Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Afrique

Le nouveau président promet d'œuvrer pour la paix

Vidéo par Marina BERTSCH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/07/2011

Le président sud-soudanais Salva Kiir s'est engagé à trouver une "paix juste et durable pour tous" dans le premier discours qu'il a prononcé depuis l'accession de son pays à l'indépendance, samedi.

AFP - Le président sud-soudanais Salva Kiir a appelé samedi ses compatriotes à pardonner après les longues années de guerre civile avec le Nord et à donner "des fondations solides" à leur nation, dans son premier discours à Juba après la proclamation de l'indépendance.
              
"Un jour heureux comme celui-là ne devrait pas être terni par de mauvais souvenirs. Mais il est important de se rappeler que cette terre a souffert pendant plusieurs générations (...) Nous devons pardonner, même si nous n'oublierons pas", a affirmé M. Kiir.
              

Qui est Salva Kiir ?

"A partir d'aujourd'hui, nous n'avons plus de bouc-émissaire à blâmer. Il est de notre responsabilité de nous protéger ainsi que nos terres et nos ressources", a-t-il ajouté devant des milliers de sudistes en liesse.
              
"Nos martyrs ne sont pas morts en vain. Nous avons attendu ce jour pendant plus de 56 ans. Il sera à jamais gravé dans nos coeurs et nos pensées", a-t-il par ailleurs souligné.
              
L'accession à l'indépendance intervient après plus de 50 ans de guerre - entrecoupée par une période d'accalmie de quelques années - entre les rebelles sudistes et les gouvernements successifs de Khartoum, un conflit qui a dévasté la région, fait des millions de morts et créé une méfiance réciproque.
              
"Nos détracteurs estiment que nous sommes perdus (...) Ils disent que nous allons plonger dans la guerre civile aussi vite que notre drapeau sera hissé", a-t-il souligné, réitérant son offre d'amnistie à l'intention des rebelles combattant l'armée sudiste qui abandonneraient les armes.
              
Un autre problème majeur pour le Sud-Soudan est la sécurité au niveau de ses frontières avec le Nord, notamment le long de l'Etat nordiste du Kordofan-Sud, en proie à des violences depuis le 5 juin.
              
M. Kiir a appelé dans cette perspective à travailler en faveur de la paix dans tout le Soudan : "Je peux assurer à la population d'Abyei, du Darfour, du Nil bleu, du Kordofan-Sud que nous ne l'oublions pas. Quand vous pleurez, nous pleurons, quand vous saignez, nous saignons".
              
"Je m'engage devant vous aujourd'hui à ce que nous trouvions une paix juste et durable pour tous", a-t-il martelé.
              

Juba célèbre l'indépendance
La province d'Abyei est revendiquée à la fois par le Nord et le Sud-Soudan.  Les forces du gouvernement de Khartoum ont occupé Abyei le 21 mai et plus de 100.000 personnes ont depuis fui vers le Sud. Le gouvernement soudanais et le gouvernement du Sud-Soudan ont conclu un accord le 20 juin prévoyant la démilitarisation de ce territoire.
              
Le Darfour, dans l'ouest du Soudan, est en proie pour sa part depuis 2003 à une guerre civile ayant fait 300.000 morts selon les évaluations de l'ONU -10.000 d'après Khartoum- et au moins 1,8 million de déplacés.
              
                  



Première publication : 09/07/2011

  • SUD-SOUDAN

    L'indépendance suscite de nombreux espoirs chez les Sud-Soudanais

    En savoir plus

  • SOUDAN

    Le Nord et le Sud trouvent un accord sur la démilitarisation de la région d'Abyei

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)