqué, a affirmé que la Grèce ne se sortirait de la crise dans laquelle elle est plongée que si les créanciers privés participaient à son sauvetage.
              
"La viabilité de la Grèce dépend essentiellement d'une mise en oeuvre vigoureuse et dans les délais du programme d'ajustement, sans laisser de place aux dérapages, de la poursuite du soutien des partenaires européens et de l'implication du secteur privé", a-t-elle expliqué.
              
Elle a encouragé le gouvernement grec à rester ferme.
              
"Le programme donne des résultats importants: le déficit budgétaire est en train de baisser, l'économie de se rééquilibrer et la compétitivité de s'améliorer", a affirmé Mme Lagarde.
              
"Cependant, avec beaucoup de réformes structurelles toujours à mettre en oeuvre, des défis considérables demeurent pour la politique économique", a-t-elle ajouté.
              
Selon elle, "la mise en oeuvre des réformes structurelles doit être accélérée. Cela contribuera à obtenir des synergies, comme celles entre les privatisations et la réduction des barrières administratives à l'investissement".
              
Parmi les éléments ayant besoin d'être réformés, elle a cité "le poids élevé de la fiscalité sur le travail et le système judiciaire inefficace".

Première publication : 09/07/2011

  • ZONE EURO

    La Grèce est-elle victime d'une politique néocoloniale ?

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Un "même mécanisme" est à l’œuvre au Portugal et en Grèce

    En savoir plus

  • FMI

    Dans son premier discours, Christine Lagarde appelle les Grecs à l'unité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)