Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Espagne : le difficile combat contre les violences faites aux femmes

En savoir plus

FACE À FACE

Présidence Macron : le début des ennuis ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Wallay", un voyage initiatique au Burkina Faso

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, le Rwanda et les secrets des archives"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Code du travail : menu minceur"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

De Rugy élu président de l'Assemblée : une occasion manquée pour la parité

En savoir plus

LE DÉBAT

PMA "pour toutes les femmes" : qu'implique l'avis du Comité d'éthique ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "Tant pis si la droite n'est pas une alternative incontournable au macronisme"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "François de Rugy se fera respecter car il est respectable"

En savoir plus

Asie - pacifique

Canberra va taxer les plus gros pollueurs australiens

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/07/2011

L'Australie a annoncé, ce dimanche, la mise en place d'une taxe sur les émissions de gaz à effet de serre. D'un montant de 23 dollars australiens par tonne émise, elle concernera les 500 plus importants pollueurs du pays.

AFP - Le gouvernement australien a annoncé dimanche qu'il allait mettre en place une taxe carbone de 23 dollars australiens (17,2 euros) par tonne émise, une fiscalité verte se rapprochant de celle existant en Europe, afin de lutter contre le réchauffement climatique.

Le Premier ministre, Julia Gillard, a l'intention d'imposer aux 500 premiers pollueurs du pays une taxe sur leurs émissions de gaz à effet de serre, dans le but de réduire la pollution, de modifier l'usage de l'énergie et de favoriser l'investissement dans les énergies propres.
              
Une taxe d'un montant fixe de 23 dollars australiens sera ainsi créée dès la mi-2012, préalable à la mise en place en 2015 d'un schéma d'échange de quotas d'émissions (ETS).
              
"En tant que nation, il nous faut fixer un prix à l'émission de carbone et créer un avenir énergétique propre", a déclaré Julia Gillard lors d'une conférence de presse à Canberra.
              
A partir de 2015, cette taxe cèdera la place à un schéma d'échange de quotas d'émissions aux prix variables, fixés par le marché. Un prix plancher et un prix maximum seront toutefois établis par le gouvernement pendant les trois premières années, afin d'éviter de brutales fluctuations.
              
Tony Wood, du groupe de réflexion Grattan Institute de l'université de Melbourne, voit dans le projet australien un "schéma d'échange de quotas d'émissions en devenir".
              
"Il me semble que c'est fondamentalement un ETS et qu'il se rapproche donc beaucoup de ce qui existe en Europe ou en Nouvelle Zélande", a-t-il ajouté, estimant que cet ETS serait le plus vaste hors d'Europe.
              
Julia Gillard, dont le gouvernement travailliste est actuellement au plus bas dans les sondages, estime que cette réforme incitera les principaux pollueurs à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.
              
En parallèle, le gouvernement créera une structure dotée d'un budget de 10 milliards de dollars canadiens et visant à financer des projets innovants dans les énergies renouvelables.

Première publication : 10/07/2011

COMMENTAIRE(S)