Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Leon Panetta effectue sa première visite en Afghanistan en tant que chef du Pentagone

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/07/2011

Leon Panetta a entamé samedi sa première visite en Afghanistan en tant que secrétaire à la Défense. Il s'est notamment félicité des progrès réalisés face aux Taliban dans le pays, dont 33 000 soldats américains doivent se retirer d'ici à 2012.

AFP - Le nouveau secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, a entamé samedi une visite en Afghanistan, à une période charnière avec le départ programmé des premiers renforts américains et les premiers transferts de la responsabilité de la sécurité aux forces afghanes.
              
Moins de dix jours après sa prise de fonctions à la suite de Robert Gates, M. Panetta se rend dans le pays au coeur des préoccupations du Pentagone et du président Barack Obama, déterminé à sortir la tête haute d'un conflit vieux de bientôt dix ans.
              
Al-Qaïda, dont le sanctuaire afghan avait justifié l'intervention dans le pays en octobre 2001, n'a jamais été aussi affaiblie et la "victoire stratégique" contre le réseau extrémiste est "à notre portée", s'est félicité le nouveau chef du Pentagone dans l'avion le menant à Kaboul.
              
M. Panetta a estimé que l'élimination de 10 à 20 des principaux responsables d'Al-Qaïda, dont son nouveau chef Ayman al-Zawahiri réfugié, selon lui, dans les zones tribales du Pakistan, pourrait lui porter un coup fatal.
              

"C'est le début, et non la fin, de nos efforts pour mettre fin à la guerre"

"Nous avons pu porter des coups à Al-Qaïda, nous avons pu par bien des aspects rendre l'Afghanistan à ses habitants plutôt que d'avoir les talibans aux commandes", s'est-il félicité.

Le général David Petraeus, commandant des forces de l'Otan en Afghanistan, a de son côté évalué à "de 50 à 100" militants la présence résiduelle d'Al-Qaïda dans le pays, essentiellement dans les provinces orientales de Kunar et du Nouristan.
              
Forts des progrès - contestés - que la coalition affirme avoir faits face aux talibans, Barack Obama a annoncé le retrait d'un tiers du contingent américain - 33.000 hommes - d'ici fin septembre 2012, dont 10.000 doivent quitter le pays d'ici fin 2011.
              
Près de 100.000 soldats américains sont stationnés en Afghanistan, aux côtés de 47.000 autres militaires de l'Otan, selon le Pentagone.
              
Ce début de retrait doit s'accompagner du transfert progressif de la responsabilité de la sécurité aux militaires et policiers afghans, dont les effectifs devraient atteindre 305.000 hommes en octobre.
              
Dans le cadre de ce processus dit "de transition", censé s'achever fin 2014 avec le départ des troupes combattantes de la coalition, l'Otan commencera à transmettre fin juillet la responsabilité de la sécurité à l'armée et à la police afghanes dans trois provinces et quatre villes du pays.
              
M. Panetta, pour qui "la clé du succès en Afghanistan est une transition réussie avec les Afghans", s'est entretenu dans la soirée avec le président afghan Hamid Karzaï.
              

L'Afghanistan est-il prêt pour le retrait américain ?
"Nous reconnaissons tous deux la nécessité d'un partenariat de longue durée" et d'une solution discrète des différents bilatéraux, a déclaré le secrétaire à la Défense. Le président afghan dénonce fréquemment en public certaines actions de la coalition, notamment la mort de civils afghans au cours d'opérations de l'Otan.
              
"Le principal travail va être non seulement de continuer à pourchasser les talibans et leur direction mais aussi de bâtir une force militaire en Afghanistan, qui puisse prendre en charge" la responsabilité de la sécurité, a estimé M. Panetta.
              
"Nous avons fait de bons progrès sur ce plan mais je pense qu'il y a encore beaucoup de travail avant de pouvoir transférer" aux Afghans la responsabilité de la sécurité, a-t-il jugé.
              
Si, selon l'Otan, les talibans ont été durement frappés dans les provinces de Kandahar (sud) et du Helmand (sud-ouest), ces régions restent parmi les plus violentes du pays. Et plusieurs provinces de l'est, frontalières du Pakistan, restent la cible d'attaques d'insurgés venus de leurs sanctuaires pakistanais.
              
La capacité des forces afghanes à prendre le relais des forces internationales reste problématique et le gouvernement afghan est critiqué pour sa faiblesse et sa corruption.
              
Selon un rapport du Pentagone remis en avril au Congrès américain, 80% des unités de l'armée afghane sont considérées comme opérationnelles lorsqu'elles sont encadrées par des forces internationales. Aucune ne l'est seule, même si les Afghans ont une "confiance croissante" dans leur capacité à prendre le relais.

Première publication : 10/07/2011

  • AFGHANISTAN

    Un chef Taliban influent tué dans une attaque de l'Otan

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Afghanistan, Iran et Pakistan s'engagent à lutter ensemble contre le terrorisme

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    L'armée inquiète après l'annonce d'Obama sur le retrait d'Afghanistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)